Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Les chrétiens sont différents, mais membres d’une même famille

Au cours des cinquante dernières années, j’ai eu le grand privilège de me rendre dans de nombreuses régions du monde et d’être en contact avec d’autres cultures. Chaque nation a son caractère unique qui la différencie des autres cultures. Quand le Saint-Esprit nous a conduits à devenir pasteurs de l’Église internationale de Bangkok, en Thaïlande, il y a quelques années, après avoir exercé notre ministère dans une soixantaine de nations du monde, nous pouvions nous identifier avec presque tous les groupes ethniques de notre congrégation. L’un des aspects les plus gratifiants de ce lieu de service consistait à aider des personnes de nombreuses nations, à la fois éloignées sur le plan géographique et distinctes sur le plan culturel, à mieux se comprendre et à accepter une culture qui était, de bien des manières, à l’opposé de la leur.

Je me souviens qu’un jour, nous avons participé avec enthousiasme à notre réunion de femmes, que nous appelions Joyeuses Rencontres. C’étaient toujours de merveilleux moments de réjouissance dans le Seigneur et d’encouragement mutuel dans la foi. Nous étions en train de chanter un cantique lorsque le Saint-Esprit s’est manifesté parmi nous. L’une des femmes africaines a commencé à exulter d’une manière particulière à sa culture. Ayant été en Afrique de nombreuses fois auparavant, je savais par expérience que son adoration et son chant étaient sincères. J’ai dit ensuite qu’il serait extraordinaire de voir un jour des personnes de toute la terre se rassembler devant le Seigneur. Je ne peux qu’imaginer quel chœur harmonieux adorera l’Éternel ensemble ! L’un des aspects les plus gratifiants de ce ministère particulier a consisté à aider de nombreux groupes de diverses cultures à comprendre, accepter et aimer leurs frères et sœurs en Jésus-Christ.

En tant que femme de pasteur, vous avez de multiples occasions d’inciter les autres à ressembler davantage à Christ. Vous avez le grand privilège de pouvoir accepter avec amour la diversité dans la famille de Dieu. Votre marche chrétienne et votre style de vie peuvent manifester aux autres l’amour du Seigneur et leur inculquer les principes de la Parole de Dieu. Quand on lui a demandé quel était le plus grand commandement, Jésus a répondu :

« Jésus lui répondit: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. 38C’est le premier et le plus grand commandement. 39Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes. » (Matthieu 22.37-40).

A la suite de l’effusion initiale du Saint-Esprit le jour de la Pentecôte, beaucoup de gens ont prolongé leur séjour à Jérusalem, entre autres des veuves hellénistes qui vivaient loin de cette cité. Peu après la Pentecôte, il y a eu un problème parmi les veuves qui étaient assistées par l’Église primitive. Les veuves de langue grecque se sont plaintes de ce que celles qui parlaient l’hébreu et résidaient à Jérusalem recevaient des parts de nourriture plus copieuses qu’elles (Actes 6). Cela aurait pu causer beaucoup de trouble parmi le peuple et entraver considérablement l’œuvre de Dieu. Mais les apôtres, remplis de sagesse divine, ont appelé tous les croyants à prier pour la situation. Après avoir longtemps prié, ils ont attribué à sept hommes appréciés de tous, remplis du Saint-Esprit et de sagesse de superviser la distribution quotidienne de nourriture (Actes 6.2-7). Le message divin a continué à se répandre sans être entravé par la confusion provoquée par la diversité de la jeune Église du Nouveau Testament. Ne pas tolérer les différences chez les autres est source de préjugés.

La responsabilité du leadership ne doit jamais être prise à la légère. Quand on traite avec les gens – en particulier s’ils sont de cultures, d’origines et de classes sociales différentes – des situations épineuses peuvent facilement apparaître. Être rempli du Saint-Esprit, passer du temps dans la prière et se fier à la sagesse divine est extrêmement important. En fait, c’est vital pour la propagation efficace de l’Évangile. Nous devons toujours avoir conscience des stratagèmes destructeurs de l’ennemi de Dieu. Si nous laissons Satan nous distraire de la mission éternelle attribuée au corps de Christ à cause de conflits internes, il remporte une grande victoire.

Un autre exemple biblique nous est rapporté dans Actes 10. Corneille, un officier romain, était un homme qui craignait Dieu. Un jour, pendant qu’il priait, le Seigneur lui a accordé une vision : il lui a ordonné d’envoyer des hommes à Joppé pour faire venir un homme nommé Simon Pierre. Les hommes sont partis le lendemain et ont trouvé ce dernier. Pendant qu’il priait, Dieu avait ordonné à l’apôtre, de façon très spectaculaire, d’aller avec ces hommes. Pierre, accompagné de six frères de Joppé, s’est rendu dans la maison de Corneille. Ce dernier avait rassemblé sa famille et ses amis. Tous attendaient d’entendre le message que le Seigneur voulait leur transmettre. Pierre a déclaré : « Je reconnais que Dieu ne fait point acception de personnes… Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la parole. Tous les fidèles circoncis qui étaient venus avec Pierre furent étonnés de ce que le don du Saint-Esprit était aussi répandu parmi les païens » (Actes 10.34, 44-45).PierreadûexpliquerauxleadersdeJérusalem comment il était allé dans la maison d’un non Juif. À ces mots, ils ont vite compris que Dieu ne considère pas le fait d’appartenir à une certaine nationalité comme une condition indispensable pour être sauvé et rempli du Saint-Esprit.

À ce sujet, on peut tirer beaucoup de leçons essentielles de la Parole de Dieu.

1 Nous sommes sans cesse appelées à réaliser que tout type de préjugé est non scripturaire. En me référant une fois encore à nos années à Bangkok, je me souviens du temps où nous avons entendu des gens et des cultures catalogués (en bien ou en mal) par des gens d’une autre nation. Il semble que partout où l’on aille dans le monde, les gens aient des préjugés contre les autres nations, cultures et groupes ethniques.

Il y a de nombreuses années, nous avons encadré une équipe de jeunes lors d’un voyage missionnaire en Europe. Pendant que nous faisions connaissance avec les membres d’une équipe d’un autre pays qui s’étaient joints à nous, un jeune homme a déclaré : « Si vous me mettez dans une salle de 1000 personnes où il y a un seul Américain, je pourrai facilement le trouver. » J’ai demandé : « Comment ? » Il s’est écrié : « Parce qu’ils sont très arrogants. » J’ai répondu : « Je suis vraiment désolée que tu aies cette impression, parce que je crois que Christ fait une différence dans toutes les vies. » Je suis persuadée que lorsque l’Esprit de Dieu vit dans une personne, cela se lit sur son visage.

Un matin de bonne heure, nous sommes arrivés aux États-Unis après un très long vol international. Nous avions voyagé une partie de la journée précédente et toute la nuit. Vous imaginez sûrement de quoi nous avions l’air : nous étions épuisés, nos vêtements étaient froissés, etc. Bref, vous voyez le tableau. Pendant que nous étions sur l’escalier roulant qui menait aux portes de sortie de l’aéroport, nous avons remarqué un homme debout en haut de l’escalier roulant qui distribuait des tracts évangéliques. Quand nous sommes arrivés en haut, l’homme ne nous a pas proposé de tract, mais il nous a tendu la main et s’est exclamé avec un grand sourire : « C’est bon de voir des frères et sœurs dans la foi. » Nous ne connaissions pas ce frère. Nous ne l’avions jamais vu auparavant ! Mon mari et moi étions reconnaissants et émerveillés de constater que malgré notre apparence tout sauf irréprochable, notre esprit et notre physionomie reflétait visiblement l’Esprit qui était en nous. La culture, l’éducation, l’ethnie ou la classe sociale n’ont rien à voir avec notre relation avec Christ et son Église.

2 Le véritable amour scripturaire nécessite que nous fassions des efforts délibérés pour accueillir les autres, même s’ils ne sont pas comme nous. En fait, il nous est difficile de ne pas juger ceux qui s’habillent, agissent ou parlent différemment de nous. Permettez-moi de prendre l’exemple de mon pays pour expliquer cela. Je viens du sud des États-Unis et j’ai assimilé sa culture pendant toute ma vie. Les gens du sud ont tendance à se montrer très amicaux, extravertis et tactiles. Par « tactiles », je veux dire qu’il nous est très naturel de serrer dans nos bras les gens que nous connaissons bien pour les saluer, ou encore d’effleurer le bras de ceux avec lesquels nous discutons. De leur côté, les gens qui viennent du nord des USA ont tendance à être plus réservés. Une personne originaire du sud peut avoir l’impression qu’ils sont distants. Cela ne veut pas dire que l’un a raison et que l’autre a tort. Cela illustre simplement une particularité culturelle au sein de la même nation. Lorsqu’une femme de pasteur ou n’importe quel croyant essaie de comprendre les habitants d’un pays ou d’une région, une personne originaire de cet endroit peut l’aider à décrypter et à accepter plus facilement les autres.

Autre exemple de diversité culturelle : dans la région des USA où j’ai grandi, il était considéré comme très impoli qu’un enfant ou un jeune appelle un adulte par son prénom. Ils devaient toujours s’adresser à eux en disant « Monsieur » ou « Madame ». Mais à d’autres endroits, c’est le contraire. Je sais que ce sont des détails, mais il m’a fallu prendre sur moi pour laisser des personnes plus jeunes que moi, en particulier des enfants, m’appeler par mon prénom. J’ai compris qu’ils n’étaient nullement impolis, mais que cela faisait partie de leur culture. La diversité est parfois un grand défi. Voici encore un exemple : dans notre culture, il est considéré comme impoli de demander son âge à quelqu’un, alors que dans d’autres, on n’hésite pas à le faire et à poser d’autres questions personnelles. Pardonnez-moi de citer mes propres expériences, mais j’espère que cela vous aidera à comprendre comment les normes culturelles peuvent facilement poser problème, même parmi les croyants. Chères amies, comprendre les autres, leur culture, leur nationalité et leur style de vie nous aidera à aimer tout le monde et à être tolérantes, comme Jésus l’a fait jadis et le fait encore aujourd’hui.

3 Les préférences et les styles de vie ne doivent pas être à la base de la communion entre les chrétiens. Quand nous nous rassemblons aux pieds de Jésus, nous pouvons être surprises de ce qui est vraiment important et de ce qui est secondaire. Il arrive que nous soyons perplexes lorsque nous laissons nos préférences déterminer ce qui est bien et ce qui est mal au lieu de nous fonder sur les Écritures. C’est particulièrement le cas en ce qui concerne nos styles musicaux. La vraie question est : cette musique rend-elle gloire à Dieu ? Attire-t-elle l’attention sur une personne ou un groupe, ou est-elle centrée sur le Père céleste ? Une fois de plus, lorsque nous allons d’un pays à un autre, les styles musicaux peuvent être très différents. J’ai peine à imaginer ce que cela sera au ciel. Si vous avez le privilège d’avoir des gens de diverses nations et ethnies dans votre lieu de culte, soyez compréhensives et aidez les autres à ne pas juger l’état de cœur des participants en fonction de leur style de louanges.

Chères amies, n’oubliez jamais que notre merveilleux Sauveur et Seigneur peut revenir à tout moment. Réalisez que l’ennemi cherche toutes les occasions de semer la confusion parmi le peuple de Dieu. Il est donc essentiel d’obéir scrupuleusement aux principes et aux vérités de la Bible. Évidemment, si quelque chose d’acceptable dans une certaine culture est contraire aux principes des Écritures, nous devons le rejeter, comme nous l’enseigne la Parole de Dieu.

Souvenons-nous de l’importance de bâtir le royaume de Dieu dans notre ministère. À cause de votre position en vue, les membres de votre assemblée ont les yeux braqués sur vous. Ils observent de près vos réactions en toute situation. Ils regardent votre manière de répondre à une personne qui vient pour la première fois dans votre Église et qui est « différente » de plusieurs manières. Incitez les chrétiens à être remplis d’amour. Encouragez les autres femmes à sortir de leur cercle d’amies et à s’efforcer de pourvoir aux besoins des autres. Je prie souvent : « Seigneur, aide les autres par moi. Fais de moi ton bras étendu vers un monde en perdition. » Si vous avez cette attitude, comme vous êtes bien visible à cause de votre position, les autres vous suivront. Chaque jour, notre merveilleux Seigneur nous procure d’innom- brables occasions de le représenter dans ce monde, et de montrer la voie d’une vie triomphante de joie et de paix.

Quel merveilleux privilège !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter