Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Report du procès en appel de trois chrétiens iraniens

Les chrétiens iraniens demandent de continuer à prier pour le pasteur assyrien Victor Bet Tamraz, et les musulmans convertis au christianisme Amin Nader Afshari et Hadi Asgari qui ont fait appel des peines de prison prononcées contre eux. Une audience qui était prévue dimanche 4 février a été reportée et une nouvelle date n’a pas encore été fixée.

Les condamnations sont lourdes : alors que le pasteur Victor Bet Tamraz a été condamné à une peine de prison de 10 ans pour «agissements contre la sécurité nationale», Amin Afshar Naderi a été condamné à quinze ans d’emprisonnement et Hadi Asgari à dix ans, tous deux pour la même accusation. Hadi est toujours détenu à la prison d’Evin, la Cour d’appel ayant refusé sa mise en liberté sous caution. Amin et Hadi ont subi une pression intense pour se reconvertir à l’Islam, mais ils restent fermes dans leur foi.

Face à ces condamnations excessives, des experts des droits de l’homme de l’ONU avait appelé l’Iran, avant le week-end du 4 février, à garantir les droits de la minorité chrétienne, à assurer un procès équitable et une audition finale juste et transparente pour les trois chrétiens iraniens qui devaient comparaître devant le tribunal révolutionnaire de Téhéran ce week-end.

« Nous sommes profondément préoccupés par les longues peines d’emprisonnement prononcées lors d’une audience précédente sur le pasteur Victor Bet Tamraz, Amin Afshar Naderi et Hadi Asgari pour « conduite d’évangélisation  » et « activités illégales d’église de maison. »

« Nous sommes également préoccupés par le manque de soins de santé mis à leur disposition pendant leur détention et, en particulier, par l’état de santé actuel de M. Asgari qui reste en prison », ont-ils ajouté.

Le juge de la Cour révolutionnaire a le pouvoir de mettre fin à l’affaire, de confirmer les sentences ou de renvoyer l’affaire à la Cour suprême, les hommes étant libérés sous caution ou emprisonnés entre-temps.

Les experts disent qu’ils sont aussi inquiétés par le fait que la poursuite des trois chrétiens n’est pas un cas isolé.

« Les membres de la minorité chrétienne en Iran, en particulier ceux qui se sont convertis à la foi, sont confrontés à une grave discrimination et à une persécution religieuse ».

Les experts de l’ONU ont souligné qu’il était « d’une importance primordiale » pour le gouvernement iranien de respecter ses obligations en vertu du droit international des droits de l’homme.

« Les autorités doivent garantir des procès équitables pour tous, y compris les minorités religieuses dans le pays », ont-ils déclaré. « Nous exhortons également le gouvernement à libérer immédiatement et sans condition tous ceux qui ont été arrêtés et détenus pour avoir exercé leur droit à la liberté de religion ou de conviction. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter

Aimer le Journal Chrétien :Vous aimez déjà la page? Veuillez fermer cette case