X

Un pasteur tadjike condamné à trois ans de prison

Le pasteur tadjike Bakhrom Kholmatov, accusé d’extrémisme,  a été arrêté en avril dernier et condamné en juillet à trois ans de prison. Il a besoin, ainsi que toute sa famille, de la prière fervente des chrétiens. Sa femme Gulnora vit en effet un moment très difficile, car cette épreuve, déjà grande, est alourdie par le fait que tous ses proches lui reprochent l’arrestation de Bakhrom.

Le Tadjikistan se classe 22ème sur l’Index Mondial de Persécution 2018 édité par Portes Ouvertes Internationale le mercredi 10 janvier. Dans ce pays, “Même si la Constitution prévoit la liberté de religion, la législation et les décrets gouvernementaux la contredisent. Le Département aux Affaires religieuses (DAR) du Ministère de la Culture surveille les activités des églises” selon Portes Ouvertes.

La condamnation du pasteur Bakhrom Kholmatov montre combien les croyants en Jésus-Christ sont poursuivis.

Le 10 avril 2017, les officiers du KNB ont interrompu un service religieux dans l’église protestante Sonmin Sonbogym (Bonne Nouvelle de Grâce). Après avoir harcelé et battu les membres de l’église présents, ils ont également arrêtés Bakhrom Kholmatov (connu aussi sous le nom de Bakhrom Holmatov), son pasteur rapporte PrisonerAlert, un ministère de Voice of The Martyrs. Pendant l’attaque, ils ont confisqué des objets de l’église, y compris l’ordinateur du responsable et le livre “More than a Carpenter” de Josh McDowell.

Depuis février 2017, Bakhrom Kholmatov était harcelé. Une église de Sughd dans laquelle il intervenait a en effet été perquisitionnée début février. Des agents du Comité d’État pour les affaires religieuses ainsi que d’autres organismes chargés de faire appliquer la loi ont interrompu le culte, ont battu, insulté et injurié les chrétiens rassemblés et ont exigé qu’ils renoncent à leur foi.

Par la suite, certains membres de l’église ont été renvoyés de leur travail, et la police secrète a tellement fait pression sur les dirigeants de cette église a été fermée en mars. A cette époque, le pasteur Bakhrom a déménagé sa femme et ses trois enfants à Khujand et a commencé à diriger l’église là-bas.

Lorsque les autorités ont perquisitionné, en avril, l’église protestante Sonmin Sonbogym, la famille du pasteur Bakhrom n’était pas présente. Au cours des interrogatoires qui ont suivi l’attaque de cette église, les chrétiens ont été informés que le “but des inspections était la fermeture des églises au Tadjikistan et la confiscation de leurs biens.”

Plus tard, les responsables ont affirmé que les chansons chrétiennes trouvées sur l’ordinateur du pasteur Bakhrom et le livre “More Than a Carpenter” étaient du “matériel extrémiste”, et que le pasteur Bakhrom était détenu pour être suspecté d’extrémisme.

Les autorités, suivant l’avis d’imams considérés comme experts dans l’analyse des phénomènes religieux ont allégué que le chant “Louez Dieu, ô Pays non croyant” appelait à renverser le gouvernement.

En juillet, le tribunal a condamné le pasteur Bakhrom, accusé d’extrémisme, à trois ans de prison.

Comme dans d’autres pays de la région, les autorités tadjikes utilisent souvent des accusations d’extrémisme pour punir les chrétiens. Pour les proches du pasteur Bakrom, l’église n’est pas illégale mais le pasteur aurait été arrêté en raison d’un conflit sur le bâtiment d’église, qui serait convoité par les autorités car très prestigieux.

Les autorités tadjikes affirment que l’église Sonmin Sonbogym n’a pas d’enregistrement officiel et que ses activités sont donc illégales. Cependant, Sonmin Sonbogym a été officiellement enregistré auprès du Comité d’État pour les affaires religieuses en 1993. Et en 2009, lorsque toutes les communautés religieuses enregistrées ont dû se réinscrire, l’église a immédiatement respecté l’exigence et a reçu une nouvelle inscription le 23 octobre de la même année.

Le 18 août, le tribunal régional de Sogd a confirmé la peine de prison de trois ans infligée au pasteur Bakhrom Kholmatov. Le pasteur Kholmatov a été puni pour «avoir chanté des chants extrémistes à l’église et ainsi incité à la« haine religieuse »». Après son arrestation, il a d’abord été détenu par la police secrète du NSC avant d’être transféré à la prison d’investigation d’Istaravshan.

Portes Ouvertes International a organisé une campagne d’envoi par les chrétiens de cartes d’encouragement qui seront bientôt livrées à Bakhrom et à sa famille. Comme beaucoup de chrétiens en Asie Centrale, les Tadjikes sont persécutés.

Isabelle Goepp :Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.