Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Comment prêcher l’Evangile à une génération postmoderne ?

Les chrétiens sont appelés à prêcher l’Evangile à la génération actuelle qui n’est pas capable de distinguer le bien du mal parce qu’elle ne sait plus qui est Dieu, ni quels sont sa personnalité, son caractère et sa nature.

Comment atteindre une génération postmoderne ? Dans 1 Thessaloniciens 2.2, l’apôtre Paul a fait une déclaration qui correspond parfaitement à notre époque :

« Après avoir souffert et reçu des outrages à Philippes, comme vous le savez, nous prîmes de l’assurance en notre Dieu, pour vous annoncer l’Évangile de Dieu, au milieu de bien des combats. »

Si vous pensez avoir affronté de terribles conflits dans le passé, attachez vos ceintures. Le conflit va provenir de trois crises.

UNE CRISE CULTURELLE

Nous sommes la première génération depuis 300 ans à connaître un changement culturel spectaculaire. Francis Schaeffer a dit un jour : « Nous ne vivons plus dans une culture judéo-chrétienne ; nous vivons dans une culture post-judéo-chrétienne. » Actuellement, nous avons franchi une étape supplémentaire : nous vivons dans une culture anti-judéo-chrétienne.

Pendant des années, nous avons appris à nos missionnaires à aller dans d’autres cultures et à créer des ponts pour les atteindre, mais si nous n’apprenons pas aux gens à toucher cette nouvelle culture, nous serons inefficaces.

LA CRISE DE LA REMISE EN QUESTION DE LA VÉRITÉ

Jésus a dit : « Je suis le chemin, la vérité et la vie », mais les enfants et les adolescents de nos congrégations ne comprennent pas cette vérité de la même façon que vous.

Dans notre culture postmoderne, le concept de vérité a totalement changé. On nous a appris à découvrir la vérité, mais dans le postmodernisme, il n’y a pas de vérité objective. De plus, la vérité ne doit pas être découverte, mais créée. C’est ce que vous estimez être vrai qui est vrai. Peu importe ce qu’un auteur a écrit dans un livre. Votre façon de voir les choses est tout aussi vraie que ce que l’auteur a écrit.

Quand les gens déclarent : « Tout est une question de point de vue », ils veulent dire, en fait, que ce que vous percevez comme étant arrivé est tout aussi vrai que ce qui s’est effectivement produit. C’est pourquoi les gens peuvent réécrire l’histoire.

Les jeunes gens s’exclament : « Ne m’imposez pas vos valeurs. Laissez-moi déterminer ce qui est bon et mauvais pour moi. » L’une des raisons pour lesquelles beaucoup de nos contemporains estiment que le christianisme est faux, c’est qu’il proclame être vrai alors que toutes les autres religions, selon lui, sont fausses.

Beaucoup de pasteurs ne prêchent plus la doctrine sous prétexte qu’elle divise les gens. Vous proclamez la vérité, et elle est sujet à controverses. Ils déclarent donc : « Nous louons et adorons beaucoup le Seigneur. »

Mais je réponds à cela : « Si vous ne parlez plus de doctrine, comment savez-vous qui vous adorez ? » Vous l’ignorez ! Nous devons enseigner la vérité, sans quoi nous adorerons les fantasmes de notre imagination.

Il y a une dizaine d’années, quelqu’un m’a dit : « Je ne peux pas croire en Jésus-Christ. »

Je lui ai donc exposé les preuves de la résurrection de Jésus-Christ. J’ai contredit chacun de ses arguments. Deux heures plus tard, je lui ai demandé : « Voulez-vous accepter Jésus comme votre Sauveur ? »

« Oui », m’a-t-il déclaré.

Aujourd’hui, quand je démontre à des jeunes gens que Christ est Dieu, puis que je leur demande : « Voulez-vous accepter Christ ? »

« Non ! »

Pourquoi ? Parce que la vérité n’est plus ce qui compte.

Je leur demande souvent : « Croyez-vous qu’il soit mal de mentir ? »

« Oui. »
« Pourquoi ? »
« On n’en sait rien », me répondent-ils.

J’ai fait s’avancer 209 jeunes chrétiens devant leur Église. Je leur ai demandé : « Si, dans une certaines situation, vous pouviez mentir tout en évitant d’en subir les conséquences, mentiriez-vous ? »

204 de ces jeunes gens ont immédiatement répondu : « Oui. » L’une des adolescentes restantes a dit qu’elle prierait à ce sujet. Un jeune homme a observé : « C’est dur, mais je ne pense pas que je le ferais. »

Seules trois jeunes ont dit fermement : « Non. »

J’ai ensuite ajouté 104 autres personnes à ce groupe, et j’ai franchi une étape supplémentaire. J’ai demandé : « Croyez-vous qu’il soit mal de mentir ? » 310 d’entre elles ont immédiatement répondu par l’affirmative.

Comme vous le voyez, dans cette nouvelle culture, les convictions n’ont rien à voir avec la conduite. Plus de 98% ont dit qu’ils mentiraient ; plus de 98% ont aussi déclaré qu’il était mal de mentir. C’est l’un des plus gros problèmes des pasteurs, même avec leurs jeunes membres les plus spirituels. Ces derniers peuvent entendre parler de pureté sexuelle, s’approcher de l’autel pour se repentir en pleurant… et l’un d’eux se retrouve, une demi-heure plus tard, au lit avec sa copine : il ne fait pas correspondre sa conduite à ses convictions.

J’ai ensuite demandé à ces 313 jeunes : « Pourquoi est-il mal de mentir ? » La plupart m’ont répondu : « Parce que mes parents me l’ont appris. »

Réfléchissez : si vous dites qu’une chose est mauvaise parce que vos parents vous l’ont appris, vous pouvez justifier toutes les atrocités historiques. Justifieriez-vous l’Holocauste et le massacre de six millions de Juifs sous prétexte que vos parents nazis vous ont dit que c’était juste ?

J’ai ensuite demandé : « Comment vos parents vous l’ont-ils appris ? » Près de la moitié de ces jeunes chrétiens n’a pas su répondre. 55% ont répliqué : « Parce que la Bible dit que c’est mal de mentir. »

J’ai poursuivi : « Pourquoi la Bible dit-elle que c’est mal de mentir ? » Seuls trois d’entre eux ont répondu.

Nous avons élevé une génération de jeunes gens qui vivent dans le légalisme. Les normes établies – y compris les dix commandements – n’ont plus l’autorité morale nécessaire pour déterminer pour quelle raison une chose est bonne ou mauvaise. Les jeunes disent juste que c’est bon ou mauvais, sans plus.

Nos enfants et nos adolescents doivent savoir pourquoi les choses sont bonnes ou mauvaises. La Bible affirme que mentir est mauvais parce que la personne, le caractère et la nature de Dieu sont la Vérité. Tuer est mal parce que Dieu est la Vie. Haïr est mal parce que Dieu est amour. Et l’injustice est mauvaise parce que Dieu est juste. Notre génération n’est plus capable de distinguer le bien du mal parce qu’elle ne sait plus qui est Dieu, ni quels sont sa personnalité, son caractère et sa nature.

LA CRISE DE LA PRÉÉMINENCE DE LA TOLÉRANCE

La tolérance est la vertu cardinale de 85% des cultures de notre monde actuel, mais ce concept a totalement changé. Pour vous et moi, cela signifie « supporter quelque chose ou quelqu’un qui n’est pas agréable ». Mais aujourd’hui, la tolérance signifie : « Toutes les valeurs, les croyances, les styles de vie et les conceptions de la vérité sont équivalents. » Le philosophe Aram Hair a exposé ainsi cette vision des choses : « La tolérance, c’est la conviction que les concepts et les opinions des autres sont aussi valables que les vôtres. »

Les chrétiens sont devenus les gens les plus intolérants de la terre parce qu’ils soutiennent que Jésus-Christ est « le Chemin, la Vérité, la Vie ». Tout ce que vous prêchez n’est rien face à la vertu cardinale de notre culture.

Jusqu’à il y a environ sept ans, quand je parlais de la déité de Christ, de sa résurrection et de l’existence de Dieu, on me demandait des explications à ce sujet. Maintenant, quand j’aborde ces concepts, on me réplique : « Quel droit avez-vous de dire cela ? Qu’est-ce qui vous autorise à juger la vie morale des autres ? » Aujourd’hui, la vérité n’a pas bonne presse. En fait, le verset le plus souvent cité, même par les jeunes chrétiens, est : « Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés. »

COMMENT RÉAGIR ?

Que devons-nous faire ? Dans 1 Thessaloniciens 2.7, 8, l’apôtre Paul a dit : « Nous avons été pleins de douceur au milieu de vous. De même qu’une nourrice prend un tendre soin de ses enfants, nous aurions voulu, dans notre vive affection pour vous, non seulement vous donner l’Évangile de Dieu, mais encore nos propres vies. »

Notez la fin de ce passage : « non seulement vous donner l’Évangile de Dieu, mais encore nos propres vies. » Les apôtres n’ont pas seulement gagné cette génération en lui annonçant l’Évangile, mais en lui donnant leur vie. Pour gagner cette génération, nous devons en faire autant. Il faut que nous donnions nos vies en même temps que l’Évangile.

Les postmodernistes croient qu’il n’y a pas de vision du monde – telle que celle des chrétiens – qui soit vraie pour tous les hommes. Jusqu’à il y a environ 5 à 8 ans, les chrétiens pouvaient appeler les jeunes à adopter la vision biblique du monde parce qu’elle est la Vérité, mais cela n’est plus efficace, parce que ceux-ci croient désormais que toutes les vérités se valent.

Si vous soutenez que votre vision du monde est meilleure que les autres, on vous traite d’intolérant et de bigot. Mais comment amener les enfants et les adolescents à adopter la conception chrétienne et à souhaiter connaître personnellement Jésus-Christ ?

80% de ceux qui deviennent chrétiens actuellement ne le font pas parce que le christianisme est vrai, mais parce que c’est la meilleure chose qu’ils aient trouvée jusque-là. Si nous ne les persuadons pas que la Parole de Dieu est bien la vérité, dès qu’ils trouveront mieux ailleurs, ils ne mettront plus les pieds dans les réunions de votre groupe de jeunes.

Comment être plausibles afin de devenir crédibles ? En étant sel et lumière et en leur donnant notre vie.

Nous devons développer le sens de la communauté. Nous servons l’une des générations les plus en souffrance de l’Histoire. La plupart des jeunes sont issus de foyers brisés et ont subi des déceptions sentimentales. Toute Église qui parviendra à instaurer le koinonia du Nouveau Testament (Jean 13 à 17 : l’amour mutuel) ne tardera pas à être pleine à craquer. Ce sera le fondement de l’évangélisation.

Nous devons être pleins de compassion. C’est l’un des principaux moyens dont nous disposons pour attirer des gens à Christ. La compassion chrétienne montre aux jeunes que l’Évangile est crédible. Toute Église qui ne se tourne pas vers les veuves, les orphelins, les sans-abri et les pauvres n’est pas dans la volonté de Dieu.

Nous devons mettre en valeur l’environnement. Dans notre génération actuelle, l’environnement est une préoccupation cruciale. L’une des meilleures façons d’avoir un impact sur les enfants et les adolescents, c’est de leur montrer que nous nous préoccupons de la création divine. Cela nous donne la crédibilité nécessaire pour leur parler de Jésus-Christ.

Nous devons avoir des couples et des familles soudés. Le plus grand rêve des adolescents de 15 à 17 ans est de former un couple uni et une famille heureuse. Si nous leur montrons l’exemple dans ce domaine, nous devenons plausibles.

Pasteur, quelle réputation avez-vous dans votre assemblée ? Aimez-vous profondément votre épouse ? Passez-vous du temps avec vos enfants ? Sinon, mieux vaut revoir votre style de vie ! Vous pouvez prêcher tant que vous voudrez ; si les jeunes ne constatent pas que la vérité de Jésus-Christ est à la base de votre mariage, ils n’écouteront pas vos discours.

En tant que père, vous avez une occasion unique d’influer sur les jeunes d’aujourd’hui. Votre relation avec vos enfants est l’un de vos plus grands atouts pour toucher la génération montante. Tout pasteur qui ne passe pas de temps avec ses enfants ne parviendra pas à exercer un ministère efficace auprès des jeunes.

Pasteurs, pour atteindre la génération montante, vous devez enseigner la vérité. Il faut que vous la viviez.

Grâce à notre sens de la communauté, à notre foyer, à nos contacts avec nos enfants et à notre compassion, nous pourrons atteindre cette génération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter