Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Risque accru de persécution pour les chrétiens en Inde en 2018

Alors que l’année 2017 s’achève avec l’augmentation des attaques perpétrées contre les chrétiens en Inde, l’année 2018 pourrait voir la persécution contre les chrétiens et les autres minorités s’accroître dans ce pays.

Depuis que les nationalistes hindous du Bharatiya Janata Party (BJP) sont arrivés au pouvoir en 2014, les dirigeants musulmans et chrétiens dénoncent la même chose : l’accroissement de la persécution des minorités principalement sur ces trois dernières années. Les chiffres au niveau des minorités parlent d’eux mêmes : alors qu’il n y a eu que trois attaques violentes concernant des lynchages de militants hindous contre des personnes impliquées dans l’abattage de viande de bétail vénéré en 2014, ce chiffre était de 24 en 2016, et de 34 en 2017.

Au moins 29 personnes sont par ailleurs mortes en 2017. La plupart d’entre eux étaient des Dalits de la minorité chrétienne, autrefois connus comme intouchables, mais les musulmans ont également été tués.

Selon l’organisation Portes Ouverte (sur sa World Watch List), une église a été incendiée, ou un responsable chrétien battu, en moyenne 10 fois par semaine en 2016, soit trois fois plus que l’année précédente.

Au cours des six premiers mois de 2017, les chrétiens indiens ont par ailleurs été harcelés, menacés ou attaqués pour leur foi dans 410 incidents signalés (248 au premier trimestre) – presque autant que le total pour l’ensemble de 2016 (441).

En 2017, les choses se sont donc encore davantage compliquées avec l’extension de la domination du BJP, qui contrôle déjà le gouvernement national, à 18 sur 29 des États de l’Inde.

Selon Anasthasia Gill, membre de la Commission de la minorité de New Delhi, les minorités religieuses ne se sentent plus en sécurité, et pour cause : chaque jour, au moins cinq cas de violence basée sur la religion ont été signalés, principalement dans les États du Chhattisgarh, de l’Odisha, du Madhya Pradesh, de l’Uttar Pradesh et du Rajasthan a-t-elle indiqué.

Selon elle, les groupes hindouistes fanatiquement nationalistes, dont certains ont pour but ultime d’établir une Inde «hindoue», sont responsables de l’érosion de la liberté religieuse en Inde. 2019 risque de marquer un tournant, puisqu’au cours des élections nationales, les extrémistes pourraient chercher à diviser l’électorat sur des questions religieuses afin d’obtenir plus de vote pour le BJP.

Pour justifier les agressions des personnes appartenant aux minorités religieuses, les hindous fanatiques évoquent régulièrement le fait qu’elles tentent de convertir de force les hindous, ce qui est réprimé par la loi.

Autres raisons souvent évoquées pour persécuter les chrétiens, le fait qu’ils utiliseraient des services éducatifs et de santé pour convertir les minorités tribales, dont certaines sont animistes.

Plusieurs intellectuels et journalistes, qui ont contesté l’hégémonie et les superstitions de l’hindouisme, ont également été attaqués l’année dernière.

Si de nombreux chrétiens, qui vivent dans la peur de perdre leur vie ou leurs biens, cachent leur identité comme l’explique la soeur Gill, l’espérance chrétienne reste présente.

Le cardinal Baselios Cleemis, président de la Conférence des évêques catholiques de l’Inde, a notamment déclaré à ucanews.com que les chrétiens attendaient avec impatience la nouvelle année remplie de vie, d’espoir et de joie.

« Rien ne peut briser notre détermination à vivre et à travailler pour Jésus », a déclaré le cardinal Cleemis. « S’il y a des problèmes, nous les vaincrons parce que notre foi est dans le Seigneur ressuscité, pas dans un dieu mort. »

Beaucoup espèrent également que le gouvernement du pays à majorité hindoue fera  plus pour contenir les crimes de haine contre les minorités religieuses telles que les chrétiens et les musulmans.

Joseph Dias, fondateur du Catholic Secular Forum a déploré le fait que les annonces faites sur les droits des minorités contrastaient avec un bilan lamentable sur le terrain.

Ce responsable chrétien se veut pessimiste pour l’avenir : il a prédit qu’en 2018, au fur et à mesure de la politisation de la religion, il y aurait une augmentation des attaques contre les chrétiens et les autres minorités.

Étiquettes:

Chrétiens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter