Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Un avocat agressé pendant le procès d’un chrétien au Pakistan

Vendredi dernier, au cours du procès pour blasphème du chrétien pakistanais Ahmed, Rizvam, son avocat, a failli perdre la vue parce qu’il a été attaqué par le procureur.

« Le procureur ne s’est pas contenté d’émettre des déclarations verbales contre les dires de l’avocat, il en est venu à libérer des coups contre l’avocat de la défense » a rapporté Bruce Allen, un représentant de « Forgotten Missionaries International (FMI) à Mission Network News. Il l’a tellement battu dans la salle d’audience que d’autres avocats présents ont dû interrompre l’agression et que Rizvam a dû aller à l’hôpital. Son œil gauche était gravement blessé, tout comme son nez. Il n’a pas perdu sa vision, mais il a temporairement perdu l’usage de ses yeux. « 

Rizvam a depuis été libéré de l’hôpital. Cette situation n’est pas rare dans les salles d’audience pakistanaises. Certaines situations sont devenues si extrêmes que des personnes ont été assassinées dans le tribunal où la justice était censée être recherchée.

Plus grave encore, alors même que Rizvam était agressé, le juge qui entendait l’affaire de blasphème a fermé les yeux et est sorti de la salle d’audience, une façon, selon Bruce Allen, de donner un consentement tacite pour que l’attaque continue.

« C’était une vraie tragédie et une telle injustice », partage Allen.

Pourtant, Rizvam prévoit de continuer à représenter Ahmed dans cette affaire de blasphème. Cependant, un deuxième mandat très vague a été émis contre Ahmed qui lui interdirait de pratiquer certaines activités sans savoir lesquelles ni sur quelle durée elles seront interdites.

Le cas d’Ahmed est maintenant dans son quatrième mois du procès, une durée loin d’être rare au Pakistan où les procès pour blasphème peuvent durer de 3 à 5 ans.

Cela dit, des pressions extérieures continuent à affecter le cas d’Ahmed, comme les pressions exercées par des manifestants pour continuer à demander la mort de ceux qui ont été accusés, même s’ils sont innocentés.

De plus, la fatwa qui a été lancée contre Ahmed en 2017,qui ne peut être révoquée tant qu’elle n’est pas remplie,  est toujours en cours. Ainsi, même si les tribunaux déclaraient Ahmed innocent, tant qu’il est au Pakistan, tous les musulmans du pays resteront sous le commandement de le tuer.

Pourtant, Ahmed reste encouragé et son cœur est toujours heureux d’avoir partagé l’Évangile avec ses gens de la campagne. Il reconnaît que son identité et sa vie est en Christ, pas dans ce que disent ou jugent les tribunaux. Quand Bruce Allen lui parle, Ahmed lui cite souvent Romains 8, disant qu’il n’y a rien qui ne puisse le séparer de l’amour du Christ.

« [Ahmed] ne dit pas : ‘Je me retire à cause de cela’. En fait, il dit : ‘J’avance … le ministère ne s’arrête pas simplement à cause de l’opposition ‘.

Mais alors qu’Ahmed va bien, sa femme est accablée. Elle est inquiète pour sa sécurité et ce qui peut arriver à sa famille, à elle-même, et leurs jeunes enfants.

Étiquettes:

Chrétiens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter

Aimer le Journal Chrétien :Vous aimez déjà la page? Veuillez fermer cette case