Actualité chrétienne

Arrêt de l’enquête sur la disparition du pasteur chrétien Raymond Koh

  | 

En Malaisie, les fragiles espoirs d’une famille à la recherche de réponses concernant l’enlèvement survenu il y a un an de Raymond Koh, un responsable chrétien, viennent d’être déçus par la nouvelle tournure totalement inattendue des évènements.

Près d’un an après la disparition de Koh, les enquêtes policières n’ont pas permis de retrouver le pasteur Raymond Koh, qui a été kidnappé le 13 février dernier par au moins 15 hommes masqués conduisant des véhicules 4 × 4 noirs.

Parallèlement, Suhakam, la Commission des droits de l’homme du pays, a ouvert une enquête pour savoir ce qui était arrivé à ce responsable chrétien.

Cette enquête menée par la Commission des droit a dû être interrompue parce que des procédures judiciaires contre un homme suspecté d’être impliqué dans l’enlèvement du pasteur ont été activées.

Le 17 janvier dernier, en effet, le chef de la police, Mohamad Fuzi Harun, a envoyé une lettre à Suhakam, indiquant qu’un chauffeur à temps partiel d’Uber, Lam Chang Nam, avait été accusé de l’enlèvement de Koh.

En Malaisie, la loi spécifie que le pouvoir de mener une enquête d’une organisation des droits de l’homme doit cesser dès qu’un suspect est arrêté.

L’action policière qui a conduit à la clôture de l’enquête a été accueillie avec stupéfaction dans les bureaux de Suhakam, dans le centre de Kuala Lumpur, où se tiennent les audiences.

La famille de Koh, les avocats, les journalistes et les organisations de la société civile surveillant l’enquête n’avaient aucune idée de ce qui allait se passer, même si un suspect avait été accusé de l’enlèvement il y a deux jours.

De plus, les témoins de la police qui devaient témoigner mardi (16 janvier) ont boycotté l’enquête.

L’épouse de Koh, Susanna Liew, âgée de 61 ans, a déclaré que la famille avait été “écrasée” par la fin abrupte de l’enquête, alors qu’ils étaient venus pour trouver des réponses aux nombreuses questions qu’ils avaient sur la disparition de Koh.

“C’est très choquant pour nous en tant que famille, car nous n’avions aucune idée que cela allait arriver”, a-t-elle dit. “Nous espérons qu’il y aura la justice. Nous avons encore de l’espoir dans le système mais j’ai peur aujourd’hui que cet espoir n’ait été écrasé. “

Plusieurs disparitions de chrétiens ont été enregistrées en Malaisie sur ces deux dernières années dont la plus récente est celle de Joshua Hilmy, un malais converti au christianisme, et sa femme Ruth, chrétienne de Kalimantan à Bornéo, qui ont été portés disparus le 6 mars 2017.

Devant ces disparitions, les groupes minoritaires non musulmans sont très préoccupés car ce couple aurait pu être enlevé par des milices musulmanes. En Malaisie, une nouvelle vague émerge, celle d’extrémistes qui cherchent à imposer la charia à l’ensemble des habitants du pays.

Pendant ce temps, les chrétiens malaisiens craignent que si Lam est reconnu coupable de l’enlèvement de Koh, ou même libéré faute de preuves, l’enquête sur les droits de l’homme risque d’être bloquée pendant longtemps et l’espoir d’obtenir justice pour sa famille sera plus que probablement éteinte.

Une situation d’autant plus difficile à vivre que face à ce combat, la famille de Raymond Koh est seule. Peu voire pas du tout soutenue par la police, qui non seulement n’a voulu divulguer aucune information sur sa disparition, mais n’a pas non plus aidé Suhakam à dévoiler la vérité, semblant même vouloir arrêter l’enquête, elle n’est pas soutenue par le gouvernement non plus.

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.