Chrétiens persécutés

Dieu soutient les chrétiens d’Afrique du Nord

  | 

Dieu fait des miracles parmi les chrétiens d’Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye et Égypte) comme le prouve le témoignage de Deborah.

En Afrique du Nord, certains ex-musulmans devenus chrétiens ont perdu tout ce qu’ils avaient: propriété, famille, amis… Pour les islamistes, les chrétiens d’origine musulmane sont des «kaffar» (infidèle) qui apportent la honte sur l’islam et la famille.

Deborah est une partenaire de projets locale de l’Aide aux Eglises dans le Monde. Voici son témoignage :

“Je m’appelle Deborah. Très tôt, j’ai eu à cœur de m’engager auprès des peuples du monde arabe. Depuis de nombreuses années, je vis parmi un groupe ethnique musulman dans le désert. Je vous donne un aperçu de mes expériences dans ce récit.

L’un de mes collègues, que je connais depuis l’enfance, se considère aujourd’hui comme membre de l’État islamique (ÉI). Il sait que je suis chrétienne. Nous communiquons ouvertement l’un avec l’autre, et même l’humour noir a sa place de temps en temps. Je lui ai dit récemment: «Si tu veux me tuer un jour, s’il te plaît fais-le-moi savoir d’avance pour que je puisse me cacher. Et, si tu me tues, fais-le de manière à ne pas me faire souffrir. Souviens-toi que je t’aime.» Il a répondu: «Tu dois savoir que je ne te ferai jamais de mal. S’il te plaît, ne me compare pas avec les autres. Je te respecte.» Je sais qu’il irait en Libye ou en Syrie s’il en avait l’occasion. Mais Dieu semble avoir un plan différent pour sa vie. J’aimerais qu’il devienne disciple de Jésus.

Là où je vis, je dois faire très attention à ce que je dis et à la manière dont je le dis. Je respecte les gens et ils s’en aperçoivent. Et je parle aussi souvent ouvertement de ma foi. C’est apprécié et je suis acceptée. Je n’ai pas de famille et je suis reconnaissante à Dieu de m’en avoir donné une ici. J’aime ces gens, et cet endroit est devenu ma maison. Je vois les fruits de mon travail, c’est pourquoi je suis ici et je veux y rester.

Depuis plusieurs années, mon équipe et moi organisons régulièrement des activités récréatives pour les enfants qui, humainement parlant, n’ont guère de perspective de vie. Quelque trois mille cinq cents enfants assistent régulièrement à ces animations organisées et animées par quarante jeunes femmes. Nous avons également des projets sociaux pour les jeunes femmes. Elles vivent dans un contexte difficile et nous leur montrons comment s’aider les unes les autres. Elles se rendent compte qu’elles sont importantes et elles apprennent comment changer de manière positive leur propre vie et celle des autres femmes. Cela me remplit de joie de les voir être fortifiées dans leur estime de soi et affronter la vie avec plus de courage. C’est un témoignage fort pour la société d’ici et les gens se demandent: «Comment se fait-il que ces femmes prennent soin les unes des autres?» L’une des femmes m’a dit: «J’ai maintenant trente ans. Avec ce projet, j’ai toutefois l’impression de commencer à vivre.»

J’espère que, lorsque j’arriverai au ciel, je rencontrerai beaucoup de personnes de ce groupe ethnique et que je passerai l’éternité avec elles.”

Formé à Lee University, Aloys Evina est pasteur de l'Eglise de Dieu en France, membre de la Fédération Protestante de France (FPF) et de la Church of God (Cleveland, Tennessee). Il est exerce son ministère pastoral à La Rochelle, dans le Sud-Ouest de la France.