Actualité chrétienne

Attentat de Trèbes : le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame était chrétien

  | 

Dans les attaques de Trèbes et Carcassonne qui ont fait quatre morts et 15 blessés, le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame a payé de sa vie le fait de prendre la place de l’un des otages. Outre son parcours professionnel, il était également très engagé comme aumônier chrétien.

Les attaques de Trèbes et Carcassonne ont fait 4 victimes que pleurent leurs familles et la France entière. Il s’agit de Jean Mazières, Christian Mevdes, Hervé Sosna et Arnaud Beltrame, respectivement viticulteur retraité, boucher, ancien maçon et gendarme. Pour honorer leur mémoire, une célébration religieuse s’est tenue ce dimanche à Trèbes et une veillée de prière pourrait également se tenir d’ici jeudi.

Si les pensées de tous les Français vont aux familles des victimes, chacun voulant rappeler à la mémoire le souvenir de ces 4 destinées brisées à jamais, les hommages continuent à se multiplier aussi pour Arnaud Beltrame, le gendarme qui a proposé, « au péril de sa vie », de prendre la place d’une otage auprès du terroriste se revendiquant de Daesh à l’origine de l’attaque.

Le lieutenant-colonel qui avait délibérément accepté de prendre la place des otages retenus alors que deux personnes venaient d’être abattues à l’intérieur de la supérette a lui-même été agressé par l’assaillant par balles et à coup de couteau.

Il est finalement décédé des suites de ses blessures dans la nuit du 23 au 24 mars 2018.

Emmanuel Macron, le Président de la République lui a rendu hommage en déclarant qu’il « était tombé en héros » tandis que le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb tveetait : « Jamais la France n’oubliera son héroïsme, sa bravoure, son sacrifice».

Son courage, sa force, son esprit de sacrifice, Arnaud Beltrame l’avait sans nul doute puisé dans sa foi chrétienne. A la suite de Jésus, il n’a pas hésité une seconde à proposer de prendre la place d’un otage au risque de sa propre vie.

Marié à l’église, sans enfant, le lieutenant-colonel était également très engagé comme chrétien dans l’aumônerie de la gendarmerie et venait d’aller, avec sa famille, à Saint-Jacques de Compostelle.

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.