Chrétiens d'Algérie

Les chrétiens se réjouissent de la libération de Slimane Bouhafs

  | 

Les chrétiens d’Algérie se réjouissent de la libération de Slimane Bouhafs qui avait été arrêté en juillet 2016 et condamné, en août de la même année, à un maximum de cinq ans d’emprisonnement pour blasphème et à une amende de 850 dollars. Il a été libéré le 1er avril dernier après avoir purgé sa peine.

Slimane Bouhafs, un homme originaire de la Kabylie et aujourd’hui âgé de 51 ans avait choisi de se convertir au christianisme en 1997. Il a été arrêté le 31 juillet 2016 pour avoir publié sur Facebook des propos considérés par les autorités comme insultants la religion musulmane. Le 7 août 2016, il a été condamné à une peine maximale de cinq ans d’emprisonnement pour « insulte envers l’islam et son prophète » et à une amende de 850 dollars.

Dans un verdict d’appel rendu le 6 septembre 2016, la peine d’emprisonnement avait été réduite à trois ans et l’amende a été abandonnée. Le 4 juillet 2017, enfin, une grâce présidentielle partielle a entraîné une nouvelle réduction de la peine de Slimane Bouhafs à 16 mois d’emprisonnement.

C’est suite à ses besoins de soins à cause de son état de santé critique que la grâce présidentielle avait été accordée, ses avocats ayant fait appel de sa condamnation.

Agressé par ses codétenus après avoir défendu ses croyances chrétienne alors qu’il purgeait sa peine de prison à Constantine, dans une région de l’est algérien connue pour ses valeurs islamiques conservatrices, et aussi à cause de la détérioration de son état de santé, sa famille avait demandé son transfert dans une prison de sa région d’origine. La demande a d’abord été refusée, mais il a ensuite été transféré dans deux prisons différentes.

La libération de Slimane Bouhafs le 1er avril dernier a donc été accueilli avec reconnaissance et joie par toute la communauté chrétienne en Algérie qui s’était mobilisée dans la prière pour lui. Le chrétien cinquantenaire a lui-même affirmé au journal El-Watan :

« Je suis rempli de joie d’être réuni à ma famille, qui a énormément souffert » a témoigné Slimane Bouhafs au journal algérien El-Watan. J’ai subi une terrible injustice, […] si j’ai pu tenir c’est grâce aux lettres de soutien qui me sont parvenues du monde entier ».

La Constitution algérienne a établi l’islam comme religion d’État, et le Code pénal criminalise le blasphème décrit comme étant l’insulte du Prophète Mahomet ou de tout messager de Dieu, ou de tout dénigrement de l’un des enseignements ou préceptes de l’Islam.

Ces lois et d’autres entravent la liberté des chrétiens de pratiquer leur foi et de partager leurs opinions religieuses avec les autres. Ces derniers mois, la persécution des chrétiens s’est accrue notamment par la fermeture de plusieurs églises. Pourtant, dans ce contexte hostile, la soif de connaître la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ n’a jamais été aussi forte en Algérie qui assiste aujourd’hui à un réveil spirituel.

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.