Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Un livre remet en question la condamnation pour meurtre de 7 chrétiens

Un livre qui remet en question, en Inde,  la condamnation de sept chrétiens pour le meurtre, en 2008, de Swami Laxmanananda, un moine hindou vénéré par les croyants de cette religion vient de sortir. Écrit par Kuldir Nayar, un journaliste expérimenté, cet ouvrage pointe notamment les absurdités et les contradictions du jugement de ces 7 disciples de Jésus-Christ.

Le 23 août 2008, lorsque Swami Laxmanananda, un moine hindou vénéré dont la vie était dédiée aux autres, est assassiné, avec quatre de ses disciples, dans le quartier de Kandhamal de la région d’Odisha en Inde, les autorités du district déclarent dans un premier temps qu’ils soupçonnent des maoïstes du meurtre.

Certains, cependant, contestent cette hypothèse. Il faut alors trouver de nouveaux coupables… les chrétiens seront des cibles privilégiées par les hindous pour endosser cette responsabilité. Des vagues de violence contre les chrétiens vont suivre cet assassinat.

Peu de temps après la mort du moine hindou, en effet, des centaines de personnes rassemblées pour rendre leurs derniers hommages aux 5 hommes disparus vont s’engager dans des troubles civils, des émeutes, des pillages, et attaqueront les lieux de culte, principalement des églises et des propriétés chrétiennes.

Le 30 septembre 2013, soit cinq ans après, le juge de district Rajendra Kumar Tosh dans un tribunal du district de Phulbani condamne ces sept chrétiens, à savoir Gadanath Chalanseth, Bijaya Kumar Shyamseth, Bouddha Nayak, Sanatan Badamajhi, Duryadhan Sunamajhi, Bhaskar Sunamajhi et Munda Badamajhi pour meurtre.

Le 1er octobre de la même année, le même tribunal condamne également un chef maoïste de l’Andhra Pradesh pour le même crime.

Le livre de Kuldir Nayar, qui vient de sortir, vise à remettre en question la condamnation de ces croyants pour ce meurtre. Il est en accord avec un autre livre publié par Anto Akkaras intitulé « Who killed Laxmanananda » qui contestait déjà, un peu plus tôt, la théorie du « complot » chrétien à l’origine du meurtre du moine hindou.

Selon Brinda Karat, un haut responsable du CPI (Partie communiste indien) ce « livre fait ressortir les absurdités et les contradictions du jugement qui condamne sept personnes alors qu’un document existant, la seule preuve dans le dossier, s’est avérée plus tard être falsifié ».

Dans la violence qui a suivi le meurtre de Swami Laxmanananda, près de 80 personnes ont été tuées. Des milliers de maisons ont été incendiées, principalement celles de chrétiens, mais aucune condamnation n’a été prononcée contre les responsables de ces actes au cours des neuf dernières années, a-t-elle déclaré.

Kuldip Nayar a déclaré qu’un «genre doux d’Hindutva» un concept politique qui affirme la fierté d’être hindou et se protège face aux influences étrangères comme le christianisme, l’islamisme, le communisme ou encore le capitalisme se répandait à travers le pays que tous, en particulier la jeune génération, devaient le combattre.

Un député du Parti Communiste indien a également exprimé son inquiétude quant à la propagation d’une atmosphère de «haine et de peur» à travers le «fascisme culturel» et a appelé à la combattre pour «sauver» le pays.

Étiquettes:

Chrétiens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter