Chrétiens du Bangladesh

Trois responsables chrétiens agressés au Bangladesh

  | 

Trois pasteurs protestants ont été attaqués samedi 20 janvier dernier par des activistes de la Ligue Awami au Bangladesh. Une réunion inter-église rassemblant plusieurs volontaires chrétiens à l’église des Assemblées de Dieu de St. Mothurnath dans le district de Gopalganj, au sud-ouest de la capitale Dhaka a également été perturbée.

Un différend à propos d’un étang dont l’église est propriétaire mais que les politiciens locaux du parti Awami League au pouvoir lui dispute depuis 2014 serait à l’origine de l’agression de trois responsables chrétiens au Bangladesh.

Selon l’agence de presse UCAN (Union of Catholic Asian News), les trois hommes d’Eglise ont été attaqués à coups de bâtons alors qu’ils prêchaient l’Evangile dans le cadre d’une réunion annuelle des Assemblées de Dieu de St. Mothurnath, dans le district de Gopalganj, au sud-ouest de la capitale Dhaka.

Tous les trois ont souffert de coupures et d’ecchymoses.

“Depuis 1948, l’église est le propriétaire légal de la propriété et nous avons tous les documents pour le prouver. Certains politiciens tentent de se l’approprier depuis 2014”, a déclaré Anukul Biswas, pasteur en charge de l’église à ucanews.com.

“Nous avons protesté contre l’agression dans les termes les plus forts”, a-t-il ajouté. Plusieurs chrétiens se sont en effet rassemblés pour manifester et protester contre cette agression qui est loin d’être la première en demandant d’arrêter de torturer les chrétiens.

Les autorités ecclésiastiques ont par ailleurs déposé une plainte auprès de la police locale immédiatement après l’agression du 20 janvier contre cinq personnes, mais personne n’a encore été arrêté, a t-il ajouté.

Mokhlesur Rahman, un haut fonctionnaire du gouvernement local a confirmé que l’étang était la propriété légale de l’église.

Selon le père Mintu Boiragi, président de la Commission Justice et Paix du diocèse catholique Barisal, qui couvre la région, les attaques contre les chrétiens pour contester leurs biens ne sont pas nouvelles dans la région.

“Dans le sud du Bangladesh, les chrétiens subissent la pression d’habitants influents, car les églises sont une minorité et sont impuissantes, elles sont donc vulnérables à la violence car elles ne peuvent pas faire grand-chose contre leurs agresseurs”, a déclaré ce prêtre à ucanews.com.

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.