Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Comment aider les chrétiens à dépasser leurs limites ?

Nous prions souvent pour que Dieu fasse émerger des leaders chrétiens qui nous aident à aller de l’avant, et pourtant Dieu peut prendre des personnes « ordinaires » telles que nous pour en faire des leaders spirituels prodigieux.

Jésus avait douze disciples proches de lui, ainsi que de nombreux autres partisans dévoués. C’étaient des hommes qu’il avait choisis personnellement pour être avec lui. De toute évidence, Jésus ne les avait pas choisis pour ce qu’ils étaient au début, mais plutôt à cause de ce qu’ils pourraient devenir, il le savait, en le suivant. Leur période de formation a duré à peu près trois ans pendant le ministère terrestre de Jésus, sa crucifixion, sa résurrection et enfin son ascension. De plus, Pierre, Jacques et Jean ont été choisis parmi les douze pour bénéficier d’une formation plus poussée. Les érudits ont souvent nommé ce groupe le cercle restreint. Ils étaient les seuls à être avec lui pendant la résurrection des morts de la fille de Jaïrus (Marc 5), la transfiguration de Jésus sur la montagne (Marc 9), et la prière de Jésus dans le jardin de Gethsémané (Marc 14).

Souvenez-vous que Jean, Jacques et Pierre étaient pêcheurs. Ce n’étaient que des hommes ordinaires, et non des spécialistes de la loi, des prophètes ou d’éminents dirigeants de la communauté religieuse juive. Leur seule qualification était leur volonté de suivre Jésus.

Parfois, nous prions pour que Dieu fasse émerger des leaders chrétiens qui nous aident à assumer les nombreuses responsabilités de l’Église, et pourtant, il semble que toutes les chrétiens qui nous entourent n’ont aucune compétence particulière de leaders. Et pourtant, Dieu peut prendre des personnes « ordinaires » telles que nous pour en faire des leaders spirituels prodigieux. Oui, c’est vrai ! Quand le Seigneur se sert de nous pour faire du bien aux autres, nous pouvons devenir des leaders dynamiques et progresser sans cesse. N’est-ce pas merveilleux ?

Quelques années plus tard, suivons le ministère de ces trois hommes après l’ascension de Jésus à la droite du Père céleste. Pierre était l’un des hommes qui s’est adressé à la grande foule rassemblée le jour de la Pentecôte. Il a expliqué ce qui s’était passé dans la chambre haute lorsque les 120 ont commencé à parler en d’autres langues (Actes 2). Je suis sûre que Pierre n’aurait jamais pensé être rempli d’une onction surnaturelle au point d’être capable de s’adresser à une telle multitude de personnes. Toutefois, il avait été « discipliné » ou « formé » par Jésus. Certes, je sais qu’aucun d’entre nous ne peut se comparer à Jésus, mais il se sert de nous pour influencer, encourager et former les autres pour son service.

En tant que chrétien, Dieu vous a donné une occasion unique et merveilleuse de vous investir dans l’avenir de l’Église de notre Seigneur. Pierre a regardé le boiteux de la porte du temple, l’a pris par la main et lui a dit : « au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche ». L’homme a été guéri sur le champ (Actes 3).

Observer la puissance de guérison que Jésus a manifestée à maintes occasions a affermi la foi des disciples. Pierre est allé dans la maison du centenier romain Corneille pour prêcher l’Évangile aux païens (Actes 10). C’était une démarche inimaginable pour l’élite juive pleine de préjugés. Pierre avait ressenti la compassion de Jésus envers tous les hommes. Jacques est devenu le leader de l’Église naissante du Nouveau Testament à Jérusalem et il a présidé le concile de Jérusalem, qui a cherché à unifier les Juifs religieux et les non-Juifs (Actes 15).

Jacques a été le premier apôtre à être martyrisé pour sa foi (Actes 12). Ici, un petit choeur que j’ai chanté bien des fois semble approprié : « Oui j’ai décidé de suivre Jésus, oui j’ai décidé de suivre Jésus, oui j’ai décidé de suivre Jésus, sans reculer, sans reculer. »

Sans être pessimiste, je crois que nous vivons à une époque où certains chrétiens doivent choisir soit de renier Jésus, soit d’être mises à mort. En nous investissant dans la vie des autres, par nos paroles comme par nos actes, nous crions haut et fort : « Rien n’est aussi important que de se consacrer à servir Jésus et à annoncer son message à un monde perdu. »

Jean a écrit cinq livres du Nouveau Testament, en particulier le livre prophétique de l’Apocalypse, dont beaucoup de vérités inspirées sont encore à venir. Pendant que Jésus était sur la croix, il a demandé à Jean de veiller sur sa mère Marie. Alors qu’il souffrait le martyre, Jésus a pris soin de sa mère. Sur la croix, notre Sauveur a mis le comble à son amour pour nous. Qu’estce que cela nous apprend sur l’amour que nous devons manifester aux autres ?

Souvenez-vous des paroles de Jésus sur la croix : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font » (Luc 23.34). Fait inimaginable, il faisait preuve d’amour envers ceux qui le crucifiaient. Nos proches voient clairement l’état de notre coeur. Les personnes qui nous côtoient voient-elles que nous avons envie de nous venger quand on nous a blessées ? Constatent-elles que nous sommes amères et rancuniers ? Le texte qui me pousse et m’encourage à me montrer clémente en toute occasion est Matthieu 6.14 : « Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. »

Rien n’est plus important que de manifester un amour profond et authentique envers notre prochain. Jean s’est assis près de Jésus lors du dernier repas (Jean 13.23). Jésus n’avait pas fait de plan de table pour le dîner ! Jean a choisi d’être le plus près possible de Jésus. Jean a été le seul apôtre à mourir de mort naturelle, bien qu’il ait été banni dans l’île-prison de Patmos. C’est là qu’il a écrit le livre de l’Apocalypse, quand il a été « ravi en esprit au jour du Seigneur ». Selon la tradition, Jean a passé ses dernières années à Éphèse, où il a continué à encourager et à influencer l’Église de cette ville jusqu’à sa mort.

Qu’impliquait donc le fait de faire partie de ce « cercle restreint » ?

Jésus consacrait beaucoup de temps à ses proches, et il les enseignait. Cela semble assez simple, mais cela ne l’est pas toujours. Les pasteurs doivent comprendre que de nombreuses personnes de leur assemblée désirent bénéficier de leur attention, de leur amour et de leur intérêt. Mais Dieu peut vous en désigner certaines qu’il veut utiliser de façons spéciales. Vous devez être sensible en permanence au Saint-Esprit, car il peut choisir une personne que vous n’auriez jamais sélectionnée vous-même.

Jésus leur faisait part de sa vision. Faire partie d’un cercle restreint va au-delà d’une simple amitié ou d’affinités particulières. Dans le corps de Christ, on ne doit pas former de clans ou de petits groupes qui excluent les autres. Vos relations avec votre cercle restreint sont destinées à partager la vision que Dieu vous a donnée pour faire progresser son royaume. Vous y exposez votre amour pour les âmes perdues, priez et cherchez des moyens d’accomplir sa mission.

Jésus leur a révélé son humanité et leur a fait part de ses émotions. Les gens savent que nous ne sommes pas parfaits – et nous ne devons pas faire mine de l’être ! Chacun d’entre nous a ses préférences et ses sentiments. Tout ne se déroule pas toujours comme nous le désirons et le prévoyons. Mais nous devons manifester le caractère de Christ par la manière dont nous réagissons face aux situations difficiles ou blessantes.

En tant que leaders chrétiens choisis par Christ, comment nous investir dans la vie des autres ? Paul a prescrit à Timothée d’enseigner aux autres ce qu’il lui avait appris afin que ceux-ci l’enseignent à leur tour (2 Timothée 2). En fait, nous devons réaliser que l’avancement du royaume de Dieu est une tâche trop vaste et capitale pour chacun de nous individuellement. Certes, notre service est important, mais nous ne sommes pas les seuls à avoir été sélectionnés pour accomplir la mission éternelle.

Jésus l’avait parfaitement compris. Il savait que lorsqu’il remonterait au ciel, il devrait impérativement laisser derrière lui des gens qui pourraient poursuivre l’oeuvre qu’il avait entreprise sur cette terre. Si Dieu vous fait changer de localité pour exercer votre ministère et que les dames que vous avez formées et équipées poursuivent fidèlement l’oeuvre de Dieu jusqu’à ce qu’une autre dirigeante soit sélectionnée, vous avez parfaitement réussi votre mission. Cette dernière implique des démarches précises.

Investissement de temps.

Pendant que j’écris ces mots, je vous entends objecter : « Je n’ai pas de temps disponible. » Je vous comprends : nous l’avons tous dit ! Et Dieu comprend ce que vous ressentez. Souvenez-vous qu’il désire plus que vous l’imaginez voir son oeuvre progresser. Il honorera le temps que vous investirez pour former d’autres servantes au prix de quelques sacrifices.

La volonté de transmettre vos Connaissances.

Cela ne consiste pas seulement à vous lever pour faire un exposé. Je ne minimise pas l’importance de l’enseignement, car il est crucial d’annoncer la doctrine de la Parole de Dieu. Toutefois, je crois que la méthode d’entraînement et de formation la plus efficace consiste à appliquer fidèlement la Parole de Dieu dans notre vie quotidienne. Puissions-nous dire, comme l’apôtre Paul, « soyez mes imitateurs, comme je le suis moimême de Christ ».

Équipez , puis déléguez les responsabilités.

Pour certains leaders chrétiens, il semble très difficile de déléguer les responsabilités, et cela pour différentes raisons.

Certains peuvent penser que personne d’autre qu’eux n’est qualifié pour la tâche. Mais pensez à la joie que vous éprouverez en voyant une personne que vous avez passé du temps à former et avec laquelle vous avez travaillé accepter de devenir leader à son tour. Quelle satisfaction pour vous ! Réjouissez-vous que le Seigneur vous ait permis de contribuer à équiper les « saintes » pour faire progresser le royaume de Dieu !

Autre raison pour laquelle certains éprouvent des difficultés à déléguer des responsabilités à d’autres : ils appréhendent que ceux-ci ne fassent un meilleur travail qu’eux. L’insécurité n’est pas un sentiment bénéfique pour le royaume de Dieu. Il est mauvais d’être jaloux. Scripturairement, nous devons nous réjouir quand les autres réussissent.

Suivez les progrès des autres.

Nous pouvons veiller sur les autres sans les surveiller. Contrôler la vie d’autrui n’est jamais apprécié et provoque presque toujours du ressentiment.

Guidez les autres quand c’est nécessaire et soyez prêts à formuler des suggestions. Les gens apprécient les suggestions, mais détestent les ordres. Soyez un mentor qui donne des idées et des directives, mais qui n’est pas avare de compliments et d’encouragements. Il est souvent utile de discuter sur les manières d’améliorer ce que nous essayons d’accomplir. Nous serons souvent surpris de la quantité et la qualité des idées et des pensées que les autres formuleront si elles savent qu’elles peuvent parler librement et que leur avis est apprécié.

Promouvoir et mettre en pratique les diverses idées présentées incitera les autres à s’impliquer davantage dans l’oeuvre du Seigneur. Souvenez-vous que nous sommes « ouvrières ensemble » !

Ayez une vision ambitieuse.

On peut accomplir de grandes choses si on pousse les autres à surpasser ce qu’ils considèrent comme leurs limites. Dieu peut mettre sur votre route une personne qui n’a jamais été mise au défi, ou qui n’a jamais réalisé ce que le Seigneur peut faire d’un coeur volontaire et obéissant. Ainsi, le coach de basket du Collège biblique central a pris un nouveau groupe d’étudiants de première année, qui n’étaient pas particulièrement doués en basket, et en a fait une équipe gagnante. Il a fallu du temps, de la discipline, de la patience et des encouragements pour y parvenir, mais après chaque victoire, l’équipe était ravie, et les joueurs éprouvaient de la reconnaissance pour la discipline et les efforts qu’on avait exigés d’eux.

Certes, vous engager à former et à discipliner les autres ne sera pas une sinécure et exigera de vous beaucoup de prières, de temps et d’énergie. Cela vous obligera à vous discipliner vous-même et à faire preuve d’une grande sagesse. Mais le Dieu fidèle est capable de vous fournir tout ce dont vous avez besoin pour chaque mission qu’il vous attribue. Il vous équipera pour le service au fur et à mesure que, chaque jour, vous vous consacrerez à lui. Le jour de votre récompense sera beaucoup plus glorieux que vous pouvez l’imaginer.

Aussi, frères et soeurs en Christ, demandez à Dieu de vous donner la sagesse de choisir les personnes avec lesquelles vous travaillerez en étroite collaboration, autrement dit « votre cercle restreint ». Dieu vous aidera à distinguer les personnes qu’il a choisies pour occuper une place stratégique dans le royaume. Ces quelques âmes sont profondément engagées à servir le Maître. Si vous vous investissez pour elles, elles feront beaucoup pour contribuer à bâtir l’Église de cette génération et de la suivante.

L’Église de Christ a cruellement besoin de leaders affermis. Jésus l’avait bien compris, et il nous a donné un exemple à suivre. C’est toujours une merveilleuse expérience de m’adresser à des personnes qui se sont pleinement engagées à suivre Jésus-Christ. Engageons-nous à prier les uns pour les autres et pour les nombreux autres chrétiens fidèles qui servent le Maître dans de grandes villes ou dans de petits villages. Nous avons tous besoin d’une mesure spéciale de sagesse et de grâce divines, car le retour de Jésus est proche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter