Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Des rendez-vous divins pour des chrétiens fidèles

Les chrétiens doivent s’attendre aux rencontres imprévues organisées par le Saint-Esprit. Les Écritures rapportent que pendant qu’il était sur la terre, Jésus faisait ce genre de rencontres.

C’était une belle journée, une journée comme les autres. Nous sommes entrés dans un immeuble commercial où nous avions rendez-vous et on nous a conduits dans une salle privée pour rencontrer une dame que nous n’avions jamais vue auparavant. Nous avons lié connaissance. Depuis ce jour-là, nous avons eu plusieurs occasions de revoir cette dame pour traiter des affaires avec elle. Nous l’appelions par son prénom, et un jour, nous lui avons offert un livre écrit par mon mari. Nous évoquions toujours les voyages internationaux que nous faisions et leur objectif – qui était, bien sûr, de parler de Jésus aux autres.

Les nombreuses fois où nous avions bénéficié de la protection divine nous ont aussi permis d’expliquer combien nous étions proches du Seigneur. De temps en temps, je lui ramenais un petit souvenir de nos voyages afin de lui faire un cadeau. Autrement dit, chacune de nos rencontres était un « rendez-vous » spécial, une occasion de lui montrer que nous nous intéressions vraiment à elle, et qu’elle n’était pas pour nous une simple partenaire commerciale.

En toute situation, que ce soit avec des amis de longue date ou avec de nouvelles connaissances, il est toujours important de chercher à être un digne représentant de Jésus. Quel privilège de pouvoir montrer aux autres son amour et sa grâce !

Je vais maintenant passer rapidement de notre première rencontre, il y a plusieurs années, à il y a quelques jours. Nous venions de rentrer d’un voyage international de six semaines et, bien sûr, nous étions arrivés chez nous exténués par le décalage horaire. Toutefois, dès le lendemain, j’ai eu la conviction que je devais appeler cette dame. Or, elle n’était ni un membre de la famille, ni un membre de l’Église. Je lui ai donc téléphoné juste pour lui demander comment elle allait. Presque aussitôt, elle m’a raconté que l’entreprise pour laquelle elle travaillait avait été vendue : toute son équipe se retrouvait donc sans emploi. Je l’ai assurée de ma sincère sympathie.

Après avoir regardé notre programme avec mon mari, je l’ai rappelée pour lui demander si elle voulait déjeuner avec nous le lendemain. Bien que nous habitions à 70 km de chez elle, dès le lendemain, fatigués, toujours perturbés par le décalage horaire, alors que nous avions beaucoup de travail à faire chez nous, nous avons fait le trajet et l’avons rejointe pour déjeuner en sa compagnie, car c’est ce que le Saint-Esprit nous avait mis à coeur de faire. Dès les cinq premières minutes, elle s’est mise à nous raconter son histoire. Elle était très émue. Elle venait de perdre son emploi. Trois jours avant, son mari lui avait annoncé qu’il voulait divorcer. Elle nous confia qu’il était alcoolique et qu’elle était elle-même une ancienne alcoolique. À part sa fille de seize ans, elle n’avait aucune famille. Nous avons passé une grande partie de l’après-midi à l’écouter, à lui montrer notre amour et notre compassion et à prier avec elle. Depuis lors, nous l’avons rappelée bien des fois pour l’assurer que Dieu l’aimait et veillait sur elle dans sa situation si difficile.

Ce qui avait débuté quelques mois auparavant comme une journée normale, par une simple rencontre commerciale avec une femme d’affaires que nous rencontrions pour la première fois, était devenu une occasion rêvée de guider cette personne en souffrance et de l’encourager à suivre Jésus. Nous l’avons souvent assurée que nous citions son nom dans la prière tous les jours. Nous intercédons sans relâche pour que le Seigneur se révèle lui-même à elle. Nous voulons avoir des coeurs sensibles à sa direction. Nous venons de rentrer d’un grand voyage à l’étranger, et elle nous a envoyé un petit mot pour nous demander si nous étions rentrés aux USA. Cette dame en manque d’amour et désespérément seule nous a manifesté son affection. En fait, nous allons la revoir dans quelques jours. Dieu a vu une femme désespérée qui avait cruellement besoin de son amour et de sa compassion, et il nous a envoyés vers elle pour que nous lui annoncions l’espoir de l’Évangile.

Quelle joie et quel privilège de savoir que le ToutPuissant travaille par notre intermédiaire ! Pensez-y : avec qui le Seigneur va-t-il vous mettre en contact aujourd’hui pendant que vous vaquez à vos occupations quotidiennes ? Si vous êtes sensible à l’oeuvre du Saint-Esprit, vous réaliserez que certains jours, il vous fixe des « rendez-vous divins ». Les blessures et les problèmes des gens que nous rencontrons fortuitement et au cours de nos activités professionnelles sont souvent bien cachées. Mais nous connaissons un Sauveur plein d’amour qui veille sur chacun de nous et qui ne veut pas qu’aucun périsse.

DES RENCONTRES IMPRÉVUES

Les Écritures rapportent que pendant qu’il était sur la terre, Jésus faisait ce genre de rencontres. Dans le huitième chapitre de Jean (Jean 8.3-11), l’apôtre parle d’une femme surprise en flagrant délit d’adultère. Des chefs religieux l’avaient traînée aux pieds de Jésus. Ils avaient l’intention de la lapider. Jésus a regardé les hommes et a déclaré : « Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle » (Jean 8.7). L’un après l’autre, tous se sont retirés. Jésus a alors dévisagé la femme et il lui a demandé : « Où sont ceux qui t’accusaient ? » La femme a répondu qu’il n’y avait plus personne, et Jésus a conclu : « Je ne te condamne pas non plus. Va, et ne pèche plus » (Jean 8.11). Ce passage nous livre deux importantes leçons : (1) Jésus a pardonné ses péchés, et (2) il lui a aussi ordonné de ne plus pécher. Il s’agissait d’une rencontre imprévue ; toutefois, c’était un « rendez-vous divin ». Peut-il nous arriver la même chose aujourd’hui ? Absolument ! Ça peut être au marché, en attendant nos enfants à la sortie de l’école avec d’autres mamans… ou encore à l’église, quand une personne en détresse vient chercher un lieu de pardon et de paix.

DES RENCONTRES INTENTIONNELLES

Un autre passage de l’Évangile de Jean, dans le quatrième chapitre, nous expose une rencontre qui semble avoir été intentionnelle. Jésus revenait de Judée (dans le sud) pour se rendre en Galilée (dans le nord). Il a choisi de passer par la Samarie (Jean 4.4), bien que les Juifs et les Samaritains – qui étaient en partie Juifs et en partie païens – aient des relations très tendues. Normalement, les Juifs préféraient faire un grand détour que de traverser la Samarie. Mais Jésus voulait amener des gens de toute origine, race, culture à une relation personnelle avec son Père céleste.

La célèbre histoire de « la femme près du puits » (Jean 4.4-42) présente de nombreuses instructions merveilleuses pour annoncer le message de Christ. (1) Jésus a commencé par une requête « anodine » : il a simplement demandé à boire. (2) Il n’a pas débattu de détails religieux avec la femme. Il est resté concentré sur son Père céleste. (3) Il a dénoncé le péché dans sa vie, tout en faisant preuve de compassion. À tel point que cette femme a immédiatement déclaré qu’il était un prophète. Elle a manifestement été changée dès cet instant. Elle a couru en ville et elle est devenue une « évangéliste » en incitant tous les villageois à venir écouter cet homme.

Tous les disciples de Jésus doivent s’efforcer de proposer à tous l’eau de vie qui étanche la soif pour de bon, selon Jean 4.13. Les rendez-vous divins ne sont pas toujours imprévus ou inattendus. Recherchez volontairement les situations où vous pouvez être un témoin, par votre vie comme par vos paroles pleines d’onction.

DES RENCONTRES PROVOQUÉES PAR LE SAINT-ESPRIT

Il arrive que le Saint-Esprit nous parle directement et spécifiquement. Tel est le cas qui nous est rapporté dans le huitième chapitre des Actes. L’un des premiers diacres, Philippe, participait à un grand réveil dans une ville importante de la Samarie (Actes 8.5-25).

Toutefois, même s’il y avait une visitation exceptionnelle de l’Esprit, la Bible nous apprend que Philippe a été divinement poussé par l’Esprit à se rendre « du côté du midi, sur le chemin qui descend de Jérusalem à Gaza, celui qui est désert. Il se leva, et partit. Et voici, un Éthiopien, un eunuque, ministre de Candace, reine d’Éthiopie… s’en retournait… » (Actes 8.26, 27).

Cet officier de haut rang était allé à Jérusalem pour adorer. En rentrant chez lui, assis sur son char, il lisait le livre du prophète Ésaïe dans l’Ancien Testament. L’Esprit a dit à Philippe : « Avance, et approchetoi de ce char ». Philippe a demandé à l’homme s’il comprenait ce qu’il lisait, et ce dernier lui a répondu : « Comment le pourrai-je, si quelqu’un ne me guide ?… Je te prie, de qui le prophète parle-t-il ? Est-ce de lui-même ou de quelqu’un d’autre ? ». À partir de ce passage, Philippe a annoncé à cet homme important la bonne nouvelle de Jésus. Pensez à l’influence que cet eunuque allait exercer quand il reviendrait en Éthiopie ! Il peut paraître étrange que l’Esprit ait prescrit à Philippe de partir en plein réveil ; toutefois, cet homme allait transmettre l’Évangile à une autre nation. Dieu désire que tous les hommes connaissent son Fils et la joie de son salut ! Parfois, vous saurez que, sans l’ombre d’un doute, vous avez été dirigé par le Saint-Esprit.

Quand nous sommes allés assurer la présidence du Collège biblique central, nous avons dû renoncer à être pasteurs d’une grande Église. Brusquement, je me suis demandé comment j’aillais m’adapter à ce nouveau rôle et quelles seraient mes responsabilités. Comme je l’ai souvent répété, j’aimais beaucoup être femme de pasteur. Soudain, j’ai dû renoncer à toutes mes chères responsabilités d’épouse de pasteur et endosser un nouveau rôle. Mais j’avais toujours un coeur pastoral, et chaque matin, j’allais dans la chapelle du campus et je demandais au Seigneur de me conduire vers l’étudiant ou la personne qui avait besoin que je m’occupe de lui ou, tout simplement, que je lui adresse une parole d’encouragement.

Bien des fois, j’ai senti le Saint-Esprit me diriger vers une personne particulière, à un moment particulier, pour une raison particulière. Mesdames, vous qui êtes dans le ministère, sachez que lorsque Dieu voit des coeurs qui aspirent à le servir, il leur donne de multiples occasions de le faire. Elles peuvent être imprévues, intentionnelles ou provoquées par le Saint-Esprit, mais quoi qu’il en soit, Dieu connaît les bonnes dispositions de votre coeur. Tout autour de nous, des multitudes aspirent à trouver la délivrance et la paix au sein de leurs circonstances éprouvantes. Il va se servir de nous pour propager l’amour de Jésus.

Il y a quelques jours, je me suis sentie poussée à appeler un couple qui vit dans un autre état, à des centaines de kilomètres de chez nous. Aussitôt, j’ai interrompu mon activité du moment pour composer leur numéro. Le mari m’a répondu : « Une ambulance va venir chercher ma femme. Nous ne savons pas ce qu’elle a. » Je l’ai assuré que nous allions nous mettre en prière sur le champ. Sans aucun doute, nous avions un « rendez-vous divin » avec ce couple, qui ne connaissait pas Jésus, mais qui, depuis, signe ses petits mots par « mon cher Sauveur Jésus-Christ ». Je précise que cette femme va beaucoup mieux. Dieu est si fidèle !

Souvent, je prie : « Seigneur, donne-moi ton coeur plein d’amour. Permets que par ton Saint-Esprit, je puisse discerner les coeurs blessés derrière les sourires et les conversations banales ! » À certains moments, nous avons tous besoin d’une parole d’encouragement. Soyez de ceux qui encouragent les autres. Que les gens se sentent mieux à votre contact. Selon Proverbes 16.24, « les paroles agréables sont un rayon de miel, douces pour l’âme et salutaires pour le corps ».

Ce sont ces relations personnelles, le développement de la confiance et du respect qui vont finir par pousser ces personnes à se confier à vous. Pour évangéliser et former des disciples, rien ne vaut les relations personnelles durables. Vos amis observent la façon dont vous affrontez la vie, avec toutes ses pressions et ses difficultés. Il ne s’agira pas seulement de vos paroles, mais aussi de votre vie en action.

À certains moments, l’Esprit vous conduira vers un coeur ouvert qui est prêt à entendre et à recevoir l’Évangile. Ces « rendez-vous divins » n’en seront peut- être pas : parfois, quelqu’un nous observe dans une circonstance difficile, et il voit comment nous gérons la situation. À notre insu, il avait le même problème que nous et Dieu a permis que nous soyons à cet endroit à ce moment afin d’influencer sa vie.

En tant qu’enfant de Dieu, je veux être continuellement à l’affût d’occasions de transmettre son amour. Après tout, ne parlons-nous pas volontiers de ce que nous aimons le plus ? Il n’est donc pas difficile de raconter ce que Christ a fait pour nous !

Il y a quelques semaines, au supermarché, une dame m’a fait remarquer : « Vous avez toujours le sourire et vous semblez très heureuse. J’aime vous rencontrer en faisant mes courses ! » Je l’ai regardée avec un grand sourire et un regard affectueux et je lui ai dit doucement : « Savezvous pourquoi ? » J’ai pointé le doigt vers mon coeur et j’ai expliqué : « C’est parce que Jésus vit dans mon coeur ! »

Je suis si reconnaissante pour toutes les occasions pendant lesquelles le Seigneur me permet de rendre témoignage de ma relation avec lui, tant par mes paroles que par mes actes ! Toutefois, je dois avouer que ce n’est pas toujours facile. Certains jours, je ne suis pas aussi radieuse que je le voudrais. Je suis convaincue que les enfants du Dieu tout-puissant devraient être les gens les plus heureux du monde. Aussi, dans les jours difficiles, je compte mes bénédictions, et je remercie le Seigneur pour mon salut et la certitude qu’il est au contrôle de ma vie. Il m’aime plus que je peux l’imaginer. Il sait que ma journée est éprouvante, et rien ne le prend jamais au dépourvu. N’est-il pas merveilleux de vivre pour Jésus ?

Mesdames, en tant que fidèles enfants de Dieu, nous avons énormément à offrir : l’amour de Dieu, sa Parole immuable, son Saint-Esprit qui vit dans nos coeurs. Nous pouvons partager tous ces trésors chez nous, avec notre mari et nos enfants, ou avec nos voisins qui observent notre manière de vivre. Ou encore avec l’Église dont nous sommes pasteurs, ou en faisant nos courses. Oui, Dieu nous donne des occasions uniques d’être ses témoins. Il y a des années, j’ai entendu l’histoire d’un monsieur qui avait emmené un jeune garçon au marché pour témoigner de Jésus. Quand il a terminé ses achats, le jeune garçon a demandé au monsieur : « Quand allons-nous témoigner ? » L’homme a répondu : « Nous avons témoigné partout où nous sommes allés ! »

C’est le défi que je vous lance aujourd’hui : soyez un témoin partout où vous allez. Le Seigneur vous a accordé cette nouvelle journée. Soyez un fidèle disciple de Jésus et allez « faire des disciples ». Que le Seigneur vous bénisse, que votre coeur soit encouragé, et que son amour abonde dans votre coeur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter