Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

La liberté religieuse risque d’être sévèrement restreinte au Kazakhstan

Les chrétiens du Kazakhstan sont confrontés à une nouvelle menace. En effet, le Premier Ministre est désormais chargé de faire voter un amendement prévoyant de nouvelles restrictions à la liberté de religion ou de conviction. Si cette modification est adoptée, toutes les communautés religieuses du pays, y compris les églises, seront contraintes de se réenregistrer. L’éducation religieuse, le partage des croyances ou encore la participation des fonctionnaires de l’État au culte seront plus durement sanctionnés.

L’amendement au projet de loi sur la religion de 2011, du code administratif et de nombreuses autres lois
sont maintenant soumis à l’approbation du Premier ministre du Kazakhstan avant d’être envoyé au parlement a annoncé Forum 18.

Un haut responsable du Comité des affaires religieuses du Ministère de la religion et de la société civile a déclaré à Forum 18 qu’elle attend de Bakytzhan Sagintayev, le Premier Ministre du pays, qu’il approuve prochainement le projet de loi sur la religion et l’envoie au Parlement, le Majilis.

Le responsable du Comité des affaires religieuses a refusé d’expliquer pourquoi cet amendement ne supprime pas les restrictions de la loi actuellement en vigueur qui violent les obligations internationales du Kazakhstan en matière de droits humains et pourquoi elle ajoute d’autres restrictions.

Le texte final de l’amendement sur la loi sur les religions, contrairement aux versions antérieures, exigera que toutes les organisations religieuses orthodoxes non musulmanes et non russes enregistrées mettent leurs statuts en conformité avec les nouvelles dispositions et se réenregistrent auprès du ministère de la Justice. Les communautés orthodoxes russes locales seront également tenues de se réinscrire. Le projet ne donne pas de délai pour le réenregistrement obligatoire.

L’exigence de réenregistrement est « très mauvaise », a déclaré un juriste du Kazakhstan à Forum 18.

Parmi les nouvelles restrictions susceptibles d’être adoptées par le Parlement on trouvera notamment stipulé quels sont les cas où l’éducation religieuse est autorisée et par qui, avec de nouvelles peines pour les «délinquants».

On trouve également dans cet amendement de nouvelles restrictions et peines pour ceux qui cherchent à recevoir une éducation religieuse à l’étranger, de nouvelles punitions pour dérangement de «l’ordre intérieur» d’une communauté religieuse (par exemple en disant le mot «Amen» dans les mosquées). Il y aura encore plus de restrictions sur le partage des croyances, avec une nouvelle interdiction spécifique à ceux qui voudraient répandre les croyances d’une organisation religieuse non enregistrée.

Le terme «clergé» sera redéfinit, ce qui pourrait réduire le nombre de personnes autorisées à partager leur foi. Il sera également exigé que la littérature religieuse qui ne passe pas la censure obligatoire de l’État soit saisie. Les mariages en dehors des lieux de culte enregistrés seront passibles de sanctions et les fonctionnaires d’État interdit de participation à des événements religieux.

Étiquettes:

Chrétiens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter

Aimer le Journal Chrétien :Vous aimez déjà la page? Veuillez fermer cette case