Chrétiens d'Orient

Les chrétiens de Syrie de nouveau dans la tourmente

  | 

Après des années de conflits, le retour au clame espéré par les chrétiens de Syrie après la chute de l’État islamique est compromis par l’intervention turque dans le district d’Afrine (ou Afrin), dans le nord-ouest de la Syrie.

Le sort des chrétiens d’Afrine est aggravé par l’opération Rameau d’olivier lancée le 20 janvier dernier par l’armée turque et l’Armée syrienne libre contre les forces kurdes des Unités de protection du peuple (YPG).

La situation des populations d’Afrine était déjà précaire avant même le début de l’offensive turque. Sur les 320 000 personnes qui vivent dans ce district du gouvernorat d’Alep, dans le nord-ouest de la Syrie, plus de 190 000 avaient besoin d’une aide urgente pour survivre, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) et 125 000 sont des déplacés venus d’autres régions de Syrie dont des centaines de chrétiens ayant fui l’Etat islamique.

A Idlib (Edleb ou İdlip), où vit une communauté d’environ 2 000 Chrétiens sur une population de 2,65 millions d’habitants, la vaste offensive terrestre de l’armée syrienne appuyée par l’aviation russe pour anéantir la coalition rebelle « Jaich al-Fatah » (« L’Armée de la conquête ») rassemblant principalement l’ex Front al-Nosra, Ahrar al-Sham, Faylaq al-Cham, a provoqué le déplacement de 250 000 personnes.

« Priez avec nous pour que cessent les bombardements et les effusions de sang. Priez pour notre protection ! », tel est l’appel lancé par les chrétiens du nord de l’Irak, selon l’organisation chrétienne Portes Ouvertes.

Formé à Lee University, Aloys Evina est pasteur de l'Eglise de Dieu en France, membre de la Fédération Protestante de France (FPF) et de la Church of God (Cleveland, Tennessee). Il est exerce son ministère pastoral à La Rochelle, dans le Sud-Ouest de la France.