Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Conférence de Capitol Ministries au Cameroun

Capitol Ministries a organisé, du 25 au 27 octobre 2018, à Yaoundé, une conférence internationale sur l’importance de rendre ministère aux dirigeants politiques, selon 1 Timothée 2:1-4. A cette occasion, Ralph Kim Drollinger a incité les participants à orienter leurs efforts d’évangélisation vers les gouvernants.

Dans l’Eglise primitive, la Grande commission était accomplie sans de grands investissements en termes de ressources ou de technologie. Aujourd’hui, l’Eglise dispose d’une abondance de ces deux moyens, toutefois, la Grande commission reste inaccomplie. Pourquoi ? Pourrait-il s’agir d’une question de stratégie et d’emphase ?

D’après le pasteur Ralph Kim Drollinger, président de Capitol Ministries, le succès de l’Eglise du premier siècle tient au fait que l’atteinte des dirigeants politiques pour Christ était pratiquée avec emphase, ce qui n’est pas le cas pour nous aujourd’hui. Il préconise de retourner à ce modèle.

La conférence de Capitol Ministries à Yaoundé, au Cameroun, a donc été l’occasion pour Ralph Drollinger d’exhorter les participants à considérer l’urgente mission de communiquer aux dirigeants politiques de leurs pays respectifs la bonne nouvelle de l’Évangile qui transforme, en s’appuyant sur le texte suivant :.

« J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté.
Cela est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. » (1 Timothée 2:1-4)

Des prières pour tous les dirigeants

Paul demande que d’abord des prières soient faites pour ceux qui nous gouvernent, et desquels dépend dans une si grande mesure notre bonheur ou notre malheur. Ce devoir ne dépend pas de la justice des gouvernants. 

D’une part, l’Eglise doit respecter les gouvernants de l’Etat et se soumettre à ses institutions. La raison théologique de cette obéissance est le fait que l’Etat et le gouvernement font partie de la volonté créationnelle de Dieu (Romains 13:1 ; 1 Pierre 2:13). Mais, d’un point de vue plus pratique, une attitude soumise envers l’Etat donne à l’Eglise une crédibilité aux yeux du monde (1 Pierre 2:15).

L’Eglise doit exprimer sa soumission en payant des impôts (Romains 13:7), en honorant les autorités en place (Romains 13:7 ; 1 Pierre 2:17) et en priant tous ceux qui détiennent de l’autorité.

Le but immédiat de la prière pour l’Etat est qu’il accomplisse sa fonction donnée par Dieu de maintenir un environnement paisible et ordonné (verset 2 : « que nous puissions mener, à l’abri de toute violence, une vie paisible »), mais ce but doit servir un dessein plus élevé. Ce qui est recherché, ce n’est pas simplement une vie paisible, c’est la meilleure condition possible pour l’expansion du royaume de Dieu.

Le contexte détermine l’intérêt primordial dans le salut : c’est à partir de lui que le sens du verset 2 doit être déduit. De plus, la description de la manière de vivre chrétienne (« en toute piété et sainteté ») contient l’idée de témoignage.

La piété est le terme que Paul utilise dans les Pastorales pour un christianisme authentique ; il joint la connaissance de Dieu, la foi en lui et la réponse visible d’un style de vie. La sainteté – que l’on pourrait traduire par le sérieux – suggère une idée de respectabilité qui soit évidente pour les observateurs. La manière de vivre décrite ici vise l’évaluation d’observateurs extérieurs (1 Timothée 3:7 ; 6:1 ; Tite 2) ; elle doit recommander l’Evangile à ceux du dehors.

Pourquoi prier pour les gouvernants ?

L’église ignore souvent sa mission principale de manifester l’amour de Christ à un monde désespéré. Ralph Drollinger a appelé les participants à partager l’amour de Dieu avec les dirigeants de leurs pays respectifs.

De gauche à droite : Jon Cassel, Raymond Koffi, Martha Onwuzurumba, Aloys Evina, Obioma Onwuzurumba, Ralph Drollinger, Djimrangar Dadnadji, Teclaire Koffi, Mbakere Calixte, Brian Hanson…

L’ordre extérieur, maintenu par les autorités, est un bienfait de Dieu ; c’est le seul moyen de mener une vie paisible et tranquille et le chrétien doit apprécier hautement ce bien. Il doit prier pour ceux qui le dispensent, alors même qu’ils ne lui paraîtraient que fort peu dignes de son intérêt, ce qui était bien le cas des autorités païennes du temps de l’apôtre. Au reste, il est évident que le premier objet de ces prières pour les rois et ceux qui sont en dignité, doit être leur conversion à Dieu (1 Timothée 2.4)

Prier pour ceux qui parmi tous les hommes sont en situation élevée, c’est les replacer sous l’autorité et dans la dépendance de Celui qui seul est « élevé » au-dessus des hommes, et par conséquent leur dénier toute prétention à se faire diviniser. Ainsi en priant pour les autorités de ce monde, l’Eglise, tout en reconnaissant le légitime exercice de leur fonction et la nécessité de leur institution, rappelle à ceux qui détiennent le pouvoir qu’ils ne doivent s’en attribuer aucun ‘prestige’ ou aucune gloire personnelle, puisqu’ils ne l’exercent que pour un service dont les limites sont fixées par Dieu lui-même et dans le cadre de son dessein pour le monde.

Paul veut donc indiquer qu’en priant pour tous, il faut prier aussi pour ceux qui, étant des hommes comme les autres, qu’ils soient rois ou dignitaires, sont particulièrement exposés à méconnaître la grâce et la volonté de Dieu à cause même de la position élevée qu’ils occupent.

Que nous menions une vie paisible

Le principal objet de ces prières est que les dirigeants terrestres soient guidés, afin que les chrétiens puissent vivre en paix, en toute tranquillité, piété et honnêteté.

Ici, le terme « piété » parle d’une part de la communion intérieure avec Dieu (l’attachement à Dieu), d’autre part, de la soumission à la conduite conforme à la volonté de Dieu qui en résulte.

Ralph Drollinger encourage vivement les chrétiens à parler de Christ aux dirigeants du gouvernement, non pas parce que leurs âmes est plus précieuses que celles des autres, mais plutôt parce qu’ils ont une plus grande influence pour présenter Christ aux autres.

En conclusion

D’après 1 Timothée 2:1-4, les chrétiens doivent mettre l’accent sur l’évangélisation des dirigeants politiques afin de mieux accomplir la Grande commission.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter