Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

L’État islamique contraint 4000 chrétiens syriens à fuir la ville d’Hasakah

La dernière vague de violence perpétrée par l’État islamique a contraint près de 4000 familles chrétiennes à fuir la ville d’Hasakah dans le nord-est de la Syrie. Selon le Bureau des Nations-Unis pour la coordination des affaires humanitaires, les attaques menées ces derniers mois sur la ville et les villages environnants auraient déplacé près de 120 000 personnes en tout.

L’assaut qui a obligé 4000 chrétiens syriens à fuir Hasakah a a commencé le 25 Juin même si quelques combats localisés avaient déjà eu lieu sur ce lieu. Parallèlement, les militants de l’État islamique ont également lancé une offensive à Kobani, une ville située à la frontière avec la Turquie, causant la mort de près de 200 civils avant d’être finalement chassés par les forces kurdes.

Le chef de l’Église syro-catholique à Hasakah, Mgr Jacques Behnan Hindo a été contraint lui aussi de fuir. Il a rejoint, avec d’autres collègues chrétiens, la ville voisine de Qamishli.

Interviewé par l’Agence Fides, il a expliqué que certains des habitants d’Hasakah avaient rejoint l’État islamique :

« Lorsque l’État islamique est arrivé dans le quartier sud-est d’al-Nachwa, il a invité les femmes et les enfants à quitter la ville. Mais les jeunes garçons et les adultes sont restés, et ont pris le parti de Daech.[…] Et maintenant ce très grand quartier est au centre des affrontements les plus violents entre les forces gouvernementales et celles de l’État islamique » a -t-il encore déclaré.

De nombreux chrétiens qui ont fui ont rejoint Qamishli, augmentant de jour en jour les besoins humanitaires des réfugiés dans cette ville a encore affirmé l’archevêque, tout en reconnaissant que Caritas, une organisation humanitaire catholique avait déjà envoyé de l’aide. Des camps de fortune ont été installés, mais de nombreux réfugiés sont contraints de dormir à l’air libre. La chaleur, insupportable, rend la situation de plus en plus compliquée.

Le Réseau assyrienne des droits de l’homme a indiqué que de nombreuses familles chrétiennes ont par ailleurs trouvé refuge dans les églises, les monastères, les écoles ainsi que chez les habitants de Qamishli.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter