Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Malgré la torture en prison, Petr Jasek conduit des âmes à Christ

Pendant ses 14 mois d’emprisonnement au Soudan, torturé par ses compagnons de cellules, le missionnaire tchèque Petr Jasek a non seulement vécu la paix surnaturelle de Dieu dans ces conditions extrêmes mais a aussi été un témoin audacieux en gagnant beaucoup de ses co-détenus à Christ.

Alors qu’il était directeur régional pour la Voix des Martyrs (VOM) en Afrique, Petr Jasek s’était rendu au Soudan pour documenter la persécution des chrétiens, qui se déroulait dans les montagnes de la Nubah dans des affrontements entre le gouvernement et les rebelles.

Il a été arrêté par la police soudanaise à l’aéroport de Khartoum en décembre 2015. Il semble que le personnel de l’immigration avait trouvé un double de passeport que Jasek avait sur lui pour des raisons de sécurité, ce qui a conduit à son arrestation et son incarcération immédiates.

« Je suis arrivé dans cette cellule vers 1h30 du matin », a t-il déclaré à VOM. Il a trouvé la cellule surpeuplée, avec des prisonniers qui couvraient le sol. « Ils ont dû se serrer un peu pour créer un espace pour que je puisse m’allonger sur le sol. »

Les conditions étaient précaires. «Je n’avais pas de couverture … deux T-shirts, un pantalon, une brosse à dent, du dentifrice et du savon ; c’était tout. »

Les gardes ont refusé de lui donner des couvertures ou un matelas, parce qu’il était de la République tchèque et ils lui ont dit qu’ils pensaient qu’il devrait être habitué au temps froid.

A 5h30 du matin, il a été réveillé par l’appel islamique à la prière. L’ensemble de ses six compagnons de cellule ont commencé à prier avec ferveur.

« Ils m’ont montré une place derrière eux où je devais rester debout pendant qu’ils priaient. La règle est que moi, en tant que chrétien, je devais rester derrière eux pour qu’ils ne me regardent pas pendant qu’ils prient. « 

Après les prières, ils se sont identifiés comme appartenant à daech, l’acronyme arabe pour l’État islamique. Tous ses compagnons de cellule étaient des combattants de l’État islamique !

« Deux jours plus tard, ils ont commencé à me torturer ouvertement et à me battre … J’ai été frappé avec leurs poings dans mon visage à plusieurs reprises. Ils m’ont appelé «cochon sale» ou «rat sale».

Un des combattants de l’EI a aboyé un ordre : « Cochon sale, viens ici. »

« J’ai décidé au début que je ne répondrais pas à ces noms grossiers mais quand je ne répondais pas, j’étais frappé avec un bâton en bois qu’ils ont dévissé de la balayeuse qui était là pour nettoyer le plancher. »

Jasek a été frappé à la tête, aux épaules et aux doigts où ils lui ont donné des coups de pied dans le ventre et dans le dos avec leurs bottes.

« A ce moment-là, je pensais vraiment au Seigneur Jésus et à ce qu’il avait dû traverser quand il a été arrêté, qu’ils le frappaient aussi avec un bâton en bois et le ridiculisaient en le frappant. »

Petr Jasek enchaîne :

« Je suis devenu comme leur esclave. J’étais vraiment obligé de laver leurs vêtements, de laver tous les plats, de nettoyer les toilettes à mains nues. Ils se moquaient de moi. Je n’ai pas résisté. Je pouvais voir clairement le Seigneur Jésus et comment Il a souffert pour nous. »

Alors Jésus lui a donné quelque chose d’étonnant et d’inattendu, compte tenu des circonstances. « J’ai reçu une paix merveilleuse à ce moment-là et, étonnamment, lorsque j’ai été agressé physiquement, je vivais la plus grande paix en prison depuis tous ces 14 mois et demi.

« Je pouvais même prier pendant ces passages à tabac pour les membres de ma famille, je pouvais prier pour d’autres prisonniers et je n’ai pas été déplacé au point où j’étais auparavant, parce que j’avais cette paix du Seigneur au moment des attaques physiques sur mon corps. »

Quand Jasek a commencé à exalter et à glorifier le nom du Seigneur pendant ses passages à tabac, cela les a rendus encore plus furieux. « Ils ont décidé de me torturer de façon bien pire encore.

« Finalement, ils ont décidé de me faire subir la torture du waterboard. C’est une forme de torture où une personne doit se coucher sur le dos, se couvrir la bouche et ils versent de l’eau, ce qui vous donne l’impression que vous allez vous noyer. »

Les gardes soudanais n’étaient pas intervenus pour arrêter la torture de Jasek, car ils étaient intimidés par les combattants de l’EI. « Il ont pensé que si ces islamistes étaient libérés, ils se vengeront de ces gardes. »

Jasek n’a pas eu accès à une Bible pendant sa captivité, alors il a médité sur les Écritures qu’il avait mémorisées en tant que jeune -homme.

« Je demandais littéralement au Seigneur qu’Il garde mon esprit dans la sainteté et que je ne perde pas mon esprit à travers la situation », a déclaré Jasek. « Le Saint-Esprit me rappelait certains des versets que j’avais mémorisés. C’était juste assez pour moi, pour me donner assez de force tous les jours pour prier », a-t-il dit à VOM.

Il a également pensé à l’enseignement de Jésus sur l’amour des ennemis. Il a été surpris quand il a entendu ses agresseurs pleurer tard dans la nuit quand ils ne pouvaient pas dormir.

« Ils pleuraient. Les membres de leur famille leur manquaient aussi. Ils criaient aussi à Dieu pour de l’aide », a-t-il raconté. « Cela m’a permis de continuer facilement à prier pour eux. Je priais pour ces codétenus, les enquêteurs, pour les gardiens, pour les procureurs et pour le juge, que le Seigneur se révèle comme le Seigneur, le Sauveur et Dieu. « 

Remarquablement, l’un des gardes est intervenu pour empêcher le waterboarding. Jasek a dit qu’il sentait que le Seigneur utilisait le gardien pour le sortir de la cellule.

« Plus tard, j’ai dit au gardien qu’il m’a sauvé la vie et nous sommes devenus des amis proches », a déclaré Jasek. « J’ai donné mon adresse mail et j’ai commencé à partager l’Évangile avec lui. Il était très passionné. Je lui ai dit que s’il arrivait en Europe, il pourrait rester chez moi et nous nous occuperions de lui. »

Puis Petr Jasek a été transféré dans une autre prison où les conditions étaient encore pires. Nous avons été coincés dans une petite pièce – 15 par 500 cm2. Il y en avait parfois 40.

« Telle a été la situation où j’ai pu conduire 40 réfugiés érythréens vers le Christ « , a-t-il dit. « C’était comme une nouvelle révélation pour moi. J’ai commencé à être courageux et à partager ouvertement l’Évangile avec d’autres prisonniers.

Peu de temps après avoir été placés en isolement cellulaire, les agents consulaires tchèques ont pu lui apporter une Bible.

« Je n’avais rien d’autre à faire que de lire la Bible. Je ne pouvais pas lire la Bible toute la journée parce que je ne pouvais la lire que quand il y avait assez de lumière, soit d’environ 8 [heures du matin] … jusqu’à 16h30. Je devais rester debout sur les barreaux pour pouvoir avoir assez de lumière. J’avais tellement faim de l’Écriture. J’ai lu de la Genèse à l’Apocalypse en trois semaines »

Petr Jasek a noté qu’il a acquis une « nouvelle compréhension des Écritures  » plus profonde. Il a finalement été retiré de l’isolement et a déménagé dans une prison plus grande pouvant accueillir environ 10 000 personnes dont les cellules pouvaient contenir jusqu’à 100 prisonniers.

« Nous étions serrés. Il y avait 75 lits. Seulement 75 pouvaient avoir un lit, les 25 autres devaient se tenir debout dans la cellule. »

Les gardes de la nouvelle prison lui ont permis, ainsi qu’à deux pasteurs soudanais incarcérés, d’organiser des cultes.

« Le premier jour, je suis venu à la chapelle pour passer du temps dans les Écritures avec le Seigneur. Ils m’ont demandé de prêcher. Je prêchais une fois par semaine, parfois deux fois », a déclaré Petr Jasek. « Bien sûr, ils nous surveillaient et ils rapportaient ce que nous enseignions. Il y avait deux autres pasteurs du Soudan et nous savions que rien de pire ne pouvait nous arriver. »

Prêcher en prison a permis à Petr Jasek et aux autres pasteurs de témoigner à des « gens qui étaient sans espoir.

« C’étaient de vrais criminels – des meurtriers, des violeurs, des voleurs, des trafiquants de drogue. C’était un moment si merveilleux « , a déclaré Jasek. « Ils ont répondu à notre enseignement. Nous étions en train d’enseigner l’Évangile. C’était tellement merveilleux de voir la vie changée de ceux qui ont dédié leur vie au Christ. »

En février 2017, le missionnaire tchèque a bénéficié d’une grâce présidentielle et le président soudanais Umar al-Bashir a ordonné sa libération immédiate. Il est retourné en République tchèque le 26 février 2017.

Durant l’interrogatoire de Petr Jasek par les djihadistes en prison, sa femme participait une étude biblique à la maison lorsque le responsable a arrêté l’étude pour prier pour la «situation dans laquelle il se trouvait à ce moment là. »

« Ils ont cessé de lire et ont commencé à prier pour la présence du Seigneur sur la situation », a déclaré Petr Jasek. « Quand je suis rentré à la maison, j’ai réalisé que c’était exactement l’époque où j’étais à genoux devant les islamistes et où ils me battaient. Mais je vivais une paix surnaturelle. « 

Petr Jasek conclue son témoignage en disant :

 » J’étais venu pour 4 jours au Soudan mais j’y suis resté 445. Quand vous pensez à toutes les difficultés et voyez ce que le Seigneur a pu faire à travers vous, que pouvons-nous dire d’autre que ‘les voies du Seigneur sont bien meilleures que nos voies.Nous savons par les paroles de l’apôtre Paul que quiconque veut vivre une vie pieuse en Christ Jésus sera persécuté. J’avais l’impression d’avoir retrouvé ma vie. J’ai d’abord été menacé et condamné à être exécuté. [Puis] plus tard, à être emprisonné à vie. Ensuite, ma vie m’a été rendue. J’ai dit au Seigneur : ‘Ma vie ne m’appartient plus. Cela appartient au Seigneur. « 

Étiquettes:

Chrétiens

Petr Jasek

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter

Aimer le Journal Chrétien :Vous aimez déjà la page? Veuillez fermer cette case