International

Une employée quitte une clinique IVG après avoir avorté de quatruplés

  | 

Alors que le débat entre les militants pro-vie qui défendent le droit à la vie, souvent chrétiens ou proches des mouvements religieux, et les pro-choix (en faveur de l’avortement) n’a jamais été aussi vif, une employée de Planned Parenthood, confrontée au fait de devoir mettre fin à la vie de quatruplés a quitté cette organisation.

Quand elle a vu les quatre bébés garçons identiques se tenant l’un l’autre, la réalité horrible de leurs décès par avortement a conduit une employée à quitter la clinique dédiée à l’avortement de Planned Parenthood.

« Il y avait cette fille, une jeune fille – qui avait peut-être 19 ou 20 ans, très jeune – elle est entrée, et son petit ami ne voulait pas d’enfant », a expliqué Myra Neyer, une mère de cinq enfants et ancienne employée de Planned Parenthood selon le Daily Signal.

« Elle est entrée, nous l’avons inscrite, nous avons fait l’échographie et nous avons découvert, eh bien, elle a découvert qu’au lieu d’un [bébé], il y en avait quatre. Et ce n’était pas seulement quatre, ils étaient tous identiques « , a expliqué Neyer.

Le petit ami était « un homme plus âgé » qui voulait la forcer à avorter. Sa petite amie ne voulait pas faire la procédure. « Son petit ami était furieux, un comportement que je n’ai pas approuvé » dit Neyer.

« Alors elle est partie, et ce qu’il a fini par faire, c’est de l’emmener ailleurs dans ce que j’appelle une clinique de boucherie, et ils lui ont donné le misoprostol puis le lendemain … elle est venue … avec beaucoup de douleur et de saignement. »

Le misoprostol est un médicament utilisé comme alternative à l’avortement chirurgical car il est considéré comme moins invasif, plus autonome et plus discret. Combinés avec le RU-486, les médicaments induiront une fausse couche. Mais parfois, il y a des complications sérieuses.

Lorsque la jeune-femme est retournée à la clinique de Planned Parenthood avec une hémorragie où travaillait Neyer, ils ont complété l’avortement.

« Elle devait être à la 15ème ou la 16ème semaines [de grossesse], les bébés étaient grands … ces deux bébés se tenaient l’un l’autre … c’étaient des garçons, et ils se tenaient juste l’un l’autre, et le dernier était celui dont nous devions nous assurer que nous avions l’ensemble [de son corps]. C’était juste horrible « , a déclaré Neyer au Daily Signal.

« Et puis l’apparence sur son visage quand tout était fini, elle avait juste l’air perdue … Je me souviens juste de l’avoir regardé, de l’avoir conduite dans… le camion de son ami, et sur son visage le regard était vide. »

Après avoir observé cette procédure extrêmement pénible à vivre, Neyer a décidé qu’elle en avait assez.

« C’est ce que j’ai fait pour moi, je n’ai jamais rien vu de tel », a-t-elle dit. « J’ai frappé le mur avec mon collègue et nous pleurions. Nous sommes restés là-bas et nous avons pleuré sur ces enfants … Je me souviens d’avoir dit: «C’est un bébé, c’est un bébé qui ressemble à un bébé … nous sommes restés dans cette pièce et avons pleuré», a déclaré Neyer .

Alors que Neyer travaillait chez Planned Parenthood, elle a appris que l’organisation était plus intéressée par l’argent que par la santé des femmes.

Pensant que l’organisation était pro-choix, elle a parlé à une jeune-fille de ne pas avorter. Le médecin avorteur l’a découvert et était furieux.

«C’est à ce moment-là que j’ai compris que ce n’était pas un choix, mais plutôt un quota», avec plus de bénéfices pour Planned Parenthood à mesure que la grossesse progressait.

Alors qu’une employée quitte une clinique pratiquant les IVG en réalisant à quel point avorter c’est bien mettre fin à la vie d’un bébé, une enquête vient de mettre en évidence que de plus en plus de chrétiens sont favorables à l’avortement aux États-Unis !

Mark Ellis

Mark Ellis est un journaliste américain fondateur de www.godreports.com, un site web qui diffuse des actualités, des témoignages et des vidéos sur l’Église à travers le monde. Il est également membre du conseil d'administration de Morning Star News et de Compassion Radio.