Chrétiens de Chine

La solitude des chrétiens d’origine musulmane en Chine

  | 

La vie des quelques milliers de musulmans en Chine devenus chrétiens se caractérise principalement par la solitude. Rejetés de leurs familles et de leurs communautés, habitant généralement dans des zones rurales et reculées, ils peinent en effet à trouver d’autres croyants en Jésus-Christ.

Il y a environ 20 millions de musulmans en Chine (sur près de 100 millions de chrétiens) qui appartiennent, pour la plupart, aux groupes ethniques hui et ouïghours. Pour les quelques milliers de musulmans qui se convertissent au christianisme habitant principalement dans la province reculée du Xinjiang, le prix à payer pour suivre Jésus est particulièrement élevé. Rejetés de leurs proches et de leurs communautés, isolés dans les zones rurales et reculées, ils éprouvent en effet des difficultés à trouver d’autres chrétiens.

Et même lorsqu’ils se réunissent dans les maisons privées, une autre menace les guette, celle des autorités qui interdisent toutes les activités chrétiennes non liées aux églises approuvées par l’État.

En février dernier, World Watch Monitor a ainsi rapporté que les autorités chinoises dans la région nord-ouest du Xinjiang avaient interdit toutes les activités chrétiennes non liées aux églises approuvées par l’Etat, pour, disent-ils, contrer le terrorisme.

L’histoire de Makin et de sa mère est représentative de ce que les musulmans chinois converti au christianisme vivent en Chine.

Makin et sa mère sont nés dans une famille musulmane mais ont rencontré Jésus. Pendant l’Aïd al-Adha, l’une des fêtes islamiques les plus importantes, lorsque des familles se réunissent pour célébrer, aucun membre de la famille ne les a rejoint pour un dîner festif autour de leur table. Au lieu de cela, certains d’entre eux se sont présentés à leur porte pour les maudire et leur cracher dessus.

Dans les zones reculées où la famille et les relations sont extrêmement importantes, et les proches s’épaulent pour construire des maisons, apporter la récolte ou offrir un soutien financier en cas de besoin, les chrétiens se retrouvent seuls.

“Je me suis réveillé le matin et j’ai découvert que notre village n’était pas l’endroit où je devrais être. Nous savions que d’autres personnes de notre village ne viendraient jamais chez nous comme avant », a expliqué Makin.

Du fait que le frère de Makin est le leader d’une mosquée locale empire encore davantage la situation de cette famille. Quand Makin a essayé de lui parler de sa nouvelle foi, son frère a été très en colère :

“Il a dit à tout le monde dans la mosquée que j’avais trahi notre propre peuple. Les gens ont commencé à être cruels avec nous, ont lancé des pierres sur nos fenêtres, nos autres parents nous ont crié dessus. Parfois, nous nous sentons seuls et nous nous demandons si nous sommes les seuls à faire face à de tels défis. Nous regardons notre maison vide pendant le festival, tandis que nos voisins ont une maison pleine d’invités, et que nous pouvons les entendre rire. “

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.