Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Un pasteur battu par des extrémistes passe 48 heures dans le coma

Après avoir conduit cinq familles d’un village du sud de l’Inde à la foi chrétienne, le pasteur Banothu Sevya a été attaqué par des extrémistes hindous alors qu’il se rendait au culte. Dans le coma pendant 48 heures, le pasteur qui se remet de ses blessures a déclaré : « Je pardonne aux jeunes qui m’ont attaqué, et je prie pour eux », a-t-il déclaré.

Le Pasteur Banothu Sevya, un jeune chrétien âgé de 26 ans, dirige une église de 60 membres à Sri Raja Thanda, un hameau tribal du district de Mahabubabad en Inde où il réside avec son épouse Banothu Anousha et leurs enfants.

Parce qu’il évangélisait sa région, des extrémistes hindous l’avaient menacé par deux fois avant de tenter de l’assassiner le 5 octobre dernier. A l’origine de la colère des assaillants du pasteur Banothu, l’accusation infondée selon laquelle l’homme de Dieu convertissait de façon frauduleuse ou forcée les tribus Banjara.

Au cours d’une rencontre avec les extrémistes qui demandaient comment il attirait les villageois Banjara, le pasteur leur avait répondu :

« Je ne partage que l’Évangile, que nous sommes tous des pécheurs, et que ce monde doit arriver à sa fin un jour. Seul Jésus-Christ peut nous purifier des péchés. Il a été crucifié pour nous, il est ressuscité pour nous présenter la vie éternelle. »

Il leur avait aussi demandé s’il y avait de la vie dans les rochers, les arbres et l’eau, et si tel n’était pas le cas, pourquoi les adorer ? Il avait enfin déclaré aux hindous venus lui demander des compte qu’il parlait à chaque personne individuellement quand ils venaient lui poser des questions sur le Christ.

Pressé de partager la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, le jeune pasteur n’a pas particulièrement fait attention aux menaces des hindous venus proférer des menaces, comme il l’a expliqué lui-même à Morning Stars News :

« Mais je n’ai pas fait attention, sachant que lorsque le travail du Seigneur commencerait, il y aurait des obstacles, et je ne me suis jamais plaint aux responsables de la police ».

A l’écoute des besoins des Banjaras, il était simplement zélé de partager l’Évangile :

« La plupart des Banjaras disent qu’ils sont affligés par les mauvais esprits », a-t-il dit. « Ils veulent qu’ils soient renvoyés. Certains veulent être guéris, d’autres ont besoin de l’aide du Seigneur dans leurs efforts pour s’éduquer. Je partage l’Évangile et je prie pour eux. Nous avons vu le Seigneur faire des miracles parmi eux. Il n’abandonne personne qui vient à Lui. « 

Le pasteur Sevya a d’abord prêché le Christ à Jangi Thanda, un village de Govindapuram, à la demande d’un parent. Quand cinq familles sont venues à Christ, il a été aussi étonné que quiconque :

« Moi aussi j’appartiens à la même communauté tribale Banjara, et il n’est pas possible par la force humaine de les séparer de l’idolâtrie – ils ont un certain nombre de dieux enchâssés dans les rochers, les arbres, l’eau et autres. Les cinq familles ont tout laissé derrière elles et ont marché dans la Lumière puisqu’elles ont invité Jésus Christ dans leurs coeurs. C’est un miracle. »

C’est la conversion de ces cinq familles qui va entraîner les extrémistes à mettre leurs menaces de mort à exécution. Dans la soirée du 5 octobre en effet, alors que le pasteur Banothu Sevya quittait plus de 60 villageois rassemblés après avoir rendu un culte au Seigneur et étudié la Bible jusqu’à 21 heures, il a remarqué que des hommes masqués le suivaient. Arrivés à Govindapuram, à la périphérie du village de Jamandlapalli dans l’État de Telanga, des hindous ivres l’ont déséquilibré pour qu’il tombe de son vélo et l’on sévèrement battu.

« Je n’ai pas vu d’où ils venaient », a-t-il dit. « Ils m’ont fait tombé du vélo, ont commencé à me frapper avec des bâtons et à me donner des coups de pied. Mon nez et mes oreilles saignaient. J’ai perdu connaissance. « 

A 23 heures, sa femme, Banothu Anusha a reçu un appel téléphonique l’informant que son mari avait été blessé et admis à l’hôpital gouvernemental de Mahabubabad.

« Je me suis immédiatement précipité à l’hôpital avec mon beau-père », a-t-elle dit. « On m’a dit que mon mari avait été retrouvé inconscient et allongé sur la route par des passagers d’un bus routier national. Ils ont vu une dizaine d’hommes fuir la scène, et un homme inconscient à l’approche de l’autobus. « 

Les assaillants viennent de Jangi Thanda, où le pasteur Sevya avait évangélisé ces derniers mois, a-t-elle encore déclaré.

« Ils ont tenté de l’assassiner », a-t-elle dit. « Les médecins des districts de Mahabubabad et de Warangal m’ont dit qu’il allait mourir, et mon père et mon beau-père ont trouvé un arrangement pour 100 000 roupies [1 545 US $] et l’ont transféré dans un hôpital privé à Hyderabad. »

Les médecins lui ont dit qu’il avait des caillots sanguins dans la région cérébrale, des problèmes de coordination du cerveau, des blessures à l’œil et un tympan endommagé, a-t-elle dit.

Le pasteur a dit qu’il était vivant seulement par la grâce de Dieu :

« Je pardonne aux jeunes qui m’ont attaqué, et je prie pour eux. »

Sa femme a déposé une plainte écrite auprès de la police au poste de police rurale de Mahabubabad, mais ils n’ont pas enregistré de premier rapport d’informations.

Le pasteur Sevya a déclaré que la police a affirmé qu’ils continueraient à enquêter, mais qu’ils ont offert peu d’espoir car les assaillants étaient masqués et le pasteur ne pouvait pas se souvenir de la majeure partie de l’agression, ayant sombré dans le coma.

Le pasteur a demandé la prière pour l’achèvement d’un bâtiment de l’église là-bas et le renforcement de la foi de la congrégation, et sa femme a demandé la prière pour son rétablissement.

Étiquettes:

Banothu Sevya

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter

Aimer le Journal Chrétien :Vous aimez déjà la page? Veuillez fermer cette case