Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

La fusillade à l’église de Charleston relance le débat du port d’armes

Suite à la fusillade qui a entraîné la mort de neuf personnes dans l’église afro-américaine de Charleston en Caroline du sud, la question du port d’armes a été relancée aux États-Unis. Il y a ses fervents défenseurs comme Charles Cotton, le directeur de la National Rifle Association et ceux qui militent contre, comme c’est le cas du Pasteur Clementa Pinckney qui a perdu la vie au cours de ce drame. Le président Barack Obama est quant à lui favorable à un plus large contrôle des armes à feu en Amérique.

Le directeur de la National Rifle Association (NRA) Charles Cotton, est parmi ceux qui sont favorables au port d’armes à feu. Il a d’ailleurs reproché au pasteur Clementa Pinckney de ne pas avoir incité les membres de son église à porter des armes de poing, rajoutant que si tel avait été le cas, les neuf personnes décédées au cours de la fusillade de l’église de Charleston seraient encore en vie.

Il a aussi déclaré que Pinckney avait voté contre les armes dissimulées, et qu’à cause de cette position sur une question politique, des personnes innocentes sont mortes. Cette réaction, que Charles Cotton avait publié sur internet, a depuis été supprimée.

A contrario, au cours d’une allocution à la Conférence des maires américains, le président Barack Obama s’est prononcé en faveur d’un plus large contrôle des armes à feu dans le pays. Une étude américaine a montré que les armes sont rarement utilisés pour tuer les criminels ou arrêter les crimes, mais de nombreuses personnes meurent par suicide avec des armes à feu ou des tirs involontaires. En 2012, les armes à feu n’ont été utilisés que dans 32 homicides criminels. Le port des armes à feu ne peut donc se justifier par la self défense.

Mais les protagonistes de la National Rifle Association protestent en disant que si le personnel de l’école avait eu des fusils, les 26 personnes décédées au cours d’une tuerie à l’école primaire de Sandy Crochet à Newtown seraient encore en vie.

Le président Barack Obama a rappelé que plus de 11.000 Américains ont été tués par la violence armée en 2013, indiquant que si la réforme de la sécurité des armes à feu avait été adoptée, les incidents de Newtown et Charleston n’auraient peut-être pas eu lieu. Il a toutefois indiqué que la réforme ne pouvait pas arrêter la totalité de la violence.

Lucide sur la situation de son pays quant au port d’armes, il a déclaré :

« Nulle part dans tous les autres pays développés sur la terre, vous ne voyez d’assassinats perpétrés à une telle échelle et à une telle fréquence. Ce qui est différent, c’est que ces pays ne sont pas inondés d’armes facilement accessibles».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter

Aimer le Journal Chrétien :Vous aimez déjà la page? Veuillez fermer cette case