Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Une nouvelle église contrainte de fermer ses portes en Algérie

Une nouvelle église, l’église du village d’Azagher au nord de l’Algérie a été contrainte de fermer ses portes le 2 mars dernier. Sur les 4 derniers mois, c’est la quatrième église à avoir été contrainte, sous la pression des autorités, d’arrêter ses activités, une situation jugée non discriminatoire à l’encontre des chrétiens par le gouvernement.

L’église du village d’Azagher, près de la ville d’Akbou au Nord de l’Algérie fonctionnait depuis près de six ans. Le 18 février dernier, les responsables de l’église ont reçu une notification leur demandant de fermer leur église dans les 15 jours.

Sur cette notification, il était indiqué que le bâtiment de l’église, « qui était destiné à l’origine à l’industrie avicole », ne répondait pas aux normes requises par la loi pour accueillir une réunion publique.  L’absence d’une deuxième sortie ou d’un extincteur a également été invoqué comme motif pour exiger la fermeture du bâtiment religieux.

Enfin,  selon les signataires du courrier envoyé aux responsables de l’église, le fait que l’église ait un pasteur étranger originaire de la République Démocratique du Congo contredit la loi de 2008 « concernant les conditions d’entrée des étrangers sur le territoire algérien et leur résidence, ainsi que leurs déplacements. »

L’église du village d’Azagher est la quatrième à avoir fermé ses portes au cours des quatre derniers mois. Si les trois autres églises, qui se situaient dans et autour de la ville d’Oran étaient toutes affiliées à l’Église Protestante d’Algérie, l’EPA, officiellement reconnue par le gouvernement en 1974, l’église d’Azagher est la première à ne en être membre.

Sur les 45 églises de l’EPA, 25 ont reçu des notifications pour se conformer aux normes de sécurité au cours des derniers mois.

Selon l’organisation chrétienne Middle East Concern,  les fermetures font partie d’une «campagne coordonnée d’action intensifiée contre les églises par les autorités gouvernementales».

Les autorités nient cependant qu’elles font de la discrimination contre la minorité chrétienne du pays, préférant déclarer que les églises fermées ou ayant reçu un ordre de fermeture « ne respectaient pas les normes requises pour un lieu de culte ».

« Quand un lieu de culte est construit sans aucun préavis indiquant qu’il s’agit d’un lieu de culte, ce qui peut permettre à l’État de le protéger, cet endroit doit être fermé », a déclaré le ministre algérien des Affaires religieuses.

La réalité est cependant complexe : alors que la loi de 2006 sur le culte non-musulman stipule qu’une permission doit être obtenue pour utiliser un bâtiment pour le culte non musulman qui doit être spécifiquement désigné à cet effet, dans la pratique, les autorités n’ont répondu à pratiquement aucune demande des églises pour la pratique du culte chrétien. Ce manque de réponse à souvent conduit les églises à informer les autorités après avoir loué un bâtiment pour se réunir.

Le gouvernement ne facilite pas l’accès à un lieu de culte adéquat pour les communautés chrétiennes. Et les propriétaires qui louent leur bâtiment à une église sont souvent menacés ou intimidés par les autorisés, rendant encore plus difficile pour les chrétiens de trouver un endroit pour louer et adorer Dieu ensemble.

Étiquettes:

Chrétiens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter

Aimer le Journal Chrétien :Vous aimez déjà la page? Veuillez fermer cette case