Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Un ancien cheikh perd sa femme et ses enfants à cause de sa foi en Jésus

Le 16 novembre dernier, un ancien cheikh devenu chrétien de l’est de l’Ouganda est tombé dans un piège tendu par 4 hommes musulmans. Déjà deux ans plus tôt, au moment de sa conversion, il a perdu sa femme et ses enfants, sa maison et son terrain à cause de sa foi en Jésus-Christ.

Mulangira Ibrahim, 27 ans, se rendait à la maison de son pasteur après un service religieux sur l’île Jaguzi du lac Victoria, dans le district de Mayuge, lorsqu’il a reçu un appel téléphonique d’un inconnu lui disant que son pasteur voulait qu’il retourne immédiatement à l’église pour le rencontrer.

Sans réfléchir, Ibrahim rebroussa chemin raconte Morning Star News qui rapporte son témoignage :

« Sur le chemin de l’église, quatre personnes m’ont arrêté, m’ont saisi et ont commencé à me menacer en disant que si je ne renonçais pas au christianisme et ne retournais pas à l’Islam, ils allaient me tuer », a déclaré Ibrahim. « Je ne leur ai pas répondu, et l’un a commencé à me gifler, tandis qu’un autre m’a frappé avec un objet émoussé. Quand j’ai commencé à crier au secours, j’ai reçu plus de coups et à partir de là j’ai perdu conscience. « 

Quand il est revenu à lui, il s’est retrouvé entouré par la police, le pasteur et les membres de l’église, a t-il dit. Le pasteur Charles Musana de l’église Evangel World Vision a conduit d’urgence Ibrahim dans un dispensaire proche pour obtenir des médicaments.

« Ibrahim souffrait de maux de dos, de blessures à la tête et à la jambe, et nous l’avons trouvé dans une mare de sang », a déclaré le pasteur Musana. « Nous l’avons emmené à un dispensaire de Jaguzi, et le lendemain nous avons enregistré l’incident auprès de la police. »

Ibrahim se remet maintenant à la maison du pasteur.

« L’attaque était si grave qu’il faudra plus d’un mois à Ibrahim pour se remettre de ses multiples blessures », a déclaré le pasteur.

Depuis que cet ancien enseignant musulman s’est converti au christianisme il y a deux ans, les musulmans lui ont non seulement pris sa femme Nalunkuma Joweria et leurs trois enfants âgés de 8, 6 et 4 ans mais a aussi été obligé de se cacher, ce qui n’a pas empêché les musulmans de le retrouver le 16 novembre dernier.

Et voici comment Mulangira Ibrahim s’est converti.

A partir du village de Butegwa, comté de Bukooli dans le district de Bugiri, Ibrahim avait été envoyé pour propager l’islam sur l’île de Jaguzi en tant que cheikh de la mosquée Madrasat Noor Islamia.

Arrivé sur cette île, il a eu une vision dans laquelle il se voyait tenir une Bible, suivie d’une autre vision dans laquelle il suivait des études islamiques en Iran, raconte-t-il. Comme la plupart des Iraniens pratiquent l’islam chiite, ce qui est considéré comme anathème pour les musulmans sunnites en Ouganda, Ibrahim était troublé par cette vision. Mais il était également perturbé par la vision où il tenait une Bible.

Il a décidé de rendre visite au pasteur de l’église Evangel World Vision et, pour apaiser les tensions religieuses, il a demandé à un jeune musulman de l’école islamique qu’il enseigne d’informer le pasteur qu’il était à l’extérieur des bureaux de l’église.

À son arrivée à la porte de l’église, il a été aveuglé temporairement mais si fortement qu’il est tombé par terre. L’enfant a eu peur et a couru vers la mosquée voisine en criant: « Le cheikh a été tué par les chrétiens.  »

Le pasteur a dit qu’il est sorti de son bureau et a trouvé Ibrahim sur le sol en louant Jésus. Les musulmans qui se sont précipités sur le site ont également trouvé Ibrahim louant Issa, Jésus-Christ, en tant que Seigneur. Ils l’ont battu avant de s’enfuir lorsqu’un grand nombre de chrétiens sont arrivés. C’était le 4 octobre 2015.

Tout de suite après cet évènement, les musulmans de la région sont allés à la maison d’Ibrahim et ont emmené sa femme et ses enfants. Ibrahim a dit qu’ils ont laissé derrière eux une note écrite qu’il ne devrait pas retourner à la maison qu’ils avaient mis en location. Ils ont également mis fin à ses services en tant que cheikh de la mosquée Madrasat Noor Islamia.

De retour chez lui dans le village de Butegwa, sa famille musulmane lui a pris sa maison et vendu son terrain, le rendant sans domicile fixe, a-t-il dit.

« Depuis lors, la vie est devenue très difficile pour moi », a déclaré Ibrahim à Morning Star News. « Je n’avais pas d’endroit pour poser ma tête. Mais Dieu merci, l’église m’a donné une place pour résider dans l’enceinte de l’église. « 

Immédiatement après être devenu chrétien, Ibrahim a commencé à recevoir des messages de menaces.

«Pendant les deux dernières années, je me suis enfermé dans l’enceinte de l’église et dans la maison du pasteur, à 1,5 kilomètres, alors que les musulmans ont publié des messages disant qu’ils voulaient ma tête parce que j’avais abandonné l’islam».

La police enquête sur l’agression du 16 novembre, mais n’a arrêté personne, selon des sources.

L’incident est l’une des nombreuses attaques récentes de personnalités non étatiques sur des chrétiens dans l’est de l’Ouganda. La constitution de l’Ouganda et d’autres lois prévoient la liberté religieuse, y compris le droit de propager sa foi et de se convertir d’une foi à l’autre.

Étiquettes:

Chrétiens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter

Aimer le Journal Chrétien :Vous aimez déjà la page? Veuillez fermer cette case