Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

A Berlin, des centaines de réfugiés musulmans deviennent chrétiens

En Allemagne, des centaines de réfugiés musulmans se sont convertis au christianisme dans une église de Berlin. Si l’authenticité de le changement de religion est remise en cause par certains observateurs,  qui y voient plutôt un moyen d’améliorer leur chance de rester en Allemagne, pour d’autres, la conversion est bien réelle.

Une église évangélique de Berlin, la Trinity Church de Berlin est passé en l’espace de deux ans de 150 à 600 membres, une croissance que son responsable, le Pasteur Gottfried Martens a qualifié de miracle.

Chaque cheminement de migrant est particulier et c’est le cas par exemple de l’histoire d’Ali Zonnoobi, un Iranien arrivé en Allemagne depuis peu avec sa famille. Introduit à la Bible vers l’âge de 18 ans alors qu’il était encore en Iran, ce charpentier de Shiraz assistait déjà à des réunions chrétiennes qui se tenaient en secret dans son pays. Lorsque plusieurs de ses amis chrétiens ont été arrêtés, il a été contraint de fuir avec sa femme et ses deux enfants en Allemagne.

Récemment baptisé, pour Zonoobi et son épouse Afsaneh, c’est un nouveau départ dans leur vie :

« Maintenant, nous sommes libres et nous pouvons être nous-mêmes. Je suis si heureuse de savoir que nos enfants auront un bon avenir ici et puissent recevoir une bonne éducation en Allemagne. »

Avec Zanoobi, ce sont près d’une centaine de demandeurs d’asile comme lui, originaires pour la plupart d’Iran et d’Afghanistan qui ont été baptisés à l’Eglise de la Trinité à Berlin.

Pour certains, il est à craindre que certains réfugiés ne professent la foi chrétienne que pour améliorer les chances de rester dans le pays. Pour Vesam Heydari qui est membre de cette église évangélique, par exemple, «La majorité des Iraniens ne sont pas ici pour se convertir réellement au christianisme, ils veulent seulement rester en Allemagne. »

Si, pour le Pasteur Gottfried Martens cette possibilité n’est pas à exclure, il a toutefois constaté qu’une fois à l’église, la plupart des réfugiés restent engagés dans l’église puisque près de 90 pour cent des convertis continuer à la fréquenter après avoir été baptisés.

Il a déclaré à ce sujet :

« Je sais qu’il y a – encore et encore – des gens qui viennent ici parce qu’ils ont une sorte d’espoir au sujet de leur droit d’asile. Je les invite à se joindre à nous, car je sais que celui qui vient ici ne peut pas rester inchangé. »

Alors qu’en Afghanistan et en Iran la conversion d’un musulman au christianisme est punissable de mort ou d’emprisonnement, l’histoire de Zonoobi vient rappeler que toutes les conversions des réfugiés ne sont pas factices mais belles et bien réelles. L’évangile touche des vies encore aujourd’hui !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter