Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Des « fendeurs de crânes » de la tribu Yanomamis rencontrent Jésus

Alors que l’Évangile a été semé pour la première fois il y a 55 ans chez les Yanomamis, un groupe tribal habitant au cours de la jungle amazonienne connu pour pratiquer un rituel consistant à fendre les crânes, on assiste, ces 5 dernières années, à la conversion au christianisme d’un grand nombre d’entre eux.

En 2012, le groupe Yanomani, dont les guerriers ont marché à pied pendant 10 jours depuis un village au cœur de la jungle amazonienne voulaient trouver quelqu’un qui leur parlerait du Fils de Dieu.

«Ils ont envoyé cinq gars», explique Larry Buckman, un ancien missionnaire de Renew Outreach. «Les vieillards de la tribu ont dit qu’ils étaient trop âgés pour y aller, alors ils ont envoyé les jeunes.

«Pourquoi ont-ils décidé de marcher 10 jours d’affilée vers le nord pour trouver quelqu’un ? Ils n’avaient aucun moyen de savoir qu’il y avait quelqu’un là-haut. Bien sûr, le Saint-Esprit les dirigeait. »

Le groupe Yanomami sorti de la jungle qui habite la région d’Hakoma figure parmi les plus mauvais « fendeurs de crânes » de toute l’Amazonie selon Larry. Bien qu’il y ait quelques croyants Yanomami, la région d’Hakoma n’a pas été atteinte. Cinquante-cinq ans plus tôt, deux missionnaires nommés Bob et Steve avaient tenté de leur apporter l’Évangile.

Lorsque Bob et Steve sont allés pour la première fois dans la région d’Hakoma dans les années 1960, ils ont signalé que presque tout le monde était drogué, qu’ils avaient du mucus vert disgracieux qui sortait de leur nez et qu’ils vomissaient tout le temps.

«La nuit, ils se faisaient posséder par des démons, ils se battaient contre leurs femmes… […] La tradition voulait que si une jeune-femme voulait se marier avec un homme, l’homme le plus âgé de la tribu l’avait en premier. Si elle laissait le jeune-homme l’avoir en premier, ils la frappaient » a déclaré Bob à Larry.

« Ils nous ont presque tués alors », a déclaré Bob.

Les cinq guerriers sont arrivés à la rivière Palimi-ú en septembre 2012 après leur voyage de 10 jours.

Ils sont entrés dans un village où deux chrétiens brésiliens, Paulo et Bethany, vivaient depuis 14 ans, apprenant la langue et traduisant le Nouveau Testament.

Fait remarquable, les cinq personnes sont arrivées au summum d’une célébration de l’église locale : il y avait là de la nourriture, des danses, le repas du Seigneur et des baptêmes.

Les croyants les reconnurent immédiatement comme les redoutables fendeurs de crânes, des ennemis du village. Les guerriers étaient habillés de pagnes, armés d’arcs et de flèches, de sarbacanes et de fléchettes mortelles. L’atmosphère de fête a soudainement changé.

Est-ce qu’ils vont nous tuer ? se sont-ils demandés. De manière surprenante, les cinq hommes ont rejoint la file de 32 nouveaux croyants qui attendaient d’être baptisés.

«Je n’ai pas demandé s’ils voulaient accepter Jésus. J’ai baptisé les cinq hommes avec les autres », a raconté Paulo.

Lui et Bethany ont invité les guerriers dans leur maison et ont passé les cinq heures suivantes à leur parler.

Les hommes ont expliqué la raison pour laquelle ils avaient parcouru une telle distance. «Nous en avons assez de vivre comme nous avons toujours vécu», ont-ils déclaré à Paulo et à Bethany.

«Nous avons tué des gens et nous nous sommes drogués. Nous voulons vivre une vie différente. Quelqu’un nous a parlé du Fils de Dieu. Savez-vous qui c’est ? »

Paulo leur a parlé du Dieu Créateur – le Père, Jésus le Sauveur et le Saint-Esprit, l’ami, le consolateur et le guide.

«Nous avons vu leurs yeux s’émerveiller de tout ce que nous avons dit», a raconté Paulo.

Après plusieurs jours, Paulo a demandé à un pilote du MAF de ramener les hommes dans leur village. «Il n’y avait qu’un seul pilote de la MAF qui a osé y aller», note Larry.

Le pilote a réussi à localiser une petite ouverture dans la jungle, une piste d’atterrissage de chercheurs d’or qui était très courte et envahie par la végétation, mais il restait encore quatre jours à travers une jungle épaisse pour que les guerriers atteignent leur domicile.

Avant de partir, les hommes ont supplié Paulo et Bethany de venir bientôt dans leur village afin de parler de Jésus à leur peuple.

Des mois ont passé et Dieu a continué à convaincre les Yanomamis d’atteindre la région d’Hakoma. Début 2013, Paulo et Bethany ont commencé à planifier une expédition pour trouver leur village.

«C’était une période où beaucoup de prières s’exprimaient en quête de la direction de Dieu», a raconté Paulo.

Quelques mois plus tard, ils ont appris que des membres de la même tribu avaient exterminé tout un village d’autres Yanomamis qu’ils considéraient comme des ennemis. Puis, en octobre, ils ont appris que 46 chercheurs d’or avaient été tués dans cette région – également par la même tribu !

«Dix-huit jours après ce massacre, le 9 novembre 2013, nous étions dans un petit avion à la recherche de ce peuple», a raconté Paulo. « Beaucoup nous ont dit ne pas y aller, d’autres nous ont appelé en disant « c’est du suicide « , « ils sont trop dangereux « .

Après deux heures de vol, leur pilote a trouvé la même piste d’atterrissage. Le groupe de l’expédition missionnaire comprenait Paulo, Bethany et trois autres croyants Yanomamis matures parlant différentes langues.

«Nous ne savions pas avec certitude ce qui nous attendait ; nous étions craintifs, très effrayés, mais confiants dans les soins de Dieu. »

Le petit avion a déposé les passagers et est parti. «Alors que le rugissement du moteur de l’avion disparaissait à l’horizon, la peur et la terreur remplissaient nos cœurs. Nous étions littéralement seuls, isolés et laissés dans la jungle dense. »

Ils ont réalisé qu’ils étaient au même endroit où les chercheurs d’or avaient été tués quelques semaines auparavant ! La seule réponse était de se tourner vers Dieu dans la prière.

Juste au moment où ils commençaient à prier, ils ont entendu un bruit dans les bois.

“Lorsque nous avons levé la tête, nous avons vu une scène incroyable. Nous étions entourés d’hommes, de femmes et d’enfants, armés d’arcs et de flèches, de sarbacanes et de fléchettes, mais aussi de fusils, de cartouches, de montres, de tablettes, de téléphones portables et de beaucoup de vêtements des chercheurs d’or qu’ils avaient tués 18 jours plus tôt. « 

Paulo a pris une photo rapide avec son appareil photo numérique, mais a oublié d’éteindre le flash. Interprétant le flash comme un signe hostile, la foule a commencé à marcher vers les missionnaires et à lever les armes de manière menaçante.

«Ils nous ont pris pour cible. Je pensais que notre heure était venue… » raconte Paulo.

Puis une voix solitaire a crié au milieu de la foule : « Arrêtez ! Arrêtez ! Aujourd’hui n’est pas un jour de mort. »

Un autre a crié : «Ne leur faites pas de mal. Ce sont ceux qui disent qu’il y a un vrai créateur.»

Les cinq guerriers que Paulo avait baptisé l’année précédente sont sortis de la foule. Aussi rapidement que la grande foule est apparue, ils ont disparu, laissant les cinq guerriers qui se sont approchés avec des sourires sur leurs visages.

« Nous avons vu à leurs yeux la joie de notre arrivée », raconte Paulo.

Après ce moment tendu, Paulo communiqua par satellite aux croyants le long de la rivière Palimi-ú et deux autres avions arrivèrent et déposèrent 10 nouveaux croyants Yanomamis que les 5 premiers laissèrent le long d’un chemin. Après 20 minutes, ils trouvèrent une grande structure avec une foule qui les attendait.

Dans l’après-midi du 9 novembre 2013, les 15 ont prêché, enseigné et raconté des histoires bibliques. Paulo a livré le message que Jésus, le Fils de Dieu, était déjà parmi les Yanomamis.

« Tout le monde était tellement abasourdi par ce qu’ils entendirent dire qu’ils ont commencé à chanter le message, leur façon traditionnelle de diffuser des nouvelles », a rappelé Bethany.

« Nuit après nuit, les gens se repentaient, allant parfois jusqu’à 5 h 00 du matin. Cela a duré jour et nuit. J’ai répondu à tant de questions et à la fin nous avons tenu un autre baptême. Plus de 400 « fendeurs de crânes » sont venus à Christ ! »

Paulo et les autres dirigeants se sont rendus sur une petite rivière à proximité et ont baptisé 162 nouveaux frères, puis ont distribué la communion en utilisant « le Beijú de manioc et le jus d’Açai ».

L’équipe a alors commencé à évoquer l’idée d’implanter une église. Il y avait beaucoup de nouveaux convertis baptisés, mais peu de leaders matures devaient rester avec eux.

« Nous avions besoin de faire quelque chose, alors nous avons choisi les cinq que j’avais baptisés en 2012 comme chefs de file dans la foi », a raconté Paulo.

En 2014, l’équipe est retournée au village en apportant des bibles solaires, un petit projecteur solaire et un film en langue chamatari. Dix-huit villages à moins de 10 jours de marche ont été invités à la projection. Chaque nuit, ils ont projeté le film Jésus. À la fin de la visite, ils ont fait don du projecteur solaire et les cinq dirigeants ont déclaré qu’ils prendraient le film et le montreraient dans les villages environnants. »

Trois ans plus tard, le film chrétien avait atteint 4 600 personnes dans 21 villages reculés.

« Ils rapportent qu’il y a maintenant des croyants dans chaque région, dans des endroits où nous ne sommes pas autorisés à aller », a noté Bethany.

«Les guerriers font ce que nous ne pouvons pas. Nous vivons un véritable renouveau au cœur de la jungle ! »

Bob, l’un des premiers missionnaires originaires des Yanomamis de la région de Hakoma est émerveillé par ce qu’il voit.

« Je ne peux pas croire ce qui se passe maintenant ! » s’exclama-t-il.

55 ans après avoir semé les graines de l’ Évangile, Bob et Steve ont été invités à distribuer la communion aux nouveaux croyants.

« Lorsque tu vois ce genre de chose, tu penses, Seigneur, tu es si généreux de nous laisser être ici pour voir ces choses se produire », a déclaré Larry Buckman à Renew Outreach.

«Ces hommes âgés ont tout sacrifié et ils méritaient de voir cela de leur vivant. Il est étonnant de voir comment Dieu a transformé cette tribu et, d’une manière ou d’une autre, protège ces hommes qui vont et viennent pour amener l’Évangile au groupe suivant. »« Nous connaissons 200 villages Yanomamis. Ils ont l’intention d’apporter l’Évangile à chacun de ces 200 villages. »

Étiquettes:

Chrétiens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter