Chrétiens de Bolivie

Bolivie : une loi menaçant la liberté religieuse pourrait être abrogée

  | 

Un amendement apporté récemment au Code Pénal par le gouvernement Bolivien menace la liberté religieuse dans le pays, faisant de l’évangélisation un crime. Face à cette situation, les chrétiens évangéliques se sont unis dans la prière…

« Priez pour les dirigeants et les responsables de notre pays… afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté », a déclaré l’Association nationale des évangéliques en Bolivie (ANDEB) sur Facebook, citant 1 Timothée 2 v 2 en encourageant dimanche les chrétiens à prier et à jeûner.

Le cri des chrétiens Boliviens a été entendu par Dieu puisque ce même dimanche, Evo Morales Ayma, le Président de ce pays a annoncé qu’il demanderait à l’Assemblée législative de la nation sud-américaine d’abroger tout le Code Pénal à la suite des récents changements, qui introduisaient de sévères restrictions à la liberté religieuse.

« Nous allons écouter les propositions de tous les secteurs qui observent le Code. Le gouvernement national n’approuvera jamais des normes contre le peuple bolivien. « 

Il a également confirmé son annonce à la télévision d’État, qui tombe sur le 12e anniversaire de son élection comme premier chef indigène de la nation andine.

Autorisé le mois dernier, les amendements au code pénal ont criminalisé l’évangélisation de la même façon que le terrorisme. L’article 88 stipule en effet que

«Quiconque recrute, transporte, prive des personnes ou accueille des personnes dans le but de les recruter pour participer à des conflits armés ou à des organisations religieuses ou de culte sera puni de 5 à 12 ans d’emprisonnement.»

Face au risque pour la liberté religieuse en Bolivie, plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer cet article et appeler à son abrogation.

« Nous nous mobilisons en Amérique latine avec nos avocats de la FIAJC et nous continuerons à suivre les développements en Bolivie et à rechercher le dialogue pour la défense de la liberté religieuse dans le pays », a déclaré le président de la FIAJC, Uziel Santana.

L’Alliance Baptiste Mondiale (Baptist World Alliance – BWA) s’est également prononcée contre la loi, notant son partenariat de plus de 50 ans avec l’Union Baptiste bolivienne.

« L’ambiguïté de ces lois pourrait conduire à des restrictions involontaires de la liberté religieuse et à la persécution directe des églises et des personnes de foi », a écrit Elijah M. Brown, secrétaire général de la BWA, dans une lettre adressée à l’Assemblée législative bolivienne. « … Je me joins à nos partenaires baptistes pour demander une modification ou une abrogation de cette loi. »

La Commission « Liberté Religieuse » de l’Alliance Évangélique Mondiale (World Evangelical Alliance – WEA) a envoyé une alerte de prière encourageant les lecteurs à demander à Dieu que le gouvernement de Morales retire la nouvelle disposition du code pénal afin de « protéger et promouvoir les libertés religieuses en Bolivie ».

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.