Chrétiens de Bolivie

Un Bolivien qui voulait mettre fin à ses jours rencontre Jésus

  | 

Vivant seul dans les Andes de Bolivie parce que sa femme était partie avec leurs trois enfants, Paulino ne voyait plus qu’une issue : le suicide. Alors qu’il y pensait, un chrétien frappa à sa porte…

A cause de ses réactions violentes et irréfléchies et de ses colères liées à l’alcoolisme, sa femme décida, pour protéger leurs trois enfants, de quitter Paulino rapporte Christian Aid Mission qui relaye ce témoignage. Ses propres parents, ses frères et sœurs s’éloignèrent également de Lui.

Tout le monde dans son village situé à plus de 4000 mètres d’altitude dans les Andes de Bolivie connaissait son rejet et son humiliation. Ceux qui lui souhaitaient du mal le savaient, ses amis et sa famille le savaient… Mais ce n’était pas la raison pour laquelle il pensait se suicider en sautant du haut d’une falaise.

La chose la plus importante dans sa vie était de vivre en famille, et cela, depuis que sa femme l’avait quitté il y a dix ans en arrière, il en était dépourvu et sa douleur était devenue insupportable. Pour encore augmenter sa souffrance, sa propre famille l’avait rejeté et la solitude lui pesait terriblement. Le pire sort que quelqu’un dans le village pouvait imaginer lui était arrivé; Paulino était seul.

Habituellement, pourtant, Paulino était plutôt homme à se battre et s’efforçait de prendre le contrôle des choses.

Cette réalité le hantait… à chaque instant du jour et de la nuit, et progressivement, le conduisit dans une dépression. Cette douleur, et la douleur mystérieuse qui l’avait conduit à commencer à boire à l’âge de 9 ans, pesaient sur lui d’une telle manière qu’il n’avait même plus la force de repousser la couverture de laine tissée. Il prit sa décision : il allait prendre le contrôle de cette douleur en mettant fin à sa vie le jour même.

Comme Paulino considérait que cette douleur n’était pas pire que la douleur de son crâne qui heurterait les rochers au bas de la falaise, il fut surpris d’entendre un léger coup sur la peinture ébréchée de sa porte. Voyant qu’il était près de 11 heures du matin, il eut la curiosité de savoir quelle âme pouvait bien l’obliger à se lever.

L’homme à la porte, un quechua ethnique comme lui, déclara qu’il était chrétien et lui demanda s’il avait des besoins pour lesquels il pourrait prier. Paulino lui répondit alors qu’il n’avait aucun besoin puisqu’il ne s’attendait plus à être en vie beaucoup plus longtemps. Se présentant comme Demetrio, l’homme invita Paulino à expliquer ce qu’il avait sur le coeur.

« Il était profondément déprimé parce que sa femme l’avait quitté, il m’a dit que cet après-midi il était prêt à se suicider en sautant d’une haute falaise », a déclaré Demetrio. « J’ai partagé que Jésus est venu le sauver. »

Une longue conversation conduisit à un temps de prière. Paulino se rendit compte qu’il n’y avait pas qu’un seul homme toujours disposé à l’écouter, mais un autre homme aussi,  l’homme-Dieu Jésus.

« Il a ouvert son cœur à Jésus, et cet après-midi-là, il a donné sa vie à Jésus », a déclaré Demetrio.

Après sa conversion, Paulino manifesta une soif intense pour l’étude de la Bible. Alors qu’il suivait des enseignements de disciples, le Seigneur transforma sa vie et sa femme put voir la différence.

« Maintenant, le Seigneur a rétabli son mariage, et sa femme a également donné sa vie à Jésus », a déclaré Demetrio.

Pasteur d’une congrégation du village qui a implanté des églises dans deux autres villages, Demetrio est l’un des nombreux travailleurs qu’un ministère indigène a formé et envoyé pour apporter la vie éternelle aux Andes boliviennes et aux hauts plateaux du centre. Dans son village natal, 12 personnes attirées par son église ont récemment mis leur foi en Christ.

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.