Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

« Je puis tout par celui qui me fortifie » (Philippiens 4:13)

Paul exprime son contentement, quelles que soient les conditions dans lesquelles il se trouve. Il avait expérimenté toutes choses : le besoin comme l’abondance, et toutes les conditions possibles et imaginables. Il peut se sortir de toutes les épreuves par la force que donne Christ.

« Je sais vivre dans l’humiliation, et je sais vivre dans l’abondance. En tout et partout j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans la disette. Je puis tout par celui qui me fortifie. » (Philippiens 4:12-13)

« Je sais vivre dans l’humiliation… « 

Paul était emprisonné, mais dans toutes ses situations, il a appris à se contenter, à s’adapter à sa condition, et a en tirer le meilleur.

Il sait jouir de l’abondance lorsqu’elle se présente et vivre dans le dénuement si besoin est, sachant que le jour du bonheur comme le jour du malheur a été fait par Dieu (Ecclésiaste 7:14) et que toutes les circonstances qui se présentent à nous sont déterminées ou permises par sa volonté et concourent à notre « bien » véritable (Romains 8:28).

C’est une grâce particulière d’avoir en permanence le même bon état d’esprit : ne pas perdre de vue notre réconfort en Dieu lorsque nous sommes au creux de la vague, ni douter de Sa providence, ni même prendre de mauvais chemins pour tenter de répondre personnellement à nos besoins.

Dans une situation prospère, nous devons rester humbles, éviter d’être trop sûrs de nous, ou agir comme les gens superficiels de ce monde. Il s’agit là d’un exercice difficile, car les tentations de la plénitude et de la prospérité sont plus insidieuses que celles de l’affliction et du besoin.

« Je puis tout en Celui qui me fortifie »

Par ces derniers mots, qui indiquent si bien la plénitude de la grâce dont Dieu peut combler un pauvre pécheur, Paul se hâte de donner à Celui qui le fortifie toute la gloire de cette difficile science du contentement d’esprit, même au sein des privations.

Si Paul peut « tout », c’est grâce à Dieu (ou au Christ, il ne précise pas) qui le fortifie ; s’il est « autosuffisant », c’est au Christ qu’il le doit, car par lui il peut « tout ». N’empêche qu’il a aussi relevé sa part dans l’acquisition de cette indépendance à l’égard des circonstances en disant : « j’ai appris à être content ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter