Chrétiens de Turquie

Ingérence des autorités Turques dans l’élection d’un patriarche

  | 

Les chrétiens de Turquie demandent la prière pour l’Église apostolique arménienne suite à l’ingérence de l’État dans l’élection d’un nouveau patriarche.

L’Église apostolique arménienne de Constantinople qui fait partie de l’une des églises officiellement reconnue par la Turquie a été soumise au contrôle du gouvernement dans l’élection d’un nouveau patriarche.

Retour sur les évènements

En raison de sa mauvaise santé, l’ancien patriarche, Mesrob II avait été officiellement retiré de ses fonctions le 26 octobre 2016.

Afin de faire face à la vacance de ce poste, l’Archevêque Aram Ateshyan, avait été nommé par l’Église dès 2010, en temps que vicaire général patriarcal comme chef intérimaire.

Après 7 années, le poste de patriarche étant toujours vacant, l’Eglise apostolique arménienne a fait tenir, le 25 mars 2017, de nouvelles élections. C’est l’archevêque Karekin Bekdjian qui a été élu par intérim patriarche Locum Tenens à une écrasante majorité. Selon les statuts de l’Église, ce dernier devait superviser le processus électoral pour la nomination d’un nouveau patriarche.

Le 6 février 2018, cependant, le Gouvernorat d’Istanbul a déclaré par écrit que l’élection ne pouvait pas avoir lieu car le Patriarche Mesrob II était toujours en vie. Les autorités ont aussi déclaré que le Gouvernorat considérait comme responsable l’archevêque Aram Ateshyan.

Le 7 février, le ministre de l’Intérieur, Süleyman Soylu, a convoqué une réunion des représentants clés de la communauté arménienne au palais Çırağan sur le Bosphore avec le gouverneur d’Istanbul ainsi que le chef de la police et plusieurs autres hauts fonctionnaires, mais sans inviter les dirigeants de l’église.

Le ministre de l’Intérieur a confirmé que l’État turc reconnaissait le poste d’Ateshyan comme vicaire général patriarcal. L’avocat Sebouh Aslangil a informé le ministre de l’Intérieur que le Conseil Clérical Arménien avait suivi les règles de l’église en retirant Ateshyan de son poste de vicaire général patriarcal. Cependant, le ministre a insisté sur le fait que la Turquie «agissait en vertu de la loi», affirmant que l’État avait le devoir de reconnaître le rôle du vicaire patriarcal.

Le journal turco-arménien Agos déclarait à ce sujet : « le gouvernement est ouvertement intervenu dans les traditions de l’église et leur a dit qu’ils ne pouvaient pas élire leur propre patriarche« .

L’archevêque Bekdjian s’est senti obligé de quitter son poste et l’archevêque Aram Ateshyan a été réintégré comme vicaire général patriarcal le 16 février 2018.

Mise en place d’une pétition

Suite à cette ingérence de l’État au sein de l’Église apostolique arménienne, près de soixante-dix intellectuels arméniens de Turquie ont signé, selon Nouvelles d’Arménie Magazine, une pétition demandant la tenue d’un scrutin « libre et transparent » pour élire le nouveau patriarche.

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.