Chrétiens d'Egypte

Une chrétienne gravement blessée pardonne à son assaillant

  | 

Samiha, qui a perdu la moitié de son visage au cours de l’attaque terroriste survenue le 11 décembre 2016, a pardonné à l’assaillant qui a fait basculer sa vie. Cette chrétienne copte témoigne de la présence de Jésus à ses côtés tout au long de son long rétablissement.

Au moment où la bombe a explosé ce matin là juste à côté de Samiha, tous, à l’église Saint-Pierre du Caire la croyait morte. Arrivée à l’hôpital, les médecins eux-mêmes n’avaient aucun espoir qu’elle survive. Pourtant, deux ans après, elle a raconté, avec son mari Qalini, son témoignage à Open Doors USA qui leur ont rendu visite récemment.

Le dimanche 11 décembre 2016, Samiha Tawfiq Awad et son mari Qalini se sont préparés à aller à l’église. Qalini a dit qu’il était fatigué, mais Samiha l’a encouragé à ne pas manquer ce moment de rencontre avec Dieu.

Une fois à l’église Saint-Pierre, les deux membres du couple, comme c’est toujours le cas en raison d’une tradition de l’église primitive encore pratiquée par l’église copte aujourd’hui, se sont séparés. Qalini est allée s’asseoir dans la section des hommes, et Samiha a pris son siège dans la section des femmes.

Peu avant 10 heures, un terroriste est entré dans l’église, s’est rendu rapidement à la section des femmes où il a fait exploser une bombe avec 7 kilogrammes de TNT. En un instant, la réunion de culte pacifique s’est transformée en chaos. L’explosion s’est répercutée à travers l’église et a laissé de la fumée, des ténèbres et des cris alors que les survivants cherchaient leurs proches.

Qalini a alors couru à la section des femmes et a commencé à appeler Samiha mais il ne parvenait pas la trouver. L’explosion avait endommagé les corps et les visages des femmes et rendait difficile la distinction des femmes entre elles.

Quelques heures plus tard, Qalini a trouvé sa femme bien-aimée à l’hôpital – tellement blessée qu’elle était à peine reconnaissable.

« Elle ne survivra pas », lui ont dit les médecins.

Qalini était dévasté – comment peut-il continuer sa vie sans sa douce épouse ?

Loin de la détresse vécue à ce moment là, les choses ont bien changé lorsque récemment, Open Doors USA a rendu visite au couple. Qalini est souriant, et sa femme Samiha est assiste à côté de lui, vivante et en forme.

Le visage de Samiha porte pourtant les marques de l’attaque mortelle. Elle a perdu la moitié de son visage, et d’un côté elle ne peut plus entendre, sentir ou voir. Mais l’autre côté de son visage est rayonnant lorsqu’ elle sourit.

Samiha revient de loin, comme elle l’a expliqué à Portes Ouvertes USA :

« Ils m’avaient déjà inscrit sur la liste des victimes de l’attaque », a-t-elle dit. « Les médecins ont pensé que c’était inutile de me traiter, alors ils venaient me voir de temps en temps pour voir si j’étais déjà morte. Mais je suis resté en vie.  »

Qalina a rajouté : « Les docteurs ont peut-être abandonné Samiha, mais Dieu avait un autre plan ! »

Personne ne peut expliquer comment Samiha a survécu, mais elle est restée en vie, et les médecins ont commencé à l’opérer. Le chemin du rétablissement a été long, mais la jeune chrétienne explique que Jésus était présent avec elle tout le temps.

«Je ne me souviens pas de l’explosion et des premiers jours qui ont suivi», a-t-elle dit, «mais je me souviens que j’ai vu Jésus  quand j’étais allongée sur le sol après l’explosion. »

Jésus lui apparaissait toujours, même à l’hôpital.

« J’aurais voulu mourir pour Jésus, » dit Samiha, « mais le fait qu’il m’a gardé en vie me dit miraculeusement qu’il veut que je vive. »

Qalini dit qu’il n’a pas été facile pour lui de pardonner à l’attaquant qui a causé tant de douleur à sa famille.

« Mais ma foi me dit de pardonner. Donc, chaque fois que je me sens en colère, je m’assieds avec ma Bible et je lis le Sermon sur la montagne. Là, Jésus dit que nous devrions pardonner à nos ennemis. Cela m’aide de lire cette partie encore et encore « , a-t-il dit.

Samiha elle-même ne ressent pas de colère.

« Si je devais rencontrer la famille de l’attaquant, la seule chose que je leur demanderais est : » Connaissez-vous Jésus? « Je prie qu’ils trouvent la bonne voie. »

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.