Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Une église au Kirghizistan a reçu l’ordre de cesser de se réunir

Une église au Kirghizistan, composée en grande partie de musulmans convertis au christianisme, a reçu l’ordre de cesser de se réunir pour les cultes du dimanche.

Selon certaines informations transmises par une source locale à World Watch Monitor, les réunions d’une église dirigée par un ex musulman converti au christianisme ont été interrompues à deux reprises au cours des derniers mois par un groupe de responsables locaux, des représentants du bureau du procureur et des affaires internes, des assistants de l’imam local et des anciens collègues de l’école où le pasteur enseignait.

Bien que les membres de l’église aient essayé de régler le conflit, ce groupe a continué à exiger que le service religieux soit arrêté et a émis des menaces et des insultes aux chrétiens en disant : « vous ne pouvez pas vivre et mener votre ministère ici. »

Face à la persécution, les membres de l’église ont commencer à filmer la scène avec leurs téléphones portables, ce qui a conduit les membres du groupe agissant contre les chrétiens à quitter le bâtiment en cachant leurs visage tout en disant :

« Nous viendrons ici encore et encore pour vous déranger et vous persécuter de toutes les manières possibles ».

Le pasteur Miran * (nom changé pour des raisons de sécurité) qui a dirigé l’église concernée pendant près de 10 ans a rapidement été persécuté après sa conversion. Menacé d’être renvoyé de l’école où il travaillait à cause de sa foi et de son rôle comme responsable d’église, il a également été accusé d’avoir maltraité des enfants et condamné à six mois d’emprisonnement pour ces faits.

A son procès, aucun avocat n’avait accepté de prendre sa défense par crainte de tomber sous le coup des services de sécurité. Aucun témoin ne s’était non plus présenté au tribunal alors  même que l’accusation portée contre lui n’a pas été prouvée. 

Selon toute vraisemblance, il est plus que probable que l’accusation dirigée contre lui l’ait été en raison de sa conversion au christianisme.

Depuis sa libération, le pasteur Miran fait face à la discrimination puisque ce père de cinq enfants a été incapable de trouver un travail rémunéré car les musulmans locaux se méfient de lui :

 « Si Miran a pu trahir son  » pur islam natif « , peut-être qu’il pourrait aussi faire d’autres mauvaises choses. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter