Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

« Ne crains pas, crois seulement » (Marc 5:36)

 » Jésus, sans tenir compte de ces paroles, dit au chef de la synagogue : Ne crains pas, crois seulement. » (Marc 5:35-36)

Nous voyons dans ce texte un des chefs de cette synagogue supplier humblement Christ, de sauver sa petite fille, âgée d’environ douze ans, en danger de mort. Jaïrus, en parlant de son enfant, emploie un gracieux diminutif qui exprime toute la tendresse de son cœur affligé. L’émotion du père se trahit encore par une phrase tout à fait incomplète : « Ma petite fille est à l’extrémité,… afin que, venant, tu lui imposes les mains. »

Les paroles de découragement

« Comme il parlait encore, on vient de chez le chef de la synagogue en disant : Ta fille est morte : pourquoi fatigues-tu encore le Maître ? »

Le langage de ces gens qui annoncent à Jaïrus la triste nouvelle, montre qu’à leurs yeux il n’y a plus aucun espoir, que tout est fini. Le retard causé par l’intervention de la femme avait accru les angoisses du pauvre père. Cette nouvelle achève de briser son cœur. Ce fut la suprême épreuve de sa foi.

Le verset suivant dit que Jésus, qui a surpris ces paroles, n’en tient aucun compte. Il dit au chef de la synagogue : « N’aie pas peur, continue à croire, cela suffit ».

Ne prenez jamais en considération les propos de ceux qui veulent vous faire douter des promesses de Dieu. Ayons « la pleine conviction que ce qu’il promet il peut aussi l’accomplir  » (Romains 4:21).

La parole consolante de Jésus,

Par la plus tendre sympathie, Jésus s’efforce tout d’abord d’adoucir, dans le cœur brisé de Jaïrus, la crainte. Pour cela, il l’engage simplement à se confier en lui (vrai sens du mot croire), sans lui dire ce qu’il fera.

Nous pouvons imaginer l’attitude de Jaïrus en apprenant que sa fille venait de mourir, hésitant entre demander à Christ de continuer ou non son chemin.

En fait, n’avons-nous pas autant d’opportunités pour recevoir la grâce divine et la consolation de l’Esprit, afin de bénéficier des prières des serviteurs de Dieu et de nos amis chrétiens quand les épreuves entrent dans notre maison ou quand la maladie est là ? En de tels moments, la foi est le seul remède contre la douleur et la crainte : croyez, ne craignez point !

Jésus, par une simple parole puissante, ressuscita cette jeune fille. Tel est l’Évangile : la Bonne Nouvelle pour tous ceux qui ont des problèmes, car Dieu a toujours solution adaptée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter