Chrétiens de Tanzanie

Des chrétiens empêchés de se réunir après la démolition de leur église

  | 

Une assemblée chrétienne de l’île semi-autonome de Zanzibar en Tanzanie n’a plus de lieu de culte depuis que les autorités ont rasé, le 7 janvier dernier, le bâtiment pour le remplacer par une université d’État.

Le responsable de l’église pentecôtiste de Zanzibar, le pasteur Charles Madama n’avait pas été prévenu de l’arrivée des responsables du gouvernement local pour détruire à l’aide d’un bulldozer, le 7 janvier dernier, le lieu de culte dans lequel se réunissait les chrétiens de son église.

« C’était une grande surprise lorsque le bulldozer a détruit l’église sans préavis, et nous avons tout perdu », a déclaré le pasteur selon Morning Star News. « C’était un geste calculé montrant un mépris total et un manque de respect envers le christianisme ici à Zanzibar. Il a été extrêmement difficile pour nous, en tant qu’église, de nous rassembler pour le culte. « 

Le gouvernement local de l’île musulmane à 99% de Zanzibar avait attribué la terre à l’église il y a 20 ans, mais l’Université d’État de Zanzibar (Suza) a lentement empiété sur la propriété de l’église, a-t-il encore dit à Morning Star News.

Bien après que l’église ait commencé à utiliser la terre, les fonctionnaires ont permis à l’université, il y a quelques années, de construire une structure à côté de l’église. Dès lors, la direction de l’université a travaillé avec les autorités locales pour démolir le site chrétien.

Interrogé sur le bâtiment de l’église démolie, un responsable de l’université qui a refusé de donner son nom disait seulement: « Il n’est pas juste que l’église soit sur le même terrain que l’université« .

L’université a plusieurs branches, le campus principal étant situé près du site de l’église à Tunguu, à 19 kilomètres du centre-ville de Zanzibar.

A la fin du culte, le dimanche 7 janvier dernier vers 13 heures, alors que la centaine de membres (sans compter les enfants) de l’église étaient partis, les buldozers se sont mis en action pour détruire ce bâtiment. Les pertes concernent non seulement le bâtiment proprement dit mais aussi les chaises et les instruments de musique.

Lorsque le pasteur et les anciens de l’église ont essayé de se rendre sur le site, ils se sont vu refuser l’accès.

« Il a été extrêmement difficile d’accéder à l’endroit où se trouvait notre église », a déclaré le pasteur Madama. « Nous manquons d’argent pour faire appel de notre affaire devant les tribunaux. Mais nous savons que tous les cas de demandes d’églises à Zanzibar ont été rejetés, et nous sommes très sûrs que même si nous allons devant les tribunaux, l’affaire trainera pendant de nombreuses années, et à la fin nous n’obtiendrons peut-être pas  justice. « 

L’église menace de se séparer, a-t-il dit.

« Pour le moment, c’est une période très difficile pour la direction de l’église qui doit empêcher ses membres de partir », a-t-il dit. « Nous demandons des prières en ce moment difficile, afin que Dieu nous donne un lieu de culte. Nous sommes comme des enfants orphelins. « 

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.