Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

La Colorado School of Mines poursuivie par un ancien élève

Un élève a décidé de poursuivre en justice la Colorado School of Mines, une université du Colorado pour avoir refusé d’écrire deux versets de la bible sur une plaque signalétique personnalisée pour laquelle il avait fait un don de 2500 dollars. Prétextant le fait que ce geste serait contraire à la politique anti-discrimination de l’université, l’établissement a pourtant accepté d’installer des plaques sur lesquelles apparaissaient le mot « enfer », et « whisky », alors même que des mots comme « Dieu », « Seigneur » ou « Jésus » sont interdits.

La Colorado school of mine poursuivie par un élève qui voulait apposer des versets bibliques sur une plaque personnalisée

La Colorado school of mine poursuivie par un élève qui voulait apposer des versets bibliques sur une plaque personnalisée

Michael Lucas, ancien étudiant et footballeur de la Colorado School of Mines avait donné 2500 dollars pour faire apposer sur un casier de football d’un centre sportif nouvellement construit une plaque en or personnalisée sur laquelle il demandait d’écrire deux versets bibliques, colossiens 3 v 23 : « Tout ce que vous faites, faites le de bon cœur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes » ainsi que le verset 9 du chapitre 5 de Michée :  » Que ta main se lève sur tes adversaires, et que tous tes ennemis soient exterminés ».

Selon Nathalie Decker, son avocat qui travaille pour l’Alliance de la liberté, l’école a refusé de graver la référence biblique selon la demande de Michael Lucas alors même que les lignes directrices et les restrictions n’avaient pas été clairement indiquées pour les types de message qu’il était autorisé ou non à inclure sur ces plaques. Certains bailleurs de fonds ont profité de ce flou pour apposer certains messages publicitaires comme : « prenez votre whisky en étant clair » ou encore « donnez « Em enfer » alors qu’ils ont interdits les mots bibliques.

Évoquant le premier amendement et la politique anti-discrimination de l’université, l’école des Mines a ainsi indiqué à Michael Lucas que des mots tels que « Dieu », « Seigneur », « Jésus » ou encore des références à des versets contenant ces mots étaient interdits :

« Ils ont affirmé que cela serait contraire à la politique anti-discrimination de l’université. Ironie du sort, la politique de l’école interdit de discriminer sur la base de la religion, et c’est exactement ce qu’elle a fait pour Lucas », a déclaré Nathalie Decker.

L’école a finalement installé la plaque signalétique de Michael  Lucas, mais uniquement avec le texte de Michée 5 v 9 sans la référence biblique.

Richard Collins, professeur de droit à l’université du Colorado, a indiqué que cette école avait réagi de manière excessive fac au contenu de la plaque de Michael Lucas et a affirmé :

« La plaque est évidemment le travail du donateur, pas de l’université ! »

Dans un communiqué édité par l’école, Karen Gibert, porte-parole de la Colorado school of mines a déclaré :

« La communauté de l’école des Mines est composée de nombreuses confessions et convictions et nous visons à favoriser un environnement universitaire positif et qui n’exclue personne.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter