Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Toi, suis-moi !

« Toi, suis-moi ! » Trois petits mots qui peuvent  changer toute une vie. Toute notre vie nous passons notre temps à suivre les autres,  à suivre quelqu’un ou à suivre un modèle; nous cherchons l’inspiration.

Pouvons-nous prendre le temps de  méditer sur ces trois mots de la Bible. Je vous invite à lire le chapitre 21 de Jean pour nous placer dans le contexte.

Nous pouvons retirer de ce chapitre plusieurs enseignements pour notre vie.

L’un d’eux montre comment Jésus s’adresse aux disciples qui sont entrain de pêcher; ils sont entrain de travailler.

Jésus leur dit: Enfants, n’avez-vous rien à manger? Ils lui répondirent: Non. Il leur dit: Jetez le filet du côté droit de la barque, et vous trouverez. Ils le jetèrent donc, et ils ne pouvaient plus le retirer, à cause de la grande quantité de poissons. (Jean 21:56)

La formule « Toi suis- moi » nous fait penser au premier appel de Jésus-Christ dans le chapitre 5 de Luc :

« Lorsqu’il eut cessé de parler, il dit à Simon : Avance en pleine eau, et jetez vos filets pour pêcher. Simon lui répondit : Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je jetterai le filet. L’ayant jeté, ils prirent une grande quantité de poissons, et leur filet se rompait. » (Luc 5:4-6)

Ce qui nous intéresse dans ce texte c’est le verset 5 qui dit : « Simon lui répondit: Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre; mais, sur ta parole, je jetterai le filet ».

Dans Luc, Pierre ne connaissait pas Jésus-Christ, mais il l’avait entendu parler à la foule et il a pris Jésus au mot.

Quand on est professionnel dans un domaine, on n’aime pas trop que quelqu’un nous donne des conseils, surtout si c’est quelqu’un que nous ne connaissons pas. N’oublions pas que Pierre avait du caractère dans certaines circonstances.

Quand nous lisons dans Jean 21:6, nous voyons que les disciples n’ont pas eu la même réaction, car ils reconnurent le langage de Jésus-Christ.

Que ce soit dans le chapitre de Luc ou dans Jean,  l’apôtre Pierre a la même réaction, car il était conscient de son état de pécheur, et, l’une des conditions pour devenir disciples de Jésus-Christ c’est d’être conscients que nous dépendons de Lui et de Lui seul.

Souvent nos vielles habitudes, notre amour de l’argent, du travaille et encore bien d’autres choses nous éloignent du plan de Dieu pour nos vies.  Comme disciples,  nous avons l’impression ou la sensation que Dieu nous a abandonné alors que nous retournons vers ce  que nous savons faire et que nous pensons pouvoir  nous débrouiller tout seul.

Lisons dans Jean 21 :

« Après cela, Jésus se montra encore aux disciples, sur les bords de la mer de Tibériade. Et voici de quelle manière il se montra. Simon Pierre, Thomas, appelé Didyme, Nathanaël, de Cana en Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres disciples de Jésus, étaient ensemble. Simon Pierre leur dit: Je vais pêcher. Ils lui dirent: Nous allons aussi avec toi. Ils sortirent et montèrent dans une barque, et cette nuit-là ils ne prirent rien. » (Jean 21:13)

Pierre retourne à son premier métier là où Jésus-Christ l’avait interpellé. Tu en es où par rapport à l’appel de Jésus-Christ dans ta vie ?

Es-tu retourné à ta situation initiale, c’est-à-dire là où Jésus-Christ t’a appelé pour la première fois ? Tu es découragé à cause des comportements des uns et des autres ? Tu es découragé parce que tu as l’impression que le pasteur ne s’intéresse pas à toi ?

Notre Sauveur est le seul qui nous relève sans nous accusé.

Quand nous lisons dans Jean 21 au verset 7, nous voyons la réaction de Pierre quand le disciple que Jésus aimait lui dit  que c’est le Maître, alors il ne se pose plus aucune question. Il ne s’est pas apitoyer sur son cas en se disant : « ah bon, c’est le Maître, je L’ai déjà trahi, je ne suis qu’un misérable…. » Pierre a couru vers son Maître en laissant tous ses préjugés.

« Alors le disciple que Jésus aimait dit à Pierre: C’est le Seigneur! Et Simon Pierre, dès qu’il eut entendu que c’était le Seigneur, mit son vêtement et sa ceinture, car il était nu, et se jeta dans la mer. » (Jean 21:7)

Dans Luc 5, Jésus avait déjà  demandé à Pierre de tout laisser pour Le suivre. « Il en était de même de Jacques et de Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Alors Jésus dit à Simon: Ne crains point; désormais tu seras pêcheur d’hommes. » (Luc 5:10)

Le verset ci-dessus nous ramène à la discussion entre Jésus et Pierre dans Jean 21 ou plutôt à un sondage du cœur de Pierre par Jésus-Christ. Que se passe-t-il à ce moment dans le cœur de Pierre, quand Jésus-Christ lui demande à trois reprise : « M’aimes tu ? »

« Après qu’ils eurent mangé, Jésus dit à Simon Pierre: Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu plus que ne m’aiment ceux-ci? Il lui répondit: Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit: Pais mes agneaux.  Il lui dit une seconde fois: Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu? Pierre lui répondit: Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit: Pais mes brebis.  Il lui dit pour la troisième fois: Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu? Pierre fut attristé de ce qu’il lui avait dit pour la troisième fois: M’aimes-tu? Et il lui répondit: Seigneur, tu sais toutes choses, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit: Pais mes brebis. » (Jean 21:1517)

Ici dans ce passage ci-dessus Jésus Christ veut rappeler à Pierre pourquoi Il l’a appelé. Dans Luc 5 verset 10, Jésus lui dit tu seras pêcheur d’hommes, et dans Jean 21:15-17 il lui demande de faire paître ses brebis.

La mission de Pierre était de gagner des âmes et de les faire grandir dans la connaissance de la Parole. Notre Seigneur ne demande pas à chacun de nous de quitter son travail, et nous avons tous la même mission de la part de Dieu. Cette mission consiste à gagner des âmes et de  les nourrir par la Parole.

Nous avons tous reçu quelque chose de la part de Dieu que nous devons transmettre aux âmes que Dieu place sur notre route.

Ce que nous pouvons retenir ici, c’est de suivre Jésus-Christ et de l’aimer de tout notre  cœur. Peu importe les circonstances, le mépris des autres, l’incompréhension des membres de ton église, de ton pasteur, de ton patron , de ta femme , de ton mari, toi suis Jésus-Christ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter