Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Le combat spirituel (Ephésiens 6:12-18)

Les chrétiens vivent dans un monde où les esprits mauvais sont très présents. Ces esprits ne sont ni inoffensifs, ni tout-puissants. Ils sont liés au diable et il faut leur résister avec l’armure de Dieu.

Dans les anciens temps, le soldat n’était équipé pour la guerre qu’à partir du moment où il était revêtu de son armure. À ce moment là, Paul était un prisonnier, et probablement il était proche du camp prétorien à Rome, car selon la coutume romaine il était sous la responsabilité du préfet prétorien. Il est possible qu’il ait utilisé cette image à cause de ce qu’il voyait là-bas. L’armure n’était non seulement faite pour se protéger de l’ennemi, mais aussi pour l’assaillir.

L’ARMURE DE DIEU

« Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.» (Ephésiens 6:11-12)

Les chrétiens doivent se revêtir de toute l’armure de Dieu, celle qu’Il leur a préparée et mise à leur disposition. L’armure chrétienne est faite pour être portée ; nous ne devons pas ôter cette armure tant que notre combat n’a pas cessé. En ces temps là, les combats se faisaient corps à corps. Alors qu’il nous semble être assaillis par la chair et le sang, nos ennemis réels sont les puissances mauvaises.

NOS ENNEMIS SPIRITUELS

Le combat spirituelle ne consiste pas à s’opposer à des ennemis humains, ni à notre propre nature corrompue. Nous avons en fait affaire à un ennemi qui possède mille manières pour déstabiliser les âmes vulnérables. Satan est décrit comme étant le prince de ce monde (Jean 12:31 ; 14:30 ; 16:11) et le dieu de ce siècle (2 Corinthiens 4:4). Dans son royaume, il se sert non seulement des esprits mauvais mais aussi d’hommes méchants et son empire est plutôt ténèbres que lumière.

Les termes et expressions « dominations », « autorités », « princes de ce monde de ténèbres » et « esprits méchants dans les lieux célestes » indiquent les différents rangs des esprits mauvais. Ceux-ci sont les anges déchus. Les mêmes termes sont utilisés pour décrire les rangs des saints anges dans Éphésiens 1:21.

TENONS FERME

Les démons nous attaquent dans le domaine qui appartient à notre âme; ils opèrent pour dépraver « l’image » céleste qui réside en notre cœur. Nous devons, par la grâce de Dieu, prendre la résolution de ne pas céder à Satan. Résistons-lui et il s’enfuira. Si nous lui « ouvrons la voie », il gagnera immanquablement du terrain. Si nous doutons de notre état spirituel, de notre Chef ou de la solidité de notre armure spirituelle, nous donnons l’avantage à Satan.

« C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour ceinture ; revêtez la cuirasse de la justice ; mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’Evangile de paix ; prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin ; prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu.» (Ephésiens 6:13-17)

Voyant que nous avons de tels ennemis, endossons toute l’armure divine, afin de pouvoir tenir bon au mauvais jour. L’expression « mauvais jour » décrit le temps présent dans son ensemble, mais aussi en particulier les périodes où nous avons l’impression que le mal va l’emporter et où la tentation de lâcher prise est très forte.

Ce texte décrit l’armure qui doit être revêtue. Le soldat romain portait une ceinture, une cuirasse, des chaussures à clous de fer, un casque pour protéger sa tête et un grand bouclier sur son bras gauche qu’il tenait devant lui. Son arme était l’épée. C’était avec l’épée, et non avec la lance, comme pour les autres nations que les romains ont conquis le monde. Et tout ceci représente les parties de l’armure spirituelle du chrétien.

LA VERITE COMME CEINTURE

Cette « vérité » est la description de l’Evangile (Ephésiens 1:13). En Romains 1:16, l’Evangile est présenté comme la puissance de Dieu. La vérité caractérise la vie en Christ (Ephésiens 4:25 ; 5:9). Dans Ephésiens 6:14, la vérité représente la ceinture. Celle-ci entoure tous les autres constituants de notre armure, elle est d’ailleurs mentionnée en premier lieu. Il ne peut pas y avoir de religion sans authenticité. La ceinture tenait l’armure en place et portait l’épée. Ainsi, la vérité maintient l’armure du chrétien et l’épée de l’Esprit.

En d’autres termes, la ceinture est la vérité divine clairement reconnue et devenue vérité pratique en nous, c’est-à-dire la sincérité, la droiture du caractère qui hait toute communion avec le royaume du mensonge et des ténèbres est la force qui recueille les pensées errantes, la lumière qui fait reconnaître l’ennemi sous tous ses déguisements, et rend l’âme capable de lutter victorieusement. L’arme offensive elle-même, l’épée est suspendue à cette ceinture.

SOYONS ZELES POUR L’EVANGILE

La cuirasse couvrait le coeur et les poumons. Si la Justice de Dieu obtenue par la foi en Christ recouvre notre coeur, il ne peut rien nous arriver de mal. La justice de Christ est une véritable cuirasse, elle nous protège des flèches du courroux divin et des attaques du diable. La justice de Christ, implantée en nous fortifie notre cœur contre les attaques de Satan.

Chaussons-nous du zèle courageux que donne l’Évangile pour annoncer la bonne nouvelle du salut et de la paix avec Dieu. Notre cœur doit être préparé à porter l’Évangile de la paix. Soyons des messagers de bonnes nouvelles.

LA FOI POUR BOUCLIER

Dans les guerres antiques, on se servait de flèches enduites de poix et de résine que l’on enflammait au moment de les lancer. Les légionnaires romains les recevaient sur leurs grands boucliers qu’ils trempaient parfois dans l’eau pour pouvoir mieux éteindre les flèches incendiaires. Ces projectiles envoyés à la main et très dangereux à moins qu’ils ne soient arrêtés par le bouclier.

Le bouclier romain rectangulaire, long d’environ 1 mètre demi, recouvrait le corps entier et était une protection complète en lui même. Il protégeait des flèches enflammées de l’adversaire. De même la foi, celle qui fait entièrement confiance en Dieu et qui ne doute jamais, est la meilleure de toutes les défenses. La foi éteint, arrête, met fin à tous les doutes, les murmures et les suggestions mauvaises des méchants.

Le diable est le « méchant ». Les tentations virulentes par lesquelles l’âme est confrontée au feu de l’enfer sont de véritables flèches que Satan décoche contre nous. Elles peuvent consister également dans de mauvaises pensées à l’égard de Dieu, voire défaitistes contre nous-mêmes. La foi, qui se base sur la Parole de Dieu et la Grâce de Christ, éteint les flèches enflammées de la tentation.

Le soldat romain portait un calot métallique sur sa tête pour la protéger des coups. Le Salut, la réalisation que nous avons un Sauveur « capable de sauver parfaitement » (Hébreux 7:25), doit représenter notre casque. Une solide espérance du salut et une attente scripturaire de la victoire spirituelle purifieront l’âme et lui éviteront d’être souillée par Satan.

L’ESPRIT REND EFFICACE LA PAROLE

Au chrétien revêtu d’une telle armure pour sa protection dans le combat, l’apôtre recommande une seule arme offensive ; elle est toutefois suffisante : c’est l’épée de l’Esprit, la Parole de Dieu. Elle subjugue et mortifie les mauvais désirs et les pensées blasphématoires qui peuvent s’éveiller en nous ; elle répond à l’incrédulité et aux différentes déviations qui peuvent nous assaillir de l’extérieur. Un texte biblique, relativement simple, bien compris et appliqué en toute droiture, détruit immédiatement toute tentation ou une objection négative, il subjugue l’adversaire le plus redoutable.

L’APPEL A LA PRIERE

« Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints. » (Ephésiens 6:18)

La prière doit fixer toutes les parties de notre armure chrétienne. Différents devoirs existent dans l’exercice de la piété. Dans notre situation ici-bas, nous devons réserver un temps de prière. Une prière artificielle n’est guère efficace, cependant celle qui est sobre et fervente apporte toujours un bienfait.

Nous devons avoir de saintes pensées dans notre cheminement spirituel. Un cœur vain sera inefficace dans la prière. Nous devons intercéder par toutes sortes de prières, en public comme en privé, dans le secret ; en société ou seul ; solennellement ou spontanément. Une prière doit comporter : la confession du péché, l’appel à la Miséricorde et des actions de grâces pour les bénédictions reçues.

Nous devons prier par la Grâce de Dieu, avec le Saint-Esprit, dans Sa dépendance et d’après Son enseignement. Nous devons persévérer dans nos demandes spécifiques, sans nous décourager (Luc 18:1). Nous devons prier, non seulement pour nous-mêmes, mais pour tous les saints.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter

Aimer le Journal Chrétien :Vous aimez déjà la page? Veuillez fermer cette case