X

Un chrétien iranien craint d’être tué s’il retourne dans son pays

Daniel, un demandeur d’asile iranien qui a fui son pays par crainte d’être tué pour s’être converti au christianisme fait parti des quelques 300 réfugiés à avoir été baptisés dans une église de Cardiff (Pays de Galles) ces deux dernières années.

Pour un musulman qui se convertit au christianisme en Iran, la sanction est lourde puisque cet acte est passible de la peine de mort dans ce pays. Si la foi des juifs, des chrétiens et des zoroastriens est reconnue en Iran, les personnes d’origine musulmane ne sont pas libres d’adorer dans une église.

C’est le cas de Daniel * (nom changé pour des raisons de sécurité) qui a fui l’Iran et s’est rendu au Royaume-Uni après que les autorités aient découvert qu’il adorait Jésus dans un mouvement chrétien clandestin connu sous le nom d ‘«églises de maison».

Habitant à Cardiff, il a officiellement et publiquement professé sa foi chrétienne lorsqu’il a été baptisé il y a deux ans. Il a déclaré qu’il ne faisait aucun doute qu’il serait tué s’il retournait en Iran :

« Si je revenais, les autorités m’arrêteraient. Ils me mettraient en prison et je serais tué, je serais pendu », a-t-il dit.Ils vont me tuer, moi et ma famille. Je n’ai pas peur parce que je vais rencontrer Jésus mais j’ai peur pour ma famille. »

Daniel affirme qu’un ami musulman qui s’est converti au christianisme en Iran a été assassiné et que ses restes ont été dispersés devant les portes de quatre églises de sa ville natale, comme un avertissement aux autres musulmans qui envisageaient de renoncer à l’islam.

Au cours des deux dernières années, 324 demandeurs d’asile ont été baptisés par l’église baptiste de Tredegarville à Cardiff, où 95% de la congrégation sont des immigrés.

La majorité baptisée y est iranienne mais certains sont kurdes et afghans.

Le pasteur Phylip Rees, qui a baptisé de nombreux demandeurs d’asile à Cardiff et qui les aide à rester au Royaume-Uni, a déclaré qu’il ne faisait aucun doute que la grande majorité de ceux qui fréquentaient l’église étaient authentiques dans leur foi.

Il a également affirmé avoir vu des preuves que certains convertis iraniens à l’église avaient subi la torture dans leur patrie, y compris un homme qui prétend avoir été marqué par les autorités.

Le pasteur Rees a également rejeté les suggestions selon lesquelles certains paroissiens pourraient utiliser le baptême comme moyen d’obtenir la résidence permanente.

Les directives du Home Office relatives à l’examen des demandes d’asile indiquent que la crédibilité d’une conversion fondée sur la foi «doit être établie avec un degré raisonnable de probabilité». Cela inclue le fait d’être baptisé, de se préparer au baptême, d’assister au culte et d’être connu des dirigeants de l’église et des autres croyants.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré :

« Ceux qui démontrent une crainte fondée de persécution dans leur pays en raison de leur religion ou de leur conviction ne devraient pas y retourner. »

Les groupes chrétiens iraniens sont de plus en plus nombreux et peuvent maintenant être trouvés dans les églises de villes comme Glasgow, Liverpool ou encore Birmingham.

Catégories Chrétiens d'Iran
Isabelle Goepp :Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.