Chrétiens de Centrafrique

Centrafrique : une chrétienne pardonne aux assassins de son mari

  | 

Au mois d’août dernier, la ville de Gambo dans l’est de la République Centrafricaine, a fait face à l’un de ces pires conflits qui a fait 57 victimes civiles, y compris six volontaires de la Croix-Rouge, deux pasteurs, six diacres et des dirigeants d’église. Aujourd’hui, les chrétiens tentent tant bien que mal de se reconstruire.

Gambo a fait face à l’un des pires conflits au d’août de l’année dernière lorsque des extrémistes musulmans, dirigés par le général Ali Darassa, ont attaqué la ville. Au moins 57 civils ont été tués dans l’attaque, y compris six volontaires de la Croix-Rouge, deux pasteurs, six diacres et des dirigeants d’église.

Deux églises ont également été brûlées. Le pasteur de l’une d’entre elles, Jean, raconte comment il s’est enfui avec sa femme et ses enfants dès le début de l’attaque.

Quelques jours plus tard, laissant sa famille dans une cachette dans la forêt,  ce responsable chrétien est retourné à Gambo pour voir s’il pourrait récupérer certaines de ses affaires. Sur place, il a découvert un spectacle horrible :  les cadavres de trois de ses diacres et du pasteur de l’autre église brûlée gisaient là sans vie.  Son église et sa maison ont été également brûlées.

« Maintenant que c’est fini, nous luttons encore pour continuer à vivre. Beaucoup de survivants n’ont plus de maison et même pas de toit, « raconte Jean.

Véronique, l’épouse du pasteur Tokono, a quitté Gambo avec ses enfants quelques jours avant l’attaque, justement en raison du fait que la situation était très tendue et risquée.

Elle ressent douloureusement le fait que son mari ait été enterré sans que la famille ait eu l’occasion de voir le corps.

Mais hardiment, elle a déclaré :

«Je continuerai à servir même en l’absence de mon mari, comme il l’a fait quand il était vivant. Je prie pour que Dieu pardonne aux agresseurs, car ils ne savent pas ce qu’ils font. Et je demande aussi qu’il les sauve de la voie du mal. « 

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.