Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Qui enverrai-je?

 « Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous ? »

C’est Dieu qui lance un appel, cherchant des volontaires parmi son peuple pour annoncer son message de grâce !

Ce poème met en avant cinq comportements, qui pourraient correspondre à notre réponse que nous pourrions donner au Seigneur.

Peut-être, trop hésitant, disait oui, disait non !

N’était pas convaincu, pour mener la mission

Pas de certitude, aucune fermeté,

Car il ne voulait pas, pour l’instant s’exprimer !

 

Plus tard, était d’accord, cela lui convenait

Surtout pas maintenant, après il le ferait

Était trop occupé, ça pouvait attendre !

Car son travail pressait, qu’il ne pouvait suspendre !

 

Demain, c’était fixé, avec certitude !

Il mènerait l’action, en toute quiétude

Histoire de quelques heures, et puis l’intervention

Mais c’est bien aujourd’hui, le temps de la mission !

 

Oui ! Ferait l’affaire, sans le mais accolé

Lorsqu’il vint le troubler : Tu ne peux t’engager !

Le mais était plus fort, avec ses arguments

Que le oui trébucha, il n’avait plus le temps !

 

Je vais, lui fut le seul, répondant à l’appel

Et partit aussitôt, annoncer la nouvelle

Par la foi s’engagea, Dieu serait avec lui

Ainsi il témoigna, du Seigneur Jésus-Christ.

Lecture : Ésaïe 6 v 8 :

J’entendis la voix du Seigneur, disant : Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous ? Je répondis : Me voici, envoie-moi.

Ce poème se retrouve également sur mon site de poésie:

http://www.poesie-chretienne.com/qui-enverrai-je.html

 Derrière ces expressions si connues et si utilisées, se cachent parfois des attitudes, qui se rapprochent étrangement de ce que nous répondons au Seigneur face à ce qu’il nous a confié : Apporter le témoignage de sa grâce et de son amour. Parmi ces cinq expressions que j’ai personnalisées, nous constatons que nous prenons hélas trop souvent la voix des quatre premiers, et que le cinquième a beaucoup de mal à s’exprimer par notre vie.

Nous n’avons aucune excuse valable pour faire attendre l’appel du Maître, car son œuvre doit être la première dans nos pensées, et dans nos démarches : « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus » (Matthieu  v 33).

Cette parabole des conviés, pourrait parfois habiller nos comportements, par toutes ces excuses que nous nous trouvons, pour retarder ou tout simplement pour ne pas nous engager pour l’œuvre du Seigneur : « Mais tous unanimement se mirent à s’excuser. Le premier lui dit : J’ai acheté un champ, et je suis obligé d’aller le voir ; excuse-moi je te prie… » (Luc 14 v 18/20).

Quelle sera notre réponse ? Allons-nous nous réfugier derrière toutes ces excuses ?

Écoutons la réponse du prophète Ésaïe, imitons-le, et soyons promptes à obéir au Seigneur sans différer : « Je répondis : Me voici, envoie-moi ».

« Moi aussi Seigneur je veux répondre à ton appel, car la mission ne peut souffrir de négligence ni être reportée dans le temps ; c’est aujourd’hui que tu m’appelles, et je veux répondre par l’affirmatif, afin que le message de ta grâce soit annoncer à toute la création ; Amen ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter