Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

4 chrétiens iraniens devraient retourner bientôt en prison

Le pasteur Youcef Nadarkhani, Yasser Mossayebzadeh, Saheb Fadaie et Mohammad Reza Omidi, quatre chrétiens iraniens qui avaient fait appel de leur condamnation à 10 ans de prison, pourraient retourner en prison dans les 24 prochaines heures.

Les 4 membres de l’Eglise iranienne, qui ont vu leurs peines de dix ans de prison confirmées par une cour d’appel plus tôt ce mois-ci s’attendent à devoir se présenter dans les prochaines 24 heures à la prison de leur ville natale de Rasht, selon la déclaration faite par Mansour Borji de l’organisation de défense des droits de l’homme Article 18 au micro de World Watch Monitor.

Le pasteur Youcef Nadarkhani, Yasser Mossayebzadeh, Saheb Fadaie et Mohammad Reza Omidi qui ont été reconnus coupables de « promouvoir le christianisme sioniste » et de diriger des églises, avaient fait appel de leurs condamnations devant le tribunal révolutionnaire le 14 décembre dernier, mais ils ont échoué.

En plus de leur peine d’emprisonnement, Nadarkhani et Omidi ont également été condamnés à deux ans d’exil interne, pendant lesquels ils devront servir leur pays dans le sud de l’Iran à proximité de la mer Caspienne.

Quatre autres chrétiens, le pasteur Victor Bet-Tamraz, et les trois autres membres d’église condamnés à ses côtés, Amin Afshar Naderi, Kaviyan Fallah Mohammadi et Hadi Asgari qui ont également reçu de longues sentences attendent toujours le résultat de leurs propres appels.

Ils ont été entendus devant le tribunal révolutionnaire par le même juge, le juge Hassan Babaee, qui, selon Article 18, « n’a pas de bons antécédents » puisqu’il a condamné à la prison de nombreux chrétiens.

Selon Mansour Borji, les juges ne peuvent pas être indépendants, car les sentences sont dictées par les agents du renseignement.

« Les chrétiens iraniens sont préoccupés par les verdicts injustes prononcés contre le pasteur Victor Bet-Tamraz, et trois autres chrétiens qui ont été condamnés à ses côtés, Amin Afshar Naderi, Kaviyan Fallah Mohammadi et Hadi Asgari », a déclaré Borji.

« Nous suivons de près le processus d’appel et demandons à tous les chrétiens du monde entier et aux membres clés de la communauté internationale de se joindre à nous pour demander que ces convictions soient annulées. Le gouvernement iranien doit se rappeler ses obligations en vertu du droit international et de sa propre constitution, pour mettre fin à son harcèlement de la communauté chrétienne pacifique « , a-t-il ajouté.

« Alors que les chrétiens ont toujours été emprisonnés en nombre considérable pour leur foi en Iran, la durée des peines semble avoir augmenté au cours de l’année dernière« , a t-il dit.

Bien que la constitution iranienne reconnaisse les chrétiens (à l’exclusion des convertis de l’islam) comme l’une des minorités religieuses reconnues autorisées à opérer dans le pays « dans les limites de la loi », le gouvernement continue à harceler et emprisonner les chrétiens et autres minorités religieuses a dénoncé le mois dernier le Rapport 2017 sur la liberté religieuse internationale du Département d’État américain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter

Aimer le Journal Chrétien :Vous aimez déjà la page? Veuillez fermer cette case