Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Action urgente en faveur des chrétiens iraniens persécutés pour leur foi

Amnesty International a lancé une Action Urgente en faveur des chrétiens iraniens Victor Bet-Tamraz, son épouse Shamiram Issavi, Amin Afshar-Naderi et Hadi Asgari, qui ont été condamnés à 45 ans de prison au total uniquement pour avoir pratiqué leur foi chrétienne, notamment en se réunissant pour Noël et pour prier dans des domiciles particuliers (« église domestiques »). S’ils venaient à être emprisonnés, Amnesty International les considèrerait comme des prisonniers d’opinion.

Le pasteur Victor Bet-Tamraz et son épouse Shamiram Issavi, chrétiens assyriens, ainsi qu’Amin Afshar-Naderi et Hadi Asgari, tous deux convertis au christianisme, ont été condamnés à des peines de prison d’une durée de cinq à 15 ans. Ces personnes ont été prises pour cible uniquement parce qu’elles pratiquaient, pourtant pacifiquement, leur foi chrétienne.

Pour justifier leur condamnation, les autorités ont invoqué des activités pacifiques (comme le fait de se réunir en privé pour Noël, d’organiser des réunions et de se réunir pour prier dans des domiciles particuliers, et de sortir de l’Iran pour participer à des séminaires chrétiens), les qualifiant d’« activités religieuses illégales » constituant une « menace pour la sécurité nationale ». Les intéressés, qui sont tous actuellement en liberté sous caution, attendent la décision de la cour d’appel.

Le 26 décembre 2014, Victor Bet-Tamraz a été arrêté en même temps que Amin Afshar-Naderi et qu’une autre personne lorsque des membres en civil des forces de sécurité ont fait irruption chez lui, à Téhéran, lors d’une réunion privée organisée à l’occasion de Noël. Ils ont été emmenés à la prison d’Evin, à Téhéran, où ils n’ont pas pu consulter leurs avocats et n’ont eu que peu de contacts avec leurs familles. Ils ont été remis en liberté sous caution plusieurs mois plus tard. Le 21 mai 2017, ils ont comparu devant un tribunal en même temps que Hadi Asgari, qui avait pour sa part été arrêté le 26 août 2016 dans la ville de Firuzkuh (province de Téhéran).

En juillet 2017, la 26e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran a condamné chacun d’eux à 10 ans d’emprisonnement pour « formation d’un groupe composé de plus de deux personnes dans le but de porter atteinte à la sécurité nationale », en raison de leurs activités religieuses. Le même tribunal a condamné Amin Afshar-Naderi à cinq années de prison supplémentaires pour « atteinte aux valeurs sacrées de l’Islam », parce qu’il avait relayé un post Facebook satirique, venant d’un autre compte, qui évoquait la forte hausse du prix du poulet en Iran en imitant le style du Coran. Hadi Asgari a été libéré sous caution en avril 2018.

Le 19 juin 2017, Shamiram Issavi a été convoquée au Bureau du Procureur de la prison d’Evin et inculpée d’infractions liées à sa pratique de la foi chrétienne. En janvier 2018, la 26e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran l’a condamnée à cinq ans d’emprisonnement pour « appartenance à un groupe cherchant à porter atteinte à la sécurité nationale » et à cinq autres années de prison pour « rassemblement et collusion en vue de commettre des atteintes à la sécurité nationale. »

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI- APRÈS (en anglais, en persan ou dans votre propre langue) :

– demandez instamment aux autorités d’annuler les déclarations de culpabilité et les peines prononcées contre Victor Bet- Tamraz, Shamiram Issavi, Amin Afshar-Naderi et Hadi Asgari, qui ont été pris pour cible uniquement pour avoir exercé pacifiquement, en pratiquant leur foi chrétienne, leurs droits à la liberté de religion et de conviction, d’expression et d’association ;

– priez-les de mettre fin aux actes de harcèlement, aux arrestations et placements en détention arbitraires et aux emprisonnements visant des chrétiens, y compris des convertis, en Iran ;
 appelez-les à respecter le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion, y compris la liberté d’avoir ou d’adopter une religion ou une conviction de son choix, ou d’en changer, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, individuellement ou en commun, tant en public qu’en privé, par le culte et l’accomplissement des rites, les pratiques et l’enseignement, conformément au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auquel l’Iran est partie.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 4 OCTOBRE 2018 À :

Responsable du pouvoir judiciaire Ayatollah Sadegh Larijani
c/o Public Relations Office Number 4, Deadend of 1 Azizi Above Pasteur Intersection
Vali Asr Street, Tehran, Iran

Procureur général de Téhéran
Abbas Ja’fari Dolat Abadi
Office of the General and Revolutionary Prosecutor
Corner (Nabsh-e) of 15 Khordad Square T ehran, Iran

Copies à :
Adjoint aux droits humains et aux affaires internationales, Ministère de la Justice Mahmoud Abbasi
Number 1638, Below Vali Asr Square Vali Asr Avenue
Tehran, Iran

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter