Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Libération de deux pasteurs baptistes au Myanmar

Dumdaw Nawng Lat et Langjaw Gam Seng, deux pasteurs baptiste Kachin ont été libérés suite à l’amnistie prononcé hier par Win Myint, le président nouvellement élu du Myanmar. Ils ont passé 15 mois en prison pour avoir aidé des journalistes à documenter une frappe aérienne survenue en novembre 2016 contre une église catholique.

Les deux hommes d’église, Dumdaw Nowng Lat et Langjaw Gam Seng, respectivement âgés de 67 et 35 ans, ont pu bénéficier, comme quelques 8 490 citoyens du Myanmar et 51 étrangers, de la grâce présidentielle prononcée par le nouveau président élu du Myanmar au cours du Nouvel An birman traditionnel.

Arrêtés en janvier 2017, ces deux membres du clergé ont été détenus pour avoir aidé des journalistes à documenter une frappe aérienne contre une église catholique située dans le nord de l’Etat Shan. En octobre, ils ont été reconnus coupables d’affiliation présumée avec l’Armée de l’indépendance du Kachin (KIA) opposée aux forces gouvernementales.

Avec eux, les personnes libérées sont principalement des personnes âgées en mauvaise santé et des personnes condamnées pour des infractions liées à la drogue a déclaré Zaw Thay, le porte-parole de la présidence selon Asia News.

Trente-six des personnes qui ont été graciées étaient inscrites comme prisonniers politiques par l’independent Assistance Association for Political Prisoners (AAPP). Près de 2 000, enfin, étaient des soldats et des policiers emprisonnés pour avoir enfreint les règles disciplinaires.

Dumdaw Nawng Lat, pasteur adjoint à la Kachin Baptist Convention qui avait été condamnés en octobre 2017 à 51 mois de prison, et Langjaw Gam Seng, l’un des dirigeants du KBC, condamnés à 27 mois de prison ont pu quitter la prison de Lashio dans le nord du Myanmar.

Alors les chrétiens de l’Etat du Kachin continuent à subir la persécution de la part du gouvernement du Myanmar, les affrontements armés entre le groupe rebelle KIA (chrétien et Kachin) et les forces gouvernementales se sont intensifiés au cours de ces dernières semaines.

En raison de cette guerre civile, près de 90 000 personnes ont été déplacées et résident actuellement dans 164 sites de déplacement dans l’État de Kachin et plus de 38 000 vivent dans des zones sous contrôle de la KIA.

Le gouvernement du Myanmar continue d’imposer de sévères restrictions aux groupes humanitaires opérant dans l’État de Kachin, où environ 45% de la population est catholique.

Le 8 avril, après une mission de six jours au Myanmar, la Sous-Secrétaire générale aux affaires humanitaires et Coordonnatrice adjointe des secours d’urgence, Ursula Mueller, a qualifié le conflit de Kachin de «crise humanitaire oubliée».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter