Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Conférence internationale sur les chrétiens persécutés

L’organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) organise ce lundi 18 mai 2015 à la Hofburg de Vienne (Autriche) la deuxième conférence internationale sur la prévention et la répression de l’intolérance, de la discrimination et des crimes de haine contre les chrétiens.

La seconde conférence sur le renforcement des efforts de prévention et de répression de l’intolérance, de la discrimination et des crimes de haine contre les chrétiens a permis aux responsables gouvernementaux, aux organisations non gouvernementales et aux communautés chrétiennes d’explorer les défis, de partager des exemples de bonnes pratiques et de formuler des recommandations sur la façon d’aborder les crimes haineux visant les chrétiens.

La discrimination et l’intolérance menacent la sécurité des personnes à travers le monde. Les États membres de l’organisation pour la sécurité et la coopération en Europe se sont engagés à lutter contre le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme, la discrimination et l’intolérance contre les chrétiens et d’autres groupes religieux.

La première conférence du genre a été organisée le 12 septembre 2011 à Rome à l’initiative du sociologue italien Massimo Introvigne et avait pour thème « prévention et réponse aux crimes de haine contre les chrétiens ».

Le sociologue Massimo Introvigne a affirmé à l’ouverture des travaux qu’il y a une voie glissante qui, de l’intolérance, conduit à la discrimination, et de cette dernière aux crimes de haine.

« Un groupe religieux ou ethnique est d’abord ridiculisé ou victime de diffamation et d’intolérance, qui est un fait culturel. Il est donc discriminé par les lois et les règlements administratifs. A la fin, on arrive à de vrais crimes de haine et aux persécutions et certains, ou tant, le paient de leur vie ».

Actuellement, les chrétiens sont le groupe religieux qui souffre le plus de persécutions à cause de la foi. Il convient de souligner que la liberté religieuse n’est pas seulement la liberté de culte, c’est aussi « le droit de prier, d’éduquer, de se convertir, de contribuer au discours politique et de participer pleinement aux activités publiques ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter