Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Chibok : refusant de renier sa foi, une jeune lycéenne est lapidée à mort

Monica, la fille aînée du pasteur nigérian Enoch Mark a été assassinée par Boko Haram au cours de l’enlèvement des 276 lycéennes de Chibok en avril 2014. Malgré sa peine, le responsable chrétien a déclaré être reconnaissant parce qu’elle n’avait pas changé de religion.

La nuit de l’enlèvement, explique le Pasteur Enoch Mark, il était avec sa femme Marta à Chibok dans l’État de Borno quand ils ont entendu une déflagration liée à une bombe qui a même secoué l’église. Parallèlement, il a également entendu le cri des jeunes-filles de l’école puisqu’il se situait à 500 mètres de l’établissement mais n’a rien pu faire pour les aider. Lui et sa femmes ont en effet été forcés de courir dans la brousse pour échapper avec leurs cinq jeunes enfants pour échapper aux militants.

276 lycéennes ont finalement été enlevées dans leur école par Boko Haram et même si 50 d’entre elles ont réussi à s’échapper, la famille pastorale a appris que leurs deux filles ainées, Monica et Sarah avaient été enlevées.

Marta a déclaré à ce sujet à la BBC :

« Quand nous avons découvert Boko Haram avait enlevé nos filles, j’étais désemparée, je n’ai jamais récupéré, je suis toujours dans une douleur horrible… »

Plusieurs semaines après l’enlèvement, Boko Haram a publié des photos de 136 des écolières en hijab musulman récitant le Coran pour démontrer que le groupe terroriste les avait converti à l’Islam.

Le Pasteur Enoch Marka a alors été informé que sa fille aînée, Monica, avait été tuée par ses ravisseurs parce qu’elle avait refusé de se convertir à l’islam :

«On m’a expliqué que ma fille avait refusé de changer de religion. On m’a également dit que les militants  avaient creusé un trou, et l’ont enseveli jusqu’au cou avant de la lapider à mort ».

Marta a ajouté qu’elle croit que leur fille est morte dans la dignité, et qu’elle est maintenant au ciel parce qu’elle refusait de renier sa foi. Le pasteur Enoch a quant à lui exprimé sa reconnaissance de voir que son aînée avait tenu jusqu’au bout en déclarant :

« Mourir pour l’amour du Christ est la chose la plus heureuse pour moi. Je suis reconnaissant qu’elle n’ait pas changé de religion. Elle a eu confiance en Dieu. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter