Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Femmes chrétiennes : « Proclamer la vérité à une époque laïque »

En m’adressant aux femmes chrétiennes dans le cadre du Journal Chrétien, je suis fermement convaincue que tout ce que nous faisons et disons doit être basé sur la vérité fondamentale énoncée par Jésus dans Matthieu 22.36-39 : « Maître, quel est le plus grand commandement de la loi ? Jésus lui répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes. »

Quel défipour chacune d’entre nous ! La nature charnelle dit : « Tout pour moi », mais la voie de Dieu est différente. Le mandat scripturaire ne peut s’accomplir que par la prière, en suivant les principes de la Parole de Dieu. La prière est le cordon ombilical qui nous relie à notre Créateur, mais aussi notre oxygène, notre énergisant, notre agent de changement, notre arme. Grâce à la prière assidue et à l’obéissance fidèle, nous devenons des instruments utiles dans le plan éternel de Dieu. Nous ne devons jamais tenir notre vie spirituelle pour acquise.

Le thème de ce numéro est « Proclamer la vérité à une époque laïque ». Quel défipour chacune d’entre nous ! « Prenez donc garde de vous conduire avec circonspection, non comme des insensés, mais comme des sages ; rachetez le temps, car les jours sont mauvais » (Éphésiens 5.15-16). La Parole de Dieu nous recommande de veiller à notre manière de vivre, et 1 Pierre 5.8 ajoute : « Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. » Nous revenons juste d’une tournée missionnaire d’un mois au Kenya.

Dans la réserve du Masai Mara, il y a une quantité d’animaux sauvages – entre autres des lions. J’ai vu un lion rester tapi sur le sol, parfaitement immobile pour ne pas être vu, les yeux fixés sur sa proie, jusqu’au moment où il lui donnait la chasse et il lui sautait dessus pour la tuer. La Parole de Dieu nous recommande de veiller en permanence, afin d’éviter le danger et les pièges de Satan. Oui, nous sommes la cible de l’ennemi. Nous devons donc avant tout maintenir une relation vibrante et constante avec notre Sauveur. Mes soeurs, ne laissez jamais cette précieuse relation s’attiédir.

La Parole de Dieu est notre arme offensive pour parer aux attaques de l’ennemi. Éphésiens 6.17 affirme que la Parole est « l’épée de l’Esprit ».

Mais elle est aussi une « épée à double tranchant » qui sonde les endroits les plus secrets de notre esprit et de notre coeur (Hébreux 4.12).

Selon Jérémie 15.16, la Parole est une nourriture. Le psalmiste, quant à lui, proclame que la Parole de Dieu est « une lampe… et une lumière » (Psaume 119.105).

Jésus décrit la Parole comme une bonne semence qui produit une moisson (Luc 8.11).

Avec l’aide du Saint-Esprit, nous avons le pouvoir de mener une vie triomphante et victorieuse dans et par Jésus-Christ. Paul priait « afin qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur » (Éphésiens 3.16). Quand nous obéissons à la Parole et que nous sommes remplies du Saint-Esprit, cela transparaît dans nos foyers, dans nos Églises et dans le monde.

Ces paroles saisissantes de notre Seigneur nous amènent à un autre point que j’aimerais rappeler à votre souvenir.

LES AUTRES DOIVENT ÊTRE VOTRE PRIORITÉ ABSOLUE

Tous les « autres » sont inclus dans cette affirmation : votre mari, vos enfants, les membres de votre assemblée, vos voisins, vos collègues de travail, etc. Chaque personne, quel que soit son âge, son sexe, ses positions culturelles ou politiques, ses ressources financières, passera l’éternité soit en présence du Dieu tout-puissant, soit dans l’étang de feu, séparée de Dieu pour toujours. Nous ne devons jamais oublier ceux qui nous entourent. Ils sont peut-être perdus, et Christ est leur seul moyen d’être sauvés et d’avoir la vie éternelle.

Aimer les autres et avoir le sens du contact est très précieux dans l’oeuvre du Seigneur. J’ai connu de prestigieux orateurs qui étaient de merveilleux pasteurs, mais dont l’épouse n’avait pas le sens du contact. Cela entravait leur ministère. Savoir vous connecter aux autres et leur manifester de l’affection est l’un des plus précieux atouts que vous puissiez acquérir. Cela implique non seulement le fait de savoir se faire des relations, mais aussi celui de tisser et d’entretenir des amitiés durables. J’ai lu quelque part que « le meilleur exercice que nous puissions faire pour entretenir de bonnes relations, c’est de nous plier en quatre. »

Si je consacre toute mon énergie et tous mes efforts à « être une amie » pour les autres, je n’aurai pas besoin de me soucier « d’avoir des ami(e)s ». Souvenez-vous que si vous vous montrez amicale, vous aurez automatiquement des ami(e)s, car les gens aiment toujours ceux qui sont pleins d’affection pour eux. Ils se laissent influencer par eux. Une bonne amie soutiendra sa partenaire dans la prière, lui prodiguera son amour et lui rendra espoir quand elle est découragée.

Mon mari a écrit un chant intitulé : « Donne-moi un coeur comme le tien ». Les premières lignes disent simplement : « Seigneur, je te prie de me donner un coeur comme le tien, un coeur brisé pour les âmes qui se perdent. » Réclamons souvent dans la prière un coeur rempli de l’amour de Jésus !

On raconte qu’un jour, un petit garçon en haillons contemplait avec envie la vitrine d’un magasin. Une dame observait la scène. Elle l’a pris par la main, l’a fait entrer dans la boutique et lui a payé des chaussures, des chaussettes, un pull, un pantalon et une veste. Puis elle l’a fait venir au comptoir et elle lui a acheté un petit pain tout chaud. Le petit a levé les yeux vers elle est lui a demandé : « Êtes-vous la femme de Dieu ? » Elle lui a répondu : « Non, je suis juste l’une de ses filles. » Le petit garçon a répliqué : « Je savais bien que vous étiez de sa famille. » Seigneur, aide-nous à traiter les autres d’une manière telle qu’ils sauront que nous faisons partie de la famille de Dieu.

VOUS ÊTES UNIQUE

Souvenez-vous que dans l’Église du Seigneur, vous n’êtes en compétition avec personne. Dieu vous a créée. Il vous aime. Il vous a dotée de capacités spéciales. Trouvez vos points forts et optimisez-les pour la gloire de Dieu !

Vous êtes peut-être une musicienne hors pair, une enseignante remarquable ou une secrétaire exceptionnelle. Ou encore, vous avez le don d’aller vers les autres, de les encourager mieux que personne ou d’écouter leurs problèmes sans jamais rien rapporter aux autres. Ces grandes qualités (et la liste n’est pas exhaustive) font de vous une personne unique au monde. Dieu a fait preuve d’une telle sagesse en ne nous créant pas toutes de la même façon ! Votre Église est comme un beau bouquet composé de toutes sortes de personnalités. Chacune, tout comme vous, est unique en son genre. Bénissez le Seigneur de vous avoir créée à son image, avec une personnalité unique qu’il peut prendre, façonner et modeler pour faire d’elle le beau vase qu’il veut qu’elle soit. Nous sommes toutes uniques, en particulier les chrétiennes.

Le célèbre auteur A. W. Tozer a écrit : « Un vrai chrétien est un drôle d’individu. Il aime par-dessus tout Quelqu’un qu’il n’a jamais vu, parle familièrement tous les jours à Quelqu’un d’invisible, espère aller au ciel grâce à l’oeuvre de Quelqu’un d’autre, se vide de lui-même pour être rempli, est fort quand il est faible, riche quand il est pauvre, heureux quand tout va mal. Il meurt afin de pouvoir vivre, renonce à tout pour posséder autre chose, abandonne pour conserver, voit l’invisible, entend l’inaudible et connaît ce qui surpasse toute connaissance. »

Si chacune d’entre nous est unique en son genre, nous devons toutes nous efforcer d’être des femmes de foi. Je ne parle pas de l’aspect physique, bien que je souhaite être en bonne santé et pleine d’énergie. Voici comment je vois les choses : Une femme énergique s’efforce de jour en jour de maintenir son corps en forme, mais une femme de foi s’agenouille pour prier afin de maintenir son âme en forme. Une femme énergique n’a peur de rien, mais une femme de foi fait preuve de courage malgré sa peur.

Une femme énergique a l’air assuré, mais une femme de foi a une physionomie empreinte de bonté. Une femme énergique est certaine de pouvoir affronter sa journée, mais une femme de foi compte sur le Seigneur pour la soutenir pendant sa journée. Vous êtes une personne unique. Restez telle que vous êtes, mais soyez au meilleur de vous-même pour la gloire de Christ !

GARDEZ UNE BONNE ATTITUDE

« Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes » (Éphésiens 6.12). Chères amies, nous sommes en plein combat spirituel.

Les circonstances seront parfois complexes. Après tout, nous vivons dans un monde qui est toujours sous la malédiction (et qui le sera jusqu’au retour de Jésus). Il y aura des temps et des gens difficiles. Notre manière de réagir face à ces situations nous mènera soit à la victoire, soit à l’échec. C’est à nous de choisir !

Le sage Salomon avait raison de dire : « Garde ton coeur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie. Écarte de ta bouche la fausseté, éloigne de tes lèvres les détours… N’incline ni à droite ni à gauche » (Proverbes 4.23-27).

N’assimilez jamais les voies de Dieu aux failles humaines. Blâmer notre Père plein d’amour pour les blessures et la douleur que nous causent les autres mène tout droit au désastre. Courez vous blottir entre ses bras d’amour, et ne le fuyez jamais. Il est notre plus grande sécurité.

SOUVENEZ-VOUS QU’IL EST IMPORTANT D’ÊTRE EXEMPLAIRE

Pour des leaders, il est beaucoup plus important d’ « être » que de « faire ». Vous devez mettre en pratique ce que vous prêchez ! Mais ce n’est pas un problème pour une femme totalement consacrée à son Sauveur. Si Christ vit en vous, vous remplit et vous contrôle, vous « SEREZ » (spirituellement parlant) sans devoir lutter sans cesse pour faire semblant d’être ce que vous n’êtes pas réellement. Cette règle est valable pour toutes, que vous soyez pasteure, femme de pasteur ou dirigeante laïque dans votre assemblée. « Que la bonté et la fidélité ne t’abandonnent pas ; lie-les à ton cou, écris-les sur la table de ton coeur : tu acquerras ainsi de la grâce et une raison saine, aux yeux de Dieu et des hommes » (Proverbes 3.3).

Un auteur a formulé cela en ces termes : Vivez sous le regard divin, Ne faites rien que vous n’aimeriez pas que Dieu voie. Ne dites rien que vous n’aimeriez pas qu’il entende. Ne chantez rien qui ne lui soit agréable, N’écrivez rien que vous n’aimeriez pas qu’il lise. Ne lisez rien dont vous auriez honte s’il vous disait : « Montre-moi ça ». N’allez nulle part où vous n’aimeriez pas qu’il vous voie. Ne passez jamais votre temps à une activité dont vous rougiriez s’il vous demandait : « Que fais-tu ? »

Comme vous vivez vraiment dans un « bocal à poissons rouges » et que les autres scrutent vos moindres faits et gestes, faites en sorte d’être un bon témoin du Seigneur. Il est allé sur la croix à notre place ; nous pouvons sûrement être des ambassadeurs exemplaires du Fils unique de Dieu ! Efforcez-vous de pouvoir dire à l’instar de l’apôtre Paul : « Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ. »

ADMETTEZ QUE VOUS AVEZ BESOIN DE COLLABORATRICES CHRÉTIENNES

Nous devons respecter ceux que Dieu a placés en position d’autorité. Ce n’est pas de la politique, mais une attitude scripturaire (Hébreux 13.7, 17). Bien sûr, cela ne signifie pas que nous fermerons les yeux sur les péchés qui sont clairement dénoncés dans la Parole de Dieu, et encore moins que nous les approuverons. Cela signifie juste que nous ne devons pas critiquer toutes les décisions que prennent les leaders, ni leur causer de difficultés.

Ne jalousez jamais le succès de vos collaboratrices. Il y aura toujours des personnes qui auront plus de succès que vous et d’autres qui en auront moins. L’apôtre Paul nous met en garde contre les comparaisons (2 Corinthiens 10.12). La définition du « succès » selon les normes de notre société ne veut rien dire pour le fidèle enfant de Dieu. Soyez pleinement satisfaire d’être au centre de la volonté de Dieu pour votre vie, et réjouissez-vous.

Parfois, vous aurez besoin d’une amie de confiance pour déverser votre coeur et vous décharger littéralement de vos fardeaux. Les jeunes femmes qui entrent dans le ministère m’ont souvent avoué qu’elles craignaient de se sentir seules. Puis-je vous suggérer d’être la fidèle amie de l’une de vos collègues ? Soyez celle qu’une collègue dans le ministère peut appeler en étant certaine que vous ne trahirez pas sa confiance. Une éminente conseillère chrétienne répète souvent qu’il vaut la peine de faire quelques kilomètres en voiture pour aller là où vous pourrez partager les fardeaux les unes des autres.

CONTINUEZ À VOUS DÉVELOPPER SPIRITUELLEMENT

J’aimerais consacrer quelques instants à énumérer plusieurs points à ce sujet. Ils sont absolument essentiels à votre marche par la foi. Rien ne les remplacera.

1 Ne tenez jamais votre vie spirituelle comme acquise une fois pour toutes. Vous devez toujours faire preuve de vigilance. Satan est trompeur : il peut nous amener à confondre « travail » et « relations ».

2 Veillez à avoir le plus grand respect envers le Dieu tout-puissant. Comme quelqu’un l’a dit, il n’y a qu’un seul Dieu, et ce n’est pas vous ! Cette formule humoristique nous rappelle qu’il n’y a qu’un seul Dieu et qu’il est vrai, immuable, créateur et souverain. Personne ne le surpasse et personne ne l’égale.

3 Ayez toujours foi et confiance dans le plan souverain de Dieu. Croyez en sa puissance et ayez confiance en sa sagesse. Vous serez toujours déçue si vous n’adoptez pas cette attitude.

4 Accomplissez votre ministère avec une profonde humilité. C’est l’action de la grâce divine et l’intervention du Saint-Esprit en nous qui nous permettent d’accomplir notre ministère (Philippiens 3.4-14).

5 Entourez-vous de chrétien(ne)s. En fait, nous ressemblons à ceux que nous fréquentons. Soyez sensible et sage spirituellement. Certes, nous devons être des témoins auprès du monde. Toutefois, vos plus proches ami(e)s devraient partager votre vision et stimuler votre foi.

6 Adaptez-vous aux diverses saisons de la vie. L’existence n’est jamais statique, et le ministère ne l’est pas non plus. Les circonstances changent. Mais Dieu veut qu’en tout temps, chacun de ses enfants soit conforme à l’image de son Fils Jésus-Christ. La croissance spirituelle dure donc toute la vie. Ne cessez jamais, jamais de grandir !

ÊTRE APPELÉE PAR DIEU EST LE PLUS GRAND DES PRIVILÈGES

N’oubliez jamais qu’être appelé par Dieu est le plus grand privilège dont un être humain puisse bénéficier.

Paul a dit à son fils dans la foi, Timothée : « Je rends grâce à celui qui m’a fortifié, à Jésus-Christ notre Seigneur, de ce qu’il m’a jugé fidèle, en m’établissant dans le ministère » (1 Timothée 1.12).

Lors de son dernier entretien avec ses disciples, juste avant sa mort, Jésus a rappelé aux douze : « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi ; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure » (Jean 15.16).

Souvenez-vous que le véritable succès (selon la définition divine) s’évalue selon une jauge éternelle, et non selon la définition égocentrique de ce monde. Vous souffrez lorsque vous voyez Satan essayer de voler, de tuer et de détruire, mais quelle joie pour vous d’aider l’une de vos brebis à vaincre ses assauts et à remporter une éclatante victoire spirituelle !

Souvenez-vous que c’est l’Église du Seigneur.

Souvenez-vous qu’il est glorifié chaque fois que ce que nous accomplissons a une valeur éternelle.

Souvenez-vous qu’il doit croître et que nous devons diminuer (Jean 3.30).

Souvenez-vous que votre récompense est basée sur votre fidélité.

« Et maintenant, soeurs, adieu ! Tendez à la perfection, encouragez-vous les unes les autres, mettez-vous d’accord, vivez en paix, et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous. Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soient avec vous toutes. » (d’après 2 Corinthiens 13.11, 14, Bible en français courant)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter