Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

150 personnes nourries par 100 g de farine et le miracle de Dieu

Confrontée à la famine dans un pays d’Afrique de l’Est, une famille chrétienne distribuait le peu qu’elle avait aux musulmans du village… Un jour, n’ayant que 100 grammes de farine à donner, va demander par la prière que Dieu fasse un miracle… qui va multiplier les aliments et nourrir 150 personnes.

Pasteur Abu * (nom changé pour des raisons de sécurité) travaille avec Bibles for Mideast en Afrique de l’Est. Il vit, avec sa famille de 5 personnes, dans une petite maison et utilise un petit hangar à proximité pour les différentes activités de l’assemblée chrétienne dont il est responsable.

Si beaucoup de personnes assistaient aux cultes du dimanche, au point que le hangar ne suffisait souvent pas à accueillir tous le monde, rapporte Bibles for Mideast, ce n’est pas tant pour écouter la Parole de Dieu et recevoir une nourriture spirituelle mais pour être nourri physiquement. Dans la région, de nombreuses personnes souffraient en effet de la faim.

Même si de nombreux villageois, musulmans, ne fréquentaient le culte que pour recevoir le pain quotidien, le couple pastoral ne se décourageait pas. L’église aimait fournir de la nourriture, et les assistants affamés apportaient leurs propres assiettes pour le repas distribué à la fin du service religieux. Le pasteur Abu utilisait souvent l’allocation de sa propre famille pour acheter les provisions.

Malgré les avertissements des dirigeants musulmans locaux de ne pas y participer, près de 300 personnes se présentaient habituellement au culte dominical, assiettes en main. Parmi les personnes participant au culte, il y avait un musulman très croyant, Hydrus qui venait souvent à l’église, aussi clandestinement que possible, à cause de la nourriture. Il entendait le message de l’Évangile à chaque fois bien sûr, mais refusait de le prendre au sérieux.

Puis un dimanche, alors que la pauvreté et la famine de la région s’était aggravées, le pasteur Abu et son église n’eurent plus de repas à servir non plus. Le cœur douloureux, il signala aux personnes affamées qu’il n’avait plus de quoi subvenir à leur besoin, ce qui suscita beaucoup de murmures contre lui.

Mais que pouvait-il faire ? Alors que les villageois s’éloignaient tous tristement, Hydrus, fatigué et faible, s’allongea sur le sol de la salle de prière, trop faible pour partir.

Le pasteur Abu le remarqua allongé là. Il avait vu le jeune homme recevoir de la nourriture de nombreuses fois, mais ne le connaissait pas personnellement. Il s’est alors mis assis à terre à côté de lui et l’a aidé à s’asseoir pour pouvoir parler. Hydrus expliqua alors qu’il n’avait pas mangé depuis le dernier service religieux.

Le pasteur rentra chez lui et sortit son propre repas pour Hydrus. Sa femme, réalisant que ce serait à peine suffisant, lui a donné le sien aussi. Même lorsque leurs deux jeunes enfants voulurent partager le leur, il refusa de le prendre. Le pasteur Abu a alors remarqué les vêtements sales et déchirés que portait Hydrus et lui a donné une paire de ses propres pantalons propres et une chemise.

La famille a ensuite quitté Hydrus pour se reposer dans le hangar de l’église, où il est rapidement tombé profondément endormi. Comme il dormait, le Seigneur Jésus-Christ est apparu devant lui.

« Je suis le pain de vie », a-t-il entendu. « Celui qui vient à moi n’aura jamais faim et soif. Car Je viens du ciel et je donne la vie au monde. Crois en moi comme ton Seigneur et Sauveur !

Hydrus se leva immédiatement. Il remarqua une bible sur la table, s’en saisit et l’ouvrit machinalement. Il lut alors les mots de Jean 6: 33-35 qui, à sa grande stupéfaction, étaient presque mot pour mot ce qu’il venait d’entendre dire de Jésus.

Bible à la main, il partit à la recherche du pasteur Abu. Il le découvrit avec sa femme en train de prier pour lui dans leur maison. En partageant son expérience avec eux, ils ont loué et remercié le Dieu qu’ils venaient de prier. Invitant Hydrus à s’asseoir avec eux, le pasteur partagea alors la parole de Dieu et son propre témoignage de musulman converti au christianisme.

Hydrus s’agenouilla et accepta Jésus-Christ dans sa vie comme Sauveur et Seigneur personnel. Plein de joie et de paix, il ne voulait pas partir et demanda s’il pouvait rester avec eux. Comme leur petite maison n’avait guère de place que pour eux-mêmes, ils lui offrirent de s’installer dans le hangar de prière, ce qu’il accepta volontiers.

En une semaine, Hydrus apprit beaucoup de la Parole de Dieu et sur la façon de prier. Ce dimanche, il partagea son témoignage au cours du culte.

Seulement la moitié de ceux qui avaient été là la semaine précédente vinrent ce jour là, le reste des villageois étant certain qu’il n’y aurait plus de nourriture. Ceux qui sont venus ont entendu le témoignage de Hydrus, puis ont écouté attentivement la Parole de Dieu. Dès que l’occasion se présenta, plusieurs acceptèrent Jésus dans leurs propres coeurs en tant que Seigneur et Sauveur.

Mais Dieu a fait plus de miracles pour son précieux peuple africain ce jour-là ! Encore une fois, le pasteur et l’église n’avaient pas de nourriture à leur offrir. Avec un cœur triste et lourd, ils avaient prié avec ferveur durant le service pour toute l’aide dont ils avaient besoin pour passer la journée.

La femme du pasteur avait rempli un petit pot d’aluminium avec de l’eau et avait commencé à prier en le mettant sur son poêle à bois. Donnant à Hydrus un paquet avec environ 100 grammes de farine de blé pour l’ajouter au pot, il le versa dans le pot avec ses propres prières. Remettant le couvercle, et ils allèrent rejoindre les autres personnes.

A la fin du culte, ils furent surpris de découvrir le pot rempli d’un plat préparé beaucoup plus savoureux que devait l’être le simple blé cuit.

De toute évidence, cependant, une si petite quantité ne pouvait que permettre de nourrir la famille du pasteur et Hydrus.

Mais dehors, dans le hangar, 150 bouches affamées attendaient. Pastor Abu et sa femme ont alors décidé de partager le pot avec tout le monde. Il a annoncé cela aux gens, et a essayé de calculer combien cela signifierait pour chaque personne. Alors qu’il commençait à servir, il a constaté que tout ce qu’il récupérait dans le pot était immédiatement réapprovisionné ! Il a loué et a remercié le Seigneur à haute voix et a continué à servir jusqu’à ce que tout le monde en ait assez et soit satisfait. Tous se sont associés à une louange exubérante et ont remercié le Seigneur pour son amour, ses soins et sa provision.

A partir de là, de plus en plus de gens ont commencé à venir pour le culte et à vraiment écouter la Parole de Dieu. D’autres pasteurs de Bibles for Mideast, en particulier ceux du Moyen-Orient, ont commencé à partager leurs offrandes d’église et de ministère avec l’église africaine pour couvrir les dépenses croissantes de nourriture.

Près de 600 personnes assistent maintenant aux services de culte. Les dirigeants musulmans locaux, bien que contrariés par la croissance de l’église, sont restés silencieux à cause de la nourriture fournie aux affamés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter