X

Des chrétiens philippins toujours portés disparus à Marawi

Même si Marawi, la ville philippine située sur l’île de Mindanao a été libérée des extrémistes islamistes depuis près de deux mois,  certains chrétiens restent toujours portés disparus. Une grande majorité de la population reste par ailleurs déplacée.

Près de 1100 personnes sont mortes et 400 000 ont été contraintes de fuir leurs foyers pendant les combats qui ont opposé les forces gouvernementales aux extrémistes de l’État islamique pour la libération de Marawi.

Après ces affrontements qui ont duré cinq mois, la ville a été totalement détruite. La reconstruction qui devrait commencer selon UCANews au deuxième trimestre de cette année devrait coûter environ 1 milliard de dollars a déclaré le gouvernement.

En raison de ce prolongement pour que des travaux puissent commencer, beaucoup d’habitants de Marawi qui avaient essayé de rentrer chez eux ont finalement dû abandonner leur projet et retourner dans des abris temporaires en dehors de la ville. Certaines familles sont ainsi allées vivre avec des proches après avoir vu leurs maisons saccagées et détruites.

Le premier jour de l’attaque, des chrétiens avaient été enlevés. Parmi eux, un responsable chrétien qui a réussi à partir en novembre. Il a déclaré que le siège de Malawi le hanterait pour le reste de sa vie.

«J’étais en colère contre Dieu de m’avoir mis dans une situation tellement horrible», a déclaré le prêtre. « Cependant, ma foi dans le Seigneur n’a pas baissé, elle est même devenue plus profonde », a t-il ajouté.

Il a témoigné que son épreuve de 116 jours entre les mains des terroristes armés a approfondi sa foi en Dieu et l’a conduit à prier davantage :

« Je priais avec plus de zèle que je ne le faisais auparavant », a-t-il dit.

Un mois après la libération de la ville par les militaires, des chrétiens sont toujours portés disparus et jusqu’à présent, personne n’en a entendu parler.

L’église vient de lancer un programme interreligieux dans lequel les musulmans et les chrétiens peuvent travailler ensemble pour aider les personnes les plus touchées par la violence.

Un avocat local a déclaré à UCANews qu’il est important que les citoyens, y compris les musulmans de Maranao et d’autres groupes ethniques, soient consultés dans le processus de reconstruction.

Isabelle Goepp :Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.