X

Les chrétiens boliviens inquiets pour la liberté religieuse chez eux

En Bolivie, les chrétiens s’approchent peut-être de la fin de la liberté religieuse dans leur pays. Selon une nouvelle loi du code pénal, toute personne invitant à prendre part à un culte ou à s’engager dans une organisation religieuse sera sanctionnée.

Les chrétiens en Bolivie viennent d’annoncer qu’ils pourraient voir la fin de la liberté religieuse dans leur pays, selon Evangelical Focus.

Une nouvelle loi contenue dans l’article 88.11 du Code pénal stipule en effet que : «Quiconque recrute, transporte, prive de liberté ou accueille des personnes dans le but de les inviter à prendre part à des conflits armés ou à des organisations religieuses ou de culte sera pénalisé de 5 à 12 ans d’emprisonnement ».

Cette nouvelle loi qui vise à encadrer et contrôler les groupes criminels et les organisations religieuses interdit clairement à quiconque de « recruter » de nouvelles personnes pour prendre part à des « conflits armés ou à des organisations religieuses ou de culte ».

Cela pourrait signifier que la prédication de rue sera interdite et inviter quelqu’un à un événement chrétien pourrait aussi être considéré comme une offense. Cette loi touchera à la fois les catholiques et les évangéliques, soit environ 19% de la population ce qui correspond à près de deux millions de personnes.

Les représentants évangéliques avertissent que cela pourrait signifier la fin de la liberté religieuse dans le pays :

«Vont-ils nous dénoncer si nous amenons un groupe de personnes dans un camp chrétien ? Ne serai-je plus capable de prêcher l’Évangile dans les rues demande le pasteur Miguel Machaca Monroy, président de la coalition des églises évangéliques de la capitale.

L’Association nationale des évangéliques en Bolivie a également critiqué le nouveau Code pénal et déclaré :

« Il est déplorable que la Bolivie devienne le premier pays latino-américain à bafouer les droits à la liberté de conscience et de religion, protégés par la Déclaration universelle des droits de l’homme, la déclaration de San José de Costa Rica et notre Constitution. Les églises chrétiennes évangéliques dans notre pays sont des institutions visant à réhabiliter l’être humain, à améliorer les conditions morales, spirituelles, éthiques et sociales de nos citoyens. »

Il a ajouté: « Maintenant, nous sommes mis dans une situation où la pratique de l’Évangile est criminalisée. »

Isabelle Goepp :Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.